Les patchs contraceptifs et les anneaux pointés du doigt par un syndicat de gynécologuesDans un communiqué, le syndicat national des gynécologues obstétriciens (Syngof ) interpelle la Haute Autorité de Santé (HAS) sur les autres contraceptifs de 3ème génération tels que les patchs contraceptifs et les anneaux, “tout aussi à risque” selon lui.

Le Syngof s’interroge ainsi sur l’absence de recommandations de la HAS concernant les patchs contraceptifs et les anneaux également très utilisés. Comme le souligne Elisabeth Paganelli,Gynécologue à Tours et Secrétaire Générale du Syngof : « ces derniers peuvent présenter des mêmes risques que les pilules de 3e ou de 4 génération mais la HAS ne communique pas sur le sujet ».

Enfin, le Syngof encourage les mutuelles à ne plus vanter les remboursements forfaitaires pour ces contraceptifs sans référence médicale.

Source : Syngof