Suite à la publication par Le Monde de la liste des 400 médicaments contenant du parabène, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) livre un premier point d’informations sur la question.

Selon l’agence , une liste ces de médicaments a peu d’intérêt : « l’analyse de risque doit tenir compte du type de parabènes, de la population exposée; de la voie d’administration ; du type de parabènes et de sa concentration ». 

Les parabènes sont des substances utilisées comme conservateurs pour empêcher le développement des bactéries et des champignons. En raison de leurs propriétés antibactériennes et antifongiques, ces conservateurs sont présents dans les cosmétiques, les médicaments et les aliments.

L’Afssaps s’est intéressée à la question des parabènes dans les médicaments dès 2004, à la suite de la publication d’une étude britannique. Une chercheuse de l’université de Reading, Philippa Darbre, et ses collègues avaient retrouvé des parabènes dans des biopsies de tumeurs du sein. Malgré les insuffisances méthodologiques de l’étude, reconnues largement y compris par l’auteur de la publication, l’agence a pris en compte ce signal d’alerte.

L’Afssaps a alors pris l’initiative de réunir un groupe d’expertise Ad Hoc qui a statué sur ces produits. Selon les experts le recul clinique dans l’utilisation de ces produits était suffisant pour permettre d’écarter un risque immédiat sur la santé.
Si les études expérimentales dites in vitro faisaient état d’une faible probabilité de risque cancérogène (sur la base des données de la littérature, d’études expérimentales dites in vitro et d’études pré-cliniques), un doute persistait. Des études chez l’animal mettaient en évidence un possible effet sur la fertilité masculine, signal d’alerte qui est apparu le plus important à documenter dans un premier temps. Enfin, il faut rappeler que les parabènes sont classés “excipient à effet notoire” pour leur risque allergisant. 

400 spécialités de médicaments contenant des parabènes
A la suite de cette alerte, l’Afssaps s’est attaché à recenser l’ensemble des spécialités pharmaceutiques contenant des parabènes. Elle a identifié 400 spécialités de médicaments contenant des parabènes dont 306 plus particulièrement ciblés parce que contenant du propylparaben (c’est le parabène le plus utilisé dans les médicaments et suspecté de présenter un risque pour la fertilité). Parmi ces médicaments, l’agence a ciblé les produits les plus à risque théoriques qui combinent :
– les doses les plus importantes de PP (posologie quotidienne) ;
– la commercialisation la plus importante et en particulier quand l’utilisation concerne la population pédiatrique considérée comme particulièrement à risque.

L’analyse de risques de ces médicaments a conduit l’agence à contacter les titulaires de l’autorisation de mise sur le marché pour les inciter à mettre en place une étude ad hoc à réaliser chez l’animal. Le rapport de l’étude en cours est prévu pour novembre 2011. Elle est menée par un organisme de recherche indépendant. Elle permettra de répondre à la question d’un risque sur la fertilité masculine lors d’une exposition durant l’enfance. Les autres pays de l’Union européenne et l’agence européenne du médicament sont en attente de ces résultats pour statuer plus avant.

Pourquoi des parabènes dans les médicaments ?
Ce sont des conservateurs qui ont pour objectif d’éviter la contamination microbiologique des médicaments (par des champignons ou des micro-organismes) et empêcher la dégradation des principes actifs ce qui diminuerait l’efficacité des médicaments. Peut-on en utiliser d’autres produits? « Il ne semble pas possible de proposer aujourd’hui des alternatives chimiques ayant un meilleur profil de sécurité et une efficacité de conservation égale aux parabènes », estime l’Afssaps. Par définition, tous les conservateurs sont biologiquement actifs. En conséquence, tout conservateur peut conduire potentiellement à des problèmes de sécurité. Certains conservateurs ont un profil connu, par exemple, le sucre et l’éthanol mais ne sont pas sans conséquences sur la santé. Nul n’est besoin de décrire les effets nocifs possibles de l’éthanol ni du sucre avec son action cariogène. D’autres conservateurs chimiques pourraient être utilisés mais le risque lié à leur utilisation n’est pas documenté.

« Aujourd’hui, la présence et la quantité de conservateur dans les médicaments doit être scientifiquement justifiée dans le dossier de demande d’AMM », rappelle l’Afssaps . Afin de limiter la présence des conservateurs en général dont les parabènes, l’agence comme les autorités européennes incite les laboratoires à privilégier les méthodes physiques et non chimiques de conservation : modifier les conditionnements, développer les préparations unidoses permettant de s’affranchir de conservateurs chimiques. Mais cela n’est pas toujours possible, notamment dans le cas de solutions buvables.

Source : Afssaps

A Lire également

Informations santé: une brochure pour vous aider à... Rechercher des explications sur les médicaments et les maladies devient de plus en plus facile avec l'internet.  Mais les entreprises du médicament (L...
Médicaments sans ordonnance: 3 personnes sur 5 prê... Internet, grandes surfaces, … les médicaments sans ordonnance ne seront peut-être bientôt plus l’apanage des seules pharmacies. Selon une étude du cab...
Médicaments : la consommation des Français baisse ... Les médicaments, premier poste des dépenses de soins de ville, ont affiché pour la 1ère fois en 2011, une stabilité avec une croissance limitée à +0,2...
Maladie d’Alzheimer: des médicaments à lR... La Haute Autorité de Santé vient de révéler les résultats de sa réévaluation et conclut à un intérêt thérapeutique faible des médicaments de la maladi...
Médicaments : la consommation des Français passée ... Le site EcoSocioConso du groupe E. Leclerc vient de publier un dossier complet sur les Français et le médicament avec de nombreuses infographies et de...
Plus de 800 000 médicaments de contrebande saisis Une nouvelle opération internationale, destinée à lutter contre la vente illicite de médicaments sur Internet et qui s’est déroulée du 18 au 25 juin 2...
Maladie de Parkinson : mieux comprendre les médica... A l’occasion de la Journée Mondiale de la maladie de Parkinson, l’Afssaps diffuse un document d’information à destination des patients et de leur ento...
Médicaments : une appli pour faciliter la communic... Connexin est un service en ligne gratuit de veille et d’alerte lancé par Roche Pharma France et Advanced Schema. Son objectif : optimiser le partage d...
Médicaments : la liste des 59 produits « sous haut...  « Le Parisien » publie aujourd’hui la liste de 59 de ces molécules à risque, surveillées de près par l’Agence française de sécurité sanitaire des pro...
Grippe A/H1N1 : un dispositif de surveillance des ... L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a présenté son dispositif de pharmacovigilance des effets indésirables qui se...
Innovation thérapeutique: plus de 2 Français sur 3... Selon le baromètre LIR/Ifop¹ de l’innovation thérapeutique en France. Pour 63% des personnes interrogées, l’innovation thérapeutique évoque la mise au...
Arthrose : un guide pratique et illustré Jérôme Auger et Francis Berenbaum, spécialistes de l’arthrose, réunissent leur expérience dans cet ouvrage pratique et illustré. Ils répondent à l’ens...
Hépatite C : un nouveau traitement à 46 000 euros... Harvoni, le nouveau traitement du laboratoire américain Gilead vient d'être inscrit sur la liste des médicaments agrées aux collectivités et sur la li...
50% des médicaments ne serviraient à rien selon Ph... « 50% de médicaments inutiles, 20% de mal tolérés, 5% de potentiellement très dangereux, mais, incroyable paradoxe, 75% sont remboursés », assènent Be...
Le Téléthon va produire des médicaments de thérapi... La Tribune revient ce mercredi sur l'Association française contre les myopathies (AFM) qui a reçu l'autorisation de fabriquer des médicaments pour des...
Médicaments sur internet : feu vert à la vente des... Selon « Les Echos » et « Le Figaro », la ministre de la Santé envisagerait de légaliser la vente des médicaments non remboursables et vendus sans pres...