En alternative à l’anesthésie générale, certains hôpitaux utilisent l’hypnose comme nouvelle méthode pour échapper à la douleur. Outre son utilisation pour les opérations en bloc opératoire, la méthode ferait aussi ses preuves dans la gestion de la douleur chronique.

Ainsi, l’hôpital de Nîmes utilise l’hypnose comme nouvelle approche pour la réalisation des endoscopies. Depuis juin 2008, les bons résultats obtenus laissent présager d’autres applications dans de nombreux secteurs au bloc opératoire de cet hôpital mais aussi dans ses services d’hospitalisation.

Comment ça se passe ?

Basée sur la dissociation du corps et de l’esprit, l’état de veille paradoxale, ou transe hypnotique, permet au patient de revivre le souvenir agréable de son choix, préalablement relaté au médecin, alors que se déroulent le pansement, la mobilisation articulaire et l’examen invasif.

Le patient n’est pas endormi, seulement « déconnecté » de la réalité du présent douloureux; ainsi, la durée de l’examen ou du soin est ressentie comme plus rapide que dans la réalité : le patient devient acteur de sa prise en charge.

En cancérologie

L’outil hypnotique se développe en oncologie. Au CHU de Nîmes, un médecin et deux psychologues sont formés et pratiquent déjà l’hypnose. 12 autres professionnels se sont inscrits pour recevoir cet enseignement.

Depuis avril 2010, un Institut rennais dispense un cycle de formation à l’hypnose aux professionnels des services d’oncologie désirant utiliser cette technique complémentaire pour améliorer la prise en charge de la douleur aiguë et de l’anesthésie chez leurs patients.

Les autres méthodes d’hypnose “médicale”

L’hypnose est aussi utilisée pour les patients souffrant de douleurs rebelles et persistantes, après échec des traitements conventionnels ou en complément de ceux-ci.

Sous une autre forme, l’hypnose apparaît pour les soins palliatifs. Par exemple, les médecins ont recours à l’hypnose dans les symptômes de fin de vie : dyspnée , angoisse, stress et pour les douleurs induites par les soins. Les équipes médicales utilisent l’hypnose dite conversationnelle pour un accompagnement personnalisé au plus proche des désirs des patients. L’apprentissage de l’autohypnose, en mobilisant les ressources du patient, le rend acteur de ses soins à cette phase ultime de la vie.

De nombreuses pistes restent encore à explorer, notamment dans la gestion du stress au travail. Des études sont en cours.

Morgane Boileau
Source : CHU de Nîmes

A Lire également

Risque allergique maximal lié aux pollens dans le ... Selon le dernier bulletin du Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA), les allergiques du Sud de la France vont devoir faire face à un ri...
Vers un nouveau traitement pour le cancer du poumo... Le laboratoire pharmaceutique suisse Novartis a annoncé vendredi que son composé expérimental LDK378 a reçu la désignation de traitement novateur ou B...
Livre : “Le droit des malades” de Cami... Qui pour secourir le malade ? Le médecin ou l'avocat ? Difficile d'établir un diagnostic. Cet ouvrage reprend le droit appliqué aux malades, et revien...
Cécité: un médicament 30 x moins cher prouve son e... Selon une étude britannique, deux traitements le Lucentis et l'Avastin procureraient les mêmes bénéfices pour traiter la dégénérescence maculaire liée...
Cholestérol : faut-il continuer à prendre des stat... Un taux élevé de cholestérol est un des facteurs de risque des accidents cardiovasculaires, au même titre que le diabète, le tabagisme, une tension tr...
Sida: un traitement anti-VIH empêche la transmissi... Les résultats de l’essai HPTN 052, annoncés jeudi par les Instituts nationaux de santé des États-Unis, montrent que si la personne séropositive du cou...
Lymphome folliculaire : la protéine Rituximab, un ... Pour les malades atteints d’un lymphome folliculaire, la protéine Rituximab est un nouvel espoir d’une espérance de vie plus grande. Cet anticorps mon...
Cancer du sein: un nouveau traitement obtient le f... Le groupe pharmaceutique suisse Roche vient d'annoncer que la US Food and Drug Administration (FDA), l'agence du médicament aux Etats-Unis, a approuvé...
Plan Cancer : “des efforts à poursuivre̶... Selon un rapport publié par la Direction générale de la santé (DGS), avec l’appui de l’Institut national du cancer (INCa), les moyens pour le Plan can...
VIH /sida : l’accès au traitement en nets pr... On estime que 6,6 millions de personnes dans les pays à revenu faible et intermédiaire étaient sous traitement antirétroviral contre le VIH/sida fin 2...
Téléthon : portes ouvertes sur l’AFM 95 200 117 euros : c’est le résultat final de la 23ème édition du Téléthon organisée les 4 et 5 décembre derniers par l’AFM. A l'occasion de l'annonce...
Cancer du rein : tuer les tumeurs par le froid Le cancer du rein touche 10 000 personnes chaque année. Près de 60% de ces tumeurs sont diagnostiquées à un stade précoce, leur tumeur mesure le plus ...
Un nouvel espoir dans la leucémie Cellectis, une société de biotechnologie spécialisée dans l’ingénierie des génomes, a annoncé avoir réussi à établir la preuve de concept in vivo de s...
Ebola : résultats encourageants des essais sur un ... Un médicament antiviral japonais, le favipiravir, a montré des résultats encourageants contre le virus Ebola lors d'un essai conduit en Guinée par l’I...
Un appel au financement participatif pour aider 10... L’Institut Curie vient de lancer un appel aux dons via sa plateforme de collecte macollecte.curie.fr afin de permettre à 100 patients atteints d’un ca...
L’ hypnose pendant la grossesse expliquée pa... Ressentir la vie en soi peut parfois donner lieu à des peurs pendant la grossesse. L'hypnose permet de vivre sereinement cette période intense en évén...