” Sortir d’une prise en charge essentiellement centrée sur le médicament et de l’influence symbolique qu’il exerce constitue un enjeu de santé publique”, estime la Haute Autorité de Santé (HAS). C’est le cas en particulier pour les patients souffrant de maladies chroniques pour lesquelles les thérapeutiques non médicamenteuses sont souvent recommandées comme traitement de fond, par exemple dans la prise en charge des risques cardio-vasculaires et de l’insomnie.

A la demande du ministère de la Santé, la Haute Autorité de Santé, dans un rapport d’orientation, fait le point sur les divers freins au développement de ce type de prescription – organisationnels et économiques, psychologiques et sociétaux … – et identifie les solutions qui peuvent être apportées.

Le rôle symbolique de la prescription médicamenteuse
Les prescriptions médicamenteuses disposent, particulièrement en France, d’une dimension symbolique qui prend racine à la fois dans l’objet « médicament » et dans le geste du médecin rédigeant une ordonnance à l’attention de son patient. Prescrire un médicament peut signifier implicitement une reconnaissance du bien-fondé de la plainte du patient ; une transmission de connaissances entre le médecin et son patient ; un chemin vers la guérison jugé plus facile par le patient. En effet, le traitement médicamenteux demande moins d’investissement personnel et financier que ces thérapeutiques qui nécessitent une participation active du patient.

Des professionnels de santé mal informés et peu incités
Au-delà des dimensions symboliques, les caractéristiques du système de santé français n’incitent pas les professionnels à prescrire ce type de thérapeutiques: manque de temps pour convaincre leur patient de l’intérêt de ces thérapeutiques, manque d’information sur les compétences et la disponibilité de professionnels spécialisés dans le suivi de ces thérapeutiques (psychologue, ergothérapeute…) ; et un niveau de preuve d’efficacité de ces thérapeutiques souvent faible qui s’explique à la fois par des difficultés méthodologiques et par la structure actuelle du financement de la recherche clinique.

Des inégalités d’accès à l’offre de thérapeutiques non médicamenteuses
Des inégalités sociales, économiques (reste à charge pour les patients) et géographiques (manque de professionnels spécialisés dans certains territoires) peuvent également être à l’origine des difficultés que rencontrent certains usagers pour accéder aux professionnels compétents (ex. diététiciens, éducateurs spécialisés dans la réadaptation physique des personnes âgées…).

La HAS a identifié des clés pour favoriser le développement de la prescription de ces thérapeutiques :

Pour les pouvoirs publics : poursuivre les expérimentations visant à tester l’impact de nouvelles formes de rémunération. L’objectif serait d’identifier les modalités permettant d’inciter les médecins à consacrer le temps nécessaire à ce type de prescription. Favoriser le développement d’études sur l’efficacité comparative et l’efficience de ces thérapeutiques non médicamenteuses dans des contextes spécifiques de prise en charge.

Pour les professionnels de santé : « officialiser » la prescription de thérapeutiques non médicamenteuses en rendant systématique leur inscription sur l’ordonnance au même titre que les médicaments et prendre le temps de donner des consignes précises et/ou orienter le patient vers des professionnels spécialisés (coordonnées, lettres de recommandation, …).

Pour les patients : changer de regard sur la notion de « traitement » au profit d’une conception plus large, où les prises en charge médicamenteuses et non médicamenteuses sont perçues comme complémentaires, dans un objectif à la fois curatif et préventif.

Consulter les documents en ligne sur le site de la HAS

Source : HAS

A Lire également

Chirurgie de la cataracte : ville ou hôpital ? La Haute Autorité de Santé a dit non : pas de chirurgie de la cataracte en cabinet de ville sauf à développer des centres autonomes de chirurgie. Pour...
Cancer de la prostate: la HAS défavorable au dépis... Comme elle l'avait conclue pour la population générale en 2010, la Haute Autorité de Santé (HAS) considère qu'il n'existe pas de preuve de l'intérêt d...
Les Français et l’activité physique : bougez-vous ... « Bougez-vous ? ». La question est posée à l’occasion du récent Baromètre Santé. Le Dr Serge Simon, médecin et ancien sportif de haut niveau, revient ...
Phénylcétonurie : un site internet pour mieux comp... Ce site internet consacré à la phénylcétonurie (PCU), une affection métabolique congénitale rare, a pour objectif de mettre à la disposition des patie...
Hormone de croissance chez l’enfant: la HAS ... La Haute Autorité de Santé (HAS) a réévalué les traitements par l'hormone de croissance prescrits aux enfants non déficitaires. La HAS, au regard de l...
Maigrir à Brides : la cure Métamorphose primée Le Grand Spa Thermal de Brides-les-Bains (Savoie) a reçu le Prix de l'Innovation par l'European Spa Association jeudi 26 mai 2016 pour sa cure Métamor...
Maladie d’Alzheimer : nouvelle recommandatio... La Haute Autorité de Santé a actualisé sa recommandation « Diagnostic et prise en charge de la maladie d'Alzheimer et des maladies apparentées » publi...
Développer la pratique physique des seniors en Fra... Valérie FOURNEYRON, ministre des sports, de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative et Michèle DELAUNAY, ministre déléguée aux ...
Maladie Alzheimer : veiller sur la santé des proch... Dans ses dernières recommandations, la Haute Autorité de Santé (HAS) préconise un suivi régulier et personnalisé des proches de patients atteints d'Al...
Vers un dépistage volontaire et généralisé du VIH ... Dans ses dernières recommandations, la Haute Autorité de Santé (HAS) suggère que le dépistage du virus du sida soit proposé à toute la population de 1...
Pollution aux particules fines : évitez les activi... Face aux épisodes de pollution aux particules fines auxquels sont confrontées plusieurs régions de France, le ministère de la Santé rappelle les recom...
Obésité, surpoids… La HAS fait ses recommand... Changement durable des habitudes, accompagnement diététique et psychologique, activité physique, mais aussi se passer de médicaments... La Haute Autor...
Autisme : la HAS recommande un projet personnalisé... La Haute Autorité de Santé (HAS) et l'Agence nationale de l'évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (Anes...
VIH : vers un dépistage volontaire et généralisé... Dans ses dernières recommandations, la Haute Autorité de Santé (HAS) suggère que le dépistage du virus du sida soit proposé à toute la population de 1...
Maladie d’Alzheimer: des médicaments à lR... La Haute Autorité de Santé vient de révéler les résultats de sa réévaluation et conclut à un intérêt thérapeutique faible des médicaments de la maladi...
Médicaments déremboursés : la liste publiée au Jou... Une nouvelle vignette orange et un nouveau taux de remboursement : 15 %. Pris en charge à 35 %, 150 produits sont dans un premier temps concernés par ...