Une enquête Opinionway, réalisée pour la Fondation Pierre Deniker, montre qu’un jeune sur deux en formation déclare des difficultés d’ordre psychologique sans pour autant avoir nécessairement recours à un professionnel de santé.

Ainsi  pour 9% des jeunes interrogés, les difficultés exprimées peuvent évoquer un diagnostic psychopathologique et en particulier, pour 7% d’entre eux, des signes d’allure dépressive. Or parmi ces 9%, 60% n’ont eu recours à aucun professionnel de santé. Seulement 11% ont consulté un psychiatre ou un psychologue.

Le Professeur Jean-Pierre Olié (hôpital Sainte Anne), président de la Fondation Pierre Deniker lance aujourd’hui l’opération « Bien dans ses études, bien dans sa vie », dont l’objectif est d’améliorer la prise en charge de la souffrance psychologique des jeunes.

L’enquête a été réalisée en juin sur un échantillon représentatif de 1.217 jeunes âgés de 18 à 25 ans (585 lycéens et étudiants, 551 jeunes en apprentissage ou ayant un travail, 81 en recherche d’emploi).

Source : Le Figaro

A Lire également

Pénis: quelle est la taille moyenne ? L'Académie nationale de chirurgie a rendu public le 19 octobre les mensurations moyennes d'un sexe masculin. Objectif : sensibiliser les hommes aux ri...
Tabac : Yvan Attal réalise un spot contre la cigar... Aujourd’hui, 40% des fumeurs de 12 à 25 ans sont déjà dépendants du tabac. Droits des Non-Fumeurs lance son nouveau film publicitaire réalisé gracieus...