Mépris, humiliations, contraintes physiques… Sur l’ensemble des 4.800 requêtes instruites par le Pôle Santé et Sécurité des Soins, mis en place début 2009 par le Médiateur de la République, près de 8 % faisaient état directement d’une réclamation à propos d’un fait de maltraitance* « ordinaire » à l’encontre des personnels et des patients.

En effet, Jean-Paul Delevoye,  le Médiateur de la République a observé une montée inédite et progressive des phénomènes de maltraitance concernant non seulement les patients, mais également le personnel hospitalier, parfois victime de comportements agressifs.

Les situations rencontrées par le Pôle Santé et Sécurité des Soins sont multiples et loin d’être exhaustives :
– attentes interminables des familles avant d’être conduites auprès de leurs proches hospitalisés ;
– sentiment d’avoir été mal ou pas informé, ou rarement écouté ;
– mépris social dans les modalités de délivrance de l’information ;
· sentiment d’un désintérêt ou d’une attitude méprisante de la part du personnel soignant ;
· patient abordé avec un ton et des paroles inappropriés voire humiliants ;
· entraves et contraintes mises en place pour le confort des professionnels ;
– besoins primaires pas toujours respectés (soif, faim, sommeil…) ;
– douleur trop souvent minimisée, parfois ridiculisée… ;
atteintes à l’intimité corporelle ;
– problèmes récurrents concernent le recueil des selles et des urines (« couches » imposées)…

Un certain nombre de facteurs sont cités par les professionnels de santé pour expliquer la maltraitance : leur « souffrance », les conditions d’exercice contraignantes, un encadrement parfois défaillant et une organisation beaucoup trop rigide. Cependant, de nombreux services se sont mobilisés pour développer une démarche de « bientraitance ».

Un respect réciproque

« Les personnes soignées ne doivent toutefois pas perdre de vue que le bon déroulement des soins repose fondamentalement sur un respect réciproque. Si le malade, personne vulnérable par excellence, demeure une victime « privilégiée », les soignants constituent eux-mêmes désormais une catégorie de victimes « à risque ». Si le patient et ses proches disposent de droits, ils ne doivent jamais oublier qu’ils ont aussi des devoirs, au même titre que les professionnels de santé », estime aussi Jean-Paul Delevoye .

* Le Conseil de l’Europe a proposé, en 2002, une définition de la maltraitance comme étant « tout acte, ou omission, qui a pour effet de porter gravement atteinte, que ce soit de manière volontaire ou involontaire, aux droits fondamentaux, aux libertés civiles, à l’intégrité corporelle, à la dignité ou au bien-être général d’une personne vulnérable. »

Source : Médiateur de la Républqiue

A Lire également

Cancer, diabète et douleur : un nouvel « Espace In... Un nouvel « Espace Info Santé » dédié au cancer, au diabète et à la douleur a été inauguré le mardi 19 mai 2015 au Centre Hospitalier Lyon-Sud. Cette ...
Cancer et prise en charge de la douleur Une enquête, réalisée sous l'égide de l'INCa en 2010 avec l'Institut BVA, a été menée auprès de 1507 patients atteints de cancer traités en ambulatoir...
La maladie veineuse chronique ou l’insuffisance ve... La maladie veineuse chronique, également appelée insuffisance veineuse, est une maladie douloureuse qui affecte quelque 18 millions de Français, soit ...
Quels rapports entretiennent les femmes avec leurs... Plus de 4 femmes sur 10 ont des problèmes de jambes liés à des troubles veineux, faisant de la maladie veineuse chronique une pathologie largement rép...
Douleur : 71% des seniors pensent qu’il est normal... Comment les seniors vivent-ils leur douleur ? Une enquête CSA Research* pour Sanofi révèle que la douleur touche la quasi-totalité des seniors et fait...
Migraine: les femmes plus sensibles à la douleur ?... Selon une étude américaine réalisée par des chercheurs de Harvard, et relayée mardi par Le Figaro, les femmes seraient plus sensibles à la douleur que...
Faut-il soigner par antibiotiques une angine, une ... Les angines, otites ou rhinopharyngite ne sont pas toujours traitées par antibiotique. Tout dépend si l'angine est d'origine virale ou bactérienne (il...
Migraine : pourquoi et comment La migraine est une forme particulière de mal de tête (céphalée) : elle se distingue notamment du mal de tête « ordinaire » par sa durée et son intens...
Troubles du sommeil: une journée pour les dépister... Pour sa 10ème édition, la Journée du Sommeil (19 mars 2010) a retenu le thème: "Quand le sommeil prend de l’âge" avec la publication d’une enquête nat...
Douleurs, trous de mémoire : les jeunes adultes pr... Ressentir des difficultés à accomplir certains actes de la vie quotidienne n’est pas réservé aux personnes âgées ou  handicapées. Une récente étude d...
«Toisons-nous» : une campagne pour sensibiliser su... La perte de taille est un signal d’alerte simple pour dépister une ostéoporose. A l’occasion de la Journée Mondiale de l’Ostéoporose le 20 octobre pro...
Dentiste : une campagne pour ne plus avoir peur ! Encore un Français sur deux redoute d’aller consulter son chirurgien-dentiste, dont la moitié par crainte de la douleur (1). Air Liquide Santé France,...
Actes médicaux: 1 Français sur 3 déclare appréhen... Selon une récente enquête Ifop menée par Air Liquide HealthCare, 1 Français sur 3 déclare appréhender la douleur à l’annonce de la réalisation d’un ac...
Vaccin H1N1 : risque de fièvre chez les jeunes enf... Selon l'EMEA, l'Agence européenne des médicaments, la vaccination contre la grippe A(H1N1) avec le Pandemrix, vaccin fabriqué par le laboratoire pharm...
Johnny : les deux questions que l’on se pose Le chanteur, âgé de 66 ans, a été admis en urgence le 7 décembre à l'hôpital Cedars-Sinai de Los Angeles pour une infection consécutive à une opératio...
Médicaments : une campagne d’information sur « les... Cancer, infarctus, vaccination, greffe, douleur… Les Entreprises du Médicament (Leem) ont lancé depuis fin octobre une campagne d’information montrant...