En alternative à l’anesthésie générale, certains hôpitaux utilisent l’hypnose comme nouvelle méthode pour échapper à la douleur. Outre son utilisation pour les opérations en bloc opératoire, la méthode ferait aussi ses preuves dans la gestion de la douleur chronique.

Ainsi, l’hôpital de Nîmes utilise l’hypnose comme nouvelle approche pour la réalisation des endoscopies. Depuis juin 2008, les bons résultats obtenus laissent présager d’autres applications dans de nombreux secteurs au bloc opératoire de cet hôpital mais aussi dans ses services d’hospitalisation.

Comment ça se passe ?

Basée sur la dissociation du corps et de l’esprit, l’état de veille paradoxale, ou transe hypnotique, permet au patient de revivre le souvenir agréable de son choix, préalablement relaté au médecin, alors que se déroulent le pansement, la mobilisation articulaire et l’examen invasif.

Le patient n’est pas endormi, seulement « déconnecté » de la réalité du présent douloureux; ainsi, la durée de l’examen ou du soin est ressentie comme plus rapide que dans la réalité : le patient devient acteur de sa prise en charge.

En cancérologie

L’outil hypnotique se développe en oncologie. Au CHU de Nîmes, un médecin et deux psychologues sont formés et pratiquent déjà l’hypnose. 12 autres professionnels se sont inscrits pour recevoir cet enseignement.

Depuis avril 2010, un Institut rennais dispense un cycle de formation à l’hypnose aux professionnels des services d’oncologie désirant utiliser cette technique complémentaire pour améliorer la prise en charge de la douleur aiguë et de l’anesthésie chez leurs patients.

Les autres méthodes d’hypnose “médicale”

L’hypnose est aussi utilisée pour les patients souffrant de douleurs rebelles et persistantes, après échec des traitements conventionnels ou en complément de ceux-ci.

Sous une autre forme, l’hypnose apparaît pour les soins palliatifs. Par exemple, les médecins ont recours à l’hypnose dans les symptômes de fin de vie : dyspnée , angoisse, stress et pour les douleurs induites par les soins. Les équipes médicales utilisent l’hypnose dite conversationnelle pour un accompagnement personnalisé au plus proche des désirs des patients. L’apprentissage de l’autohypnose, en mobilisant les ressources du patient, le rend acteur de ses soins à cette phase ultime de la vie.

De nombreuses pistes restent encore à explorer, notamment dans la gestion du stress au travail. Des études sont en cours.

Morgane Boileau
Source : CHU de Nîmes

A Lire également

La Mucoviscidose en 2010 : maladie, soins, traitem... Chaque dernier dimanche de septembre, des milliers de bénévoles en France organisent les Virades de l'espoir pour Vaincre la Mucoviscidose. L’occasion...
Cherchez vos médicaments génériques sur votre iPho... Trouver ses médicaments génériques  en quelques clics sur votre mobile ? C’est possible grâce  à Kelmed, l’application gratuite pour iPhone, développé...
Ebola : résultats encourageants des essais sur un ... Un médicament antiviral japonais, le favipiravir, a montré des résultats encourageants contre le virus Ebola lors d'un essai conduit en Guinée par l’I...
Un Bullet journal pour les femmes atteintes d’un c... « Mieux vivre avec un cancer de l’ovaire » c’est le défi relevé par Pharma Mar avec son premier Bullet Journal à destination des patientes. Il est à l...
VIH /sida : l’accès au traitement en nets pr... On estime que 6,6 millions de personnes dans les pays à revenu faible et intermédiaire étaient sous traitement antirétroviral contre le VIH/sida fin 2...
Ostéoporose : quels sont les facteurs de risque ? Dans le monde, on enregistre une fracture due à l'ostéoporose toutes les 20 secondes ! Trop de femmes encore ne se sentent pas concernées par l'ostéop...
Maladie de Parkinson: diminuer les effets secondai... Des chercheurs de Bordeaux associant l'Inserm et le CNRS viennent de découvrir qu'il est possible de diminuer les effets secondaires liés au traitemen...
Cancer : l’Institut Curie et le Centre René Huguen... L’Institut Curie et le Centre René Huguenin fusionneront à partir du 1er janvier 2010. Un rapprochement qui a pour objectif d’amplifier leurs capacité...
Un nouvel espoir dans la leucémie Cellectis, une société de biotechnologie spécialisée dans l’ingénierie des génomes, a annoncé avoir réussi à établir la preuve de concept in vivo de s...
Plan Cancer : “des efforts à poursuivre̶... Selon un rapport publié par la Direction générale de la santé (DGS), avec l’appui de l’Institut national du cancer (INCa), les moyens pour le Plan can...
Cancer et prise en charge de la douleur Une enquête, réalisée sous l'égide de l'INCa en 2010 avec l'Institut BVA, a été menée auprès de 1507 patients atteints de cancer traités en ambulatoir...
Traitement du cancer : la Radiothérapie de haute p... La radiothérapie est un des traitements majeurs du cancer. Plus de 60% des patients cancéreux reçoivent à un moment ou à un autre de leur maladie un t...
Les « bébés bulle » ont 11 ans et démontrent l’eff... 11 ans déjà pour ceux surnommés les "bébés bulle"! En mars 1999, Alain Fischer, Marina Cavazzana-Calvo et Salima Hacein- Bey-Abina et leurs équipes de...
Qu’est-ce que l’assistance médicale à domicile ?... L’assistance médicale à domicile regroupe l’ensemble des prestations qui permettent aux patients de suivre leur traitement à domicile, dans leur propr...
Incontinence urinaire : la bandelette, une nouvell... Le CHU-Hôpitaux de Rouen a développé une technique innovante dans le traitement de l'incontinence urinaire masculine : les bandelettes sous-uréthérale...
Livre : Le Vrai Régime anticancer du Pr Khayat "Ce livre est la somme de trente années de recherche en cancérologie. Pendant toutes ces années, quels qu'aient été mon titre, mon rang ou ma responsa...