L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) publie aujourd’hui un rapport d’expertise « Nutrition et cancer : légitimité de recommandations nutritionnelles dans le cadre de la prévention des cancers» Pour l’Anses, « il n’existe pas d’aliment ou de nutriment « anticancer » en soi ».

Afin de réaliser une expertise collective sur le sujet, l’Anses a constitué un groupe d’experts pluridisciplinaire, qui s’est réuni durant quatre ans et a tenu compte le plus largement possible des études disponibles au plan international : expérimentations in vitro, études chez l’animal et données épidémiologiques et cliniques chez l’homme, méta-analyses, évaluations internationales. Le groupe d’experts a soumis son rapport d’expertise en juin 2010 au comité d’experts spécialisé de l’Anses qui l’a validé.

Ce travail met en évidence qu’il n’existe pas d’aliment ou de nutriment « anticancer » en soi. Ainsi la consommation d’un aliment, d’un nutriment ou d’un complément alimentaire en particulier n’est pas suffisante, à elle seule, pour prévenir l’apparition d’un cancer, surtout lorsque l’alimentation dans son ensemble est déséquilibrée. D’une façon générale, pour réduire les risques d’excès ou de déficits en aliments ou nutriments, et prévenir ainsi le risque de cancer, il convient d’avoir une alimentation équilibrée et diversifiée avec un apport calorique adapté aux dépenses énergétiques jointe à une activité physique régulière, et permettant d’atteindre les apports nutritionnels conseillés.

Ce rapport rejoint dans ce cadre les conclusions des travaux internationaux menés sur cette question. Il rappelle que les cancers sont des maladies complexes résultant de l’interaction d’un grand nombre de facteurs de nature génétique, propre à chaque individu ; comportementaux (tabagisme, pratique d’une activité physique, …) ; ou encore de nature environnementale au sens large, y compris l’alimentation.

Un rapport qui conforte les recommandations actuelles
Les facteurs nutritionnels influant sur le risque de cancer peuvent avoir différents mode d’action :
– un effet direct de l’alimentation via des apports excédentaires ou insuffisants de nutriments ou d’aliments
– un effet indirect de l’alimentation qui via le développement d’un surpoids voire de l’obésité, induit des perturbations de l’organisme (notamment hormonales).
– un effet indirect de l’exercice physique qui joue sur le statut hormonal et favorise l’équilibre énergétique

Le travail d’expertise scientifique identifie huit facteurs nutritionnels ayant un effet convaincant ou probable sur le risque de cancer, faisant l’objet de recommandations nutritionnelles sont pertinents pour la population française. En regard de chacun de ces facteurs, l’Anses a analysé plusieurs critères dont l’exposition de la population (habitudes de consommation alimentaire, prévalence du surpoids et de l’obésité, de l’inactivité physique…) et la fréquence des cancers associés en France.

L’Anses rappelle ainsi qu’il est recommandé de limiter la consommation d’aliments à forte densité énergétique car ils favorisent le risque de surpoids. De plus, la consommation des boissons alcoolisées doit être réduite et les consommations de viandes rouges, de charcuteries, de sel et d’aliments salés, impliquées dans l’apparition de certains cancers, doivent être limitées. A ce titre, il convient de rappeler que l’apport moyen en sel (8,5 g par jour pour un adulte) reste trop élevé en France, même s’il a baissé ces dernières années.

Il est par ailleurs recommandé de privilégier la consommation de fruits et légumes qui contribuent fortement à la couverture des besoins en fibres (après les produits céréaliers), vitamines et minéraux et à diminuer la densité énergétique du régime alimentaire. Or, les apports moyens en fibres en France (18 g/j) restent sensiblement en dessous des apports nutritionnels conseillés (30 g/j pour un adulte).

Enfin, pour les femmes qui le peuvent et qui le souhaitent, il est également conseillé d’allaiter de manière exclusive jusqu’à l’âge de 6 mois compte tenu des bénéfices que cela apporte à l’enfant et à la mère. Enfin, une activité physique, de même intensité qu’une marche rapide, d’au moins 30 minutes par jour et 5 jours par semaine permet de limiter la prise de poids et le risque d’apparition d’un cancer.

Ce travail conforte ainsi les préconisations existantes (PNNS, plan cancer) en faveur d’une alimentation variée et qui prônent la mesure vis-à-vis de certains aliments. Ces recommandations sont cohérentes avec celles formulées dans les campagnes nutritionnelles plus générales qui visent notamment la prévention du surpoids et de l’obésité et des maladies cardiovasculaires.

Afin de consolider les connaissances actuelles et de combler certains manques identifiés lors de ce travail, l’Anses fait également une série de recommandations en matière de recherche.

Pour en savoir plus
Le rapport sur le site de l’Anses

Source : Anses

A Lire également

Cancer : quand la dermo-cosmétique s’engage pour f... Après avoir mené une étude clinique en 2016 au sein de plusieurs Centres de lutte contre le cancer (CLCC) afin de tester cliniquement leurs produits, ...
Cancer: une campagne pour “changer le regard... L'Institut National du Cancer et le ministère chargé de la Santé lancent une campagne au ton inédit pour faire changer le regard des Français sur les ...
Ondes électromagnétiques : l’Anses émet ses ... Face au développement rapide des technologies, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a ...
Deux guides ALD patients sur la leucémie lymphoïde... L'INCa vient de mettre en ligne sur son site deux nouveaux guides ALD patients. Le premier concerne la prise en charge de la leucémie lymphoïde chroni...
Journée mondiale de la Santé 2015: le contenu de v... Au cours de la Journée mondiale de la Santé, qui sera célébrée le 7 avril, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) mettra l’accent sur les défis à r...
Cancer de la peau : la Ligue vous informe à l̵... La Ligue contre le Cancer va à la rencontre du grand public à l'Hôpital d'Amiens. Dans le cadre de la semaine nationale de la protection solaire, la L...
Cancer: une consultation pour aider les patients à... Soins, examens, périodes d'hospitalisation, rythment la vie du malade mais aussi celles de son entourage. Difficile dans ce contexte de prévoir et sur...
Prédispositions génétiques au cancer du sein : un ... Un nouveau test en cours de développement pourrait être utilisé comme un complément indispensable aux méthodes actuelles de dépistage, selon les résul...
Cancer : deuxième saison des vidéos pédagogiques «... Pour la deuxième saison des vidéos pédagogiques « Chez Marie », des spécialistes du cancer de l’Institut Curie se sont prêtés au jeu d’expliquer - sim...
Démarches sociales et cancer : un guide pratique p... L’Institut National du Cancer (INCa) en partenariat avec la Ligue nationale contre le cancer publie l’édition mise à jour du guide Cancer info « Démar...
Alimentation : un nouveau portail web pour tout sa... Pour mieux informer les consommateurs sur leur alimentation et sur les actions du ministère de l’agriculture  en la matière, un nouveau portail intern...
A vos jonquilles pour lutter contre le cancer L'opération "Une Jonquille pour Curie" reprend du service. Tout le monde peut facilement participer. On vous explique comment. Une jonquille pour C...
Cancer du poumon du non-fumeur: la piste génétique... Selon une étude publiée lundi dans la revue The Lancet Oncology, des variations génétiques augmenteraient de façon significative le risque de développ...
OGM: l’étiquetage des aliments toujours dans le fl... Sujet très polémique: avez-vous compris le système d’étiquetage des aliments “sans OGM”? Si oui, bravo! L’avis rendu par le Haut conseil des biotechno...
Utiliser le virus du sida pour lutter contre le ca... Transformer le VIH en outil biotechnologique au service de notre santé : tel est l'objectif d'une équipe du laboratoire Architecture et réactivité de ...
Une cabine UV sur sept dépasse les limites de sécu... Selon les résultats d’une campagne de contrôle des cabines UV et des salons de bronzage menée par la Direction Générale de la Santé et des Consommateu...