Les produits injectables destinés au comblement des rides, recourant en majorité à l’acide hyaluronique, sont injectés sous la peau afin de lisser le visage. L’Afssaps vient de réaliser une classification en fonction de leur durée de vie dans l’organisme ainsi que des recommandations pour renforcer la vigilance vis-à-vis de ces produits.

Le marché des produits injectables de comblement des rides est en constant développement. Chaque année, ces produits représentent un volume de vente en France de près de 600 000 seringues. Environ 80 produits sont commercialisés en France par 25 fabricants.

Selon l’Afssaps, ces produits peuvent ainsi être classés en trois catégories principalement selon leur durée de présence dans l’organisme : les produits résorbables, lentement résorbables, non résorbables. On entend par produits « résorbables » et « lentement résorbables » des produits éliminés dans le temps naturellement par l’organisme, par opposition aux « non résorbables » qui sont définitivement injectés sous la peau.

Quels sont les principaux risques ?
La fréquence d’apparition d’effets indésirables est influencée par de nombreux facteurs extérieurs (nature du produit utilisé, technique, site, nombre d’injections). Elle est variable selon les individus (rougeur, oedème). Ces effets peuvent être aggravés par des injections répétées.

Les principaux risques associés à l’utilisation des ces produits injectables sont décrits dans leurs notices d’utilisation. Il s’agit par exemple de réactions immédiates (hématome, érythème.), retardées (pigmentation, allergie) et d’effets indésirables liés aux conditions d’asepsie de l’injection elle-même (infection).

D’autres risques très rares, tels que les granulomes et nécroses sont associés notamment aux produits lentement résorbables et non résorbables. Lorsque ces réactions tardives apparaissent, leurs effets tendent, comme le produit, à être permanents, ce qui rend leur traitement difficile. Ces effets indésirables peuvent intervenir de quelques jours à plusieurs années après l’injection du produit.  Selon les données disponibles, leur fréquence se situe entre 0,1 et 1% des patients traités.

A ce jour, l’Afssaps déconseille l’utilisation des produits injectables non résorbables dans une finalité esthétique du fait d’un risque non maîtrisé des effets indésirables graves mentionnés précédemment. Le risque de réapparition plusieurs années après peut être augmenté par l’injection de produits divers ou autres traitements à visée esthétique

Quelles précautions prendre ?
L’Afssaps a élaboré des recommandations destinées aux professionnels de santé et aux patients. Elles rappellent les précautions à prendre avant, pendant et après l’injection.

Avant l’injection de produits de comblement des rides :
–  Les produits non résorbables sont déconseillés dans une finalité esthétique : l’expérience de l’utilisation des produits injectables non résorbables a montré que la survenue de complications retardées liée à l’implant type granulome est généralement causée par la présence définitive de l’implant. L’apparition de cette réaction inflammatoire sera d’autant plus favorisée que la durée de présence de l’implant est permanente.

Il faut s’informer sur :
– les antécédents médicaux du candidat
– l’historique des produits préalablement injectés car il est fortement déconseillé d’avoir recours à un produit résorbable après l’utilisation d’un produit non résorbable sur le même site d’injection
– les risques et effets secondaires pouvant survenir après l’injection de produit de comblement.

Pendant et après l’injection , il est primordial de :
– conserver pendant une période de 15 ans dans un dossier ou un « carnet esthétique » tous les documents relatifs aux actes esthétiques et produits utilisés
– de signaler tout effet indésirable grave à l’Afssaps.

Les recommandations, ainsi qu’un dossier thématique dédié aux dispositifs médicaux de comblement des rides, sont disponibles sur le site Internet de l’Afssaps (www.afssaps.fr).

A Lire également

Grippe A/H1N1 : un dispositif de surveillance des ... L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a présenté son dispositif de pharmacovigilance des effets indésirables qui se...
Protelos®: pas de suspension immédiate du marché... L’Afssaps a mis en ligne hier soir le compte-rendu de la commission d'AMM du 29 septembre 2011. Cette dernière, qui souligne que le médicament de Serv...
Une personne âgée consomme en moyenne sept molécul... Selon le rapport relatif à la politique du médicament en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), les plus de 65 ans repr...
Bébé tousse : un dépliant pour savoir quoi faire... Suite à sa récente réévaluation des médicaments destinés à traiter la toux chez l’enfant de moins de deux ans, l’Afssaps a élaboré plusieurs documents...
Compléments alimentaires : attention aux effets in... Alors que le marché des compléments alimentaires est en expansion, son chiffre d’affaires dépassant 1,3 milliard d’euros en 2013, l'Anses appelle à la...
Prothèses PIP: l’Afssaps et la DGS remettent leur ... Le mercredi 1er février 2012, le directeur général de la Santé et le directeur général de l’Afssaps ont remis au ministre du Travail, de l’Emploi et d...
Médicaments: comment déclarer directement les effe... La déclaration d’un effet indésirable lié à un médicament, effectuée directement par le patient et les associations de patients, vient d’être official...
Gardasil : indications, effets indésirables…... Alors qu'est lancée la polémique sur le vaccin Gardasil, l’Agence française du médicament (ANSM) a fait le point mardi sur  la vaccination contre les ...
Pilule : connaître les précautions d’emploi et les... L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) vient de publier  un document destiné aux femmes : « Vous et… vos contrac...
Echange de lait maternel sur Internet : l’Af... L’Afssaps met "vivement en garde" les mamans  sur les risques de transmission d’agents infectieux liés à l'utilisation du réseau mondial de partage de...
Les patients peuvent déclarer directement les effe... La déclaration d’un effet indésirable lié à un médicament peut désormais être effectuée directement par le patient et les associations de patients. L’...
Affaire mediator: l’agence du médicament bie... L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a annoncé mardi sa probable mise en examen par les juges en charge de l’i...
Médicaments : déclarer en ligne les effets indésir... L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a mis en ligne une nouvelle rubrique sur son site internet. Objectif : si...
Grippe H1N1 : un dispositif de surveillance des ef... L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a présenté son dispositif de pharmacovigilance des effets indésirables qui se...
Le Primpéran® contre-indiqué chez les moins de 18 ... L’Afssaps a décidé de contre-indiquer le Primpéran® (métoclopramide ) et ses génériques chez les moins de 18 ans. Une décision prise après avoir procé...
L’Afssaps renonce à promouvoir une ancienne ... L'Agence française de sécurité sanitaire et des produits de santé (Afssaps) a renoncé mercredi à promouvoir une ancienne experte des laboratoires Serv...