Suite à la publication par Le Monde de la liste des 400 médicaments contenant du parabène, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) livre un premier point d’informations sur la question.

Selon l’agence , une liste ces de médicaments a peu d’intérêt : « l’analyse de risque doit tenir compte du type de parabènes, de la population exposée; de la voie d’administration ; du type de parabènes et de sa concentration ». 

Les parabènes sont des substances utilisées comme conservateurs pour empêcher le développement des bactéries et des champignons. En raison de leurs propriétés antibactériennes et antifongiques, ces conservateurs sont présents dans les cosmétiques, les médicaments et les aliments.

L’Afssaps s’est intéressée à la question des parabènes dans les médicaments dès 2004, à la suite de la publication d’une étude britannique. Une chercheuse de l’université de Reading, Philippa Darbre, et ses collègues avaient retrouvé des parabènes dans des biopsies de tumeurs du sein. Malgré les insuffisances méthodologiques de l’étude, reconnues largement y compris par l’auteur de la publication, l’agence a pris en compte ce signal d’alerte.

L’Afssaps a alors pris l’initiative de réunir un groupe d’expertise Ad Hoc qui a statué sur ces produits. Selon les experts le recul clinique dans l’utilisation de ces produits était suffisant pour permettre d’écarter un risque immédiat sur la santé.
Si les études expérimentales dites in vitro faisaient état d’une faible probabilité de risque cancérogène (sur la base des données de la littérature, d’études expérimentales dites in vitro et d’études pré-cliniques), un doute persistait. Des études chez l’animal mettaient en évidence un possible effet sur la fertilité masculine, signal d’alerte qui est apparu le plus important à documenter dans un premier temps. Enfin, il faut rappeler que les parabènes sont classés “excipient à effet notoire” pour leur risque allergisant. 

400 spécialités de médicaments contenant des parabènes
A la suite de cette alerte, l’Afssaps s’est attaché à recenser l’ensemble des spécialités pharmaceutiques contenant des parabènes. Elle a identifié 400 spécialités de médicaments contenant des parabènes dont 306 plus particulièrement ciblés parce que contenant du propylparaben (c’est le parabène le plus utilisé dans les médicaments et suspecté de présenter un risque pour la fertilité). Parmi ces médicaments, l’agence a ciblé les produits les plus à risque théoriques qui combinent :
– les doses les plus importantes de PP (posologie quotidienne) ;
– la commercialisation la plus importante et en particulier quand l’utilisation concerne la population pédiatrique considérée comme particulièrement à risque.

L’analyse de risques de ces médicaments a conduit l’agence à contacter les titulaires de l’autorisation de mise sur le marché pour les inciter à mettre en place une étude ad hoc à réaliser chez l’animal. Le rapport de l’étude en cours est prévu pour novembre 2011. Elle est menée par un organisme de recherche indépendant. Elle permettra de répondre à la question d’un risque sur la fertilité masculine lors d’une exposition durant l’enfance. Les autres pays de l’Union européenne et l’agence européenne du médicament sont en attente de ces résultats pour statuer plus avant.

Pourquoi des parabènes dans les médicaments ?
Ce sont des conservateurs qui ont pour objectif d’éviter la contamination microbiologique des médicaments (par des champignons ou des micro-organismes) et empêcher la dégradation des principes actifs ce qui diminuerait l’efficacité des médicaments. Peut-on en utiliser d’autres produits? « Il ne semble pas possible de proposer aujourd’hui des alternatives chimiques ayant un meilleur profil de sécurité et une efficacité de conservation égale aux parabènes », estime l’Afssaps. Par définition, tous les conservateurs sont biologiquement actifs. En conséquence, tout conservateur peut conduire potentiellement à des problèmes de sécurité. Certains conservateurs ont un profil connu, par exemple, le sucre et l’éthanol mais ne sont pas sans conséquences sur la santé. Nul n’est besoin de décrire les effets nocifs possibles de l’éthanol ni du sucre avec son action cariogène. D’autres conservateurs chimiques pourraient être utilisés mais le risque lié à leur utilisation n’est pas documenté.

« Aujourd’hui, la présence et la quantité de conservateur dans les médicaments doit être scientifiquement justifiée dans le dossier de demande d’AMM », rappelle l’Afssaps . Afin de limiter la présence des conservateurs en général dont les parabènes, l’agence comme les autorités européennes incite les laboratoires à privilégier les méthodes physiques et non chimiques de conservation : modifier les conditionnements, développer les préparations unidoses permettant de s’affranchir de conservateurs chimiques. Mais cela n’est pas toujours possible, notamment dans le cas de solutions buvables.

Source : Afssaps

A Lire également

Rhume: prudence avec les médicaments pour le nez b... Depuis le 1er janvier 2011, 15 cas graves d’effets indésirables cardiovasculaires (à type d’hypertension artérielle, crise d’angor) ou neurologiques (...
Médicaments : la consommation d’antibiotique... Marisol Touraine, la ministre de la Santé, a annoncé mercredi qu'elle souhaitait « réduire de 25 % la consommation globale d’antibiotiques et faire pa...
Un Guide pratique d’homéopathie au quotidien Si les ouvrages sur l’homéopathie fleurissent, ce guide présente une homéopathie banalisée, débarrassée de tout reliquat d’ésotérisme, une porte large...
Les génériques, des médicaments comme les autres... Aussi efficace et sûr qu'un médicament de marque? Votre médecin ou votre pharmacien vous a prescrit ou délivré un médicament générique. Est-ce le même...
Médicaments : des ruptures de stocks de plus en pl... L'Académie de pharmacie a publié mercredi ses recommandations pour faire aux problèmes d'approvisionnement de médicaments qui se multiplient dans les ...
La liste des 77 médicaments sous surveillance publ... L'Agence de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a publié lundi une liste de 77 médicaments faisant l'objet d'un suivi renforcé de la pa...
La collecte des médicaments non utilisés baisse lé... La collecte des Médicaments Non Utilisés (MNU) des ménages accuse une légère baisse de 1% par rapport à l'année dernière qui avait enregistrée une for...
Antidépresseurs : faut-il en avoir peur ? Le traitement médicamenteux ne constitue qu’un aspect de la prise en charge des sujets présentant des troubles dépressifs ou anxieux. Si historiquemen...
Varicelle : une semaine de très forte activité Selon le dernier bulletin du Réseau Sentinelles, la semaine dernière, l'incidence des cas de varicelle vus en consultation de médecine générale a été ...
Médicaments : la Mutualité Française dénonce les f... La Mutualité Française, qui vient de publier l’édition 2013 de son  "Mémento Médicament", demande notamment  l’élargissement du champ du répertoire de...
Vaccins H1N1 : des effets indésirables sous survei... L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a présenté son dispositif de pharmacovigilance des effets indésirables qui se...
Paracétamol : son générique automatiquement délivr... Doliprane, Dafalgan ou encore Efferalgan... Les Français ont consommé 500 millions de boîtes en 2012. C'est pourquoi, l'agence du médicament (ANSM) ét...
Médicaments sur Internet : les Français de plus en...  30% des Français seraient  prêts à acheter leurs médicaments en ligne, contre 13% en 2012. Selon un baromètre IFOP réalisé pour le groupe PHR, la par...
Assurance maladie : ce qui va changer pour vous en... Voici la liste des principales mesures d’économies décidées par le gouvernement dans le cadre du projet de Loi de finances de la Sécurité sociale 2010...
Picto « Grossesse » sur les médicaments : attentio... Selon l’Académie nationale de médecine, l’obligation  d’apposer  le pictogramme « Grossesse » sur les boîtes de médicaments est une mesure à « l’inten...
Diabète : les médicaments contenant de la pioglita... L’Afssaps a décidé ce jeudi de suspendre l’utilisation en France des médicaments contenant de la pioglitazone (Actos® et Competact®), sur avis de la C...