Avec près de 45 000 nouveaux cas et 18 000 décès par an, le cancer colorectal reste le 2e cancer le plus meurtrier. Malgré un test qui a fait la preuve de sa fiabilité et de ses performances dans la détection des cancers à un stade précoce et des lésions précancéreuses, la population cible du dépistage organisé (les femmes et les hommes de 50 à 74 ans ne présentant pas de symptôme) reste encore trop peu nombreuse à participer.

En effet, les derniers chiffres publiés par Santé publique France annoncent un taux de participation de 33,5 % versus les 45 % jugés acceptables au niveau européen. Pourtant, détecté tôt, ce cancer peut être guéri dans 9 cas sur 10.

À l’occasion de sa campagne de communication, qui débute le 18 février, l’Institut national du cancer appelle chacun, grand public et professionnels de santé, à se mobiliser autour de cet enjeu de santé publique et de ce dépistage qui peut sauver des vies.

Une participation au dépistage organisé encore insuffisante

Le dépistage organisé du cancer colorectal s’adresse aux femmes et aux hommes âgés de 50 à 74 ans, ne présentant ni symptômes, ni facteurs de risque autre que l’âge soit 16,5 millions de personnes. Tous les 2 ans, ces personnes sont invitées par courrier à réaliser un test de dépistage qui consiste en la recherche de sang occulte dans les selles. Ce test, facile d’utilisation et ne nécessitant qu’un seul prélèvement, se fait chez soi.

Le cancer colorectal concerne aussi bien les femmes (près de 21 000 cas) que les hommes (plus de 24 000 cas). Dans 90 % des cas ce cancer peut être guéri lorsqu’il est détecté à un stade précoce. Diagnostiqué plus tard, son traitement est lourd, contraignant et ses résultats incertains. Pourtant selon les derniers chiffres publiés par Santé publique France, le taux de participation au programme national de dépistage, malgré une légère hausse, reste en dessous des recommandations européennes d’un seuil minimum de 45 %. Il est de 33,5 % sur la période 2016/2017 versus 29 % sur la période 2015/2016.

La fiabilité du test de dépistage confirmée

Intégré en avril 2015 dans le programme national de dépistage organisé, le test immunologique de dépistage a démontré ses bonnes performances en termes de détection de cancers et de lésions précancéreuses. Ainsi, selon l’évaluation épidémiologique conduite par Santé publique France, le nouveau test permet de détecter

Capture d'écran de la campagne
Capture d’écran de la campagne

2,4 fois plus de cancers et 3,7 plus d’adénomes avancés (lésions précancéreuses) que l’ancien test au Gaïac. Sur une période de 8,5 mois en 2015 (14 avril au 31 décembre), le programme a permis de détecter près de 4 300 cancers et près de 17 000 adénomes avancés (lésions précancéreuses).

Alors que les autorités de santé, dans le programme national de dépistage, mettent à la disposition de la population cible un test qui a fait la preuve de sa fiabilité et de ses performances, cette situation n’est pas satisfaisante. D’autant que ce test, remis par le médecin traitant à l’occasion d’une consultation, est facile d’utilisation et s’effectue à son domicile.

Dans ce contexte, l’Institut national du cancer se mobilise afin que le grand public prenne conscience de la dangerosité de ce cancer et de l’opportunité de réaliser le dépistage afin de favoriser la précocité des diagnostics et d’augmenter les chances de guérison. Il rappelle également qu’une consultation chez le médecin traitant est l’occasion d’aborder le sujet. Enfin, l’Institut a fait du dépistage du cancer colorectal une action prioritaire pour l’année 2018.

Le test de dépistage en pratique

Ce test est simple à utiliser. Il consiste en un prélèvement unique de selles grâce à un bâtonnet qui est ensuite à replacer dans un tube hermétique garantissant sa conservation. Le test ainsi que la fiche d’informations transmise avec le kit et à compléter par la personne réalisant le test, sont à adresser via l’enveloppe T fournie au laboratoire d’analyses médicales dont les coordonnées figurent sur l’enveloppe. Visionnez le mode d’emploi vidéo du test de dépistage.

Source : INCa

A Lire également

Cancers de la peau: journée nationale de dépistage... Le jeudi 30 mai prochain se déroule la 15e édition de la « Journée Nationale de Prévention et de dépistage des cancers de la peau », organisée par le ...
Dépistage cancer du sein : suivez les baguettes de... A l’occasion d’Octobre Rose, la 3ème édition de l’opération "Pour le dépistage du cancer du sein, suivez la baguette" se déroulera du 7 au 17 octobre....
Rétinopathie diabétique : 1 000 diabétiques par an... Le diabète peut rendre aveugle sans suivi ophtalmologique régulier. C’est le message qu’entendent faire passer l’Association Valentin Haüy (AVH) et l’...
Glaucome : une campagne nationale d’information et... Le glaucome, 1ère cause de cécité totale dans les pays développés, concerne plus d’un million de personnes en France, dont la moitié l’ignore. Le grou...
Sida : tripoter l’application “Sexy fi... L'association de lutte contre le sida AIDES crée le buzz avec sa nouvelle application "Sexy Fingers". La nouvelle pédagogie de Aides pour lutter contr...
Dépistage organisé du cancer colorectal : 16 milli... Diagnostiqué tôt, le cancer colorectal peut être guéri dans plus de 9 cas sur 10. C'est pourquoi le dépistage de ce cancer est proposé par les pouvoir...
Cancer colorectal: pour que le traitement ne soit ... Mettre des gants avant d’ouvrir le réfrigérateur. Éviter le rayon frais des supermarchés. Voici la réalité pour la quasi-totalité des patients atte...
AVC : journée “dépistage gratuit” au g... Le vendredi 28 octobre 2011, le Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph (GHPSJ) ouvre ses portes au grand public pour une journée d’informations et de s...
Dépistage du cancer colorectal : les tests immunol... Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé, a annoncé mardi le lancement de l’appel d’offres européen pour des tests immunologiqu...
Cancer colorectal : le 3ème cancer le plus fréquen... Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum. Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digesti...
Trisomie 21: vers un test de dépistage simplifié Le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) a donné son feu vert  jeudi à l'expérimentation nouveau test de dépistage de la trisomie 21. Un test g...
Infections sexuellement transmissibles : faites-vo... Face à la recrudescence des infections sexuellement transmissibles (IST) constatée depuis plusieurs années, l’Inpes lance une campagne d’information p...
Cancer du col de l’utérus : un troisième programme... Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé, a annoncé la mise en place d’un troisième  programme national de dépistage organisé du cancer...
L’aspirine efficace en prévention du cancer ... Selon une étude britannique publiée dans la revue scientifique The Lancet, l’aspirine aurait bien des effets préventifs contre le cancer colorectal. ...
Cancer du col de l’utérus : 40% des femmes ne réal... A l'occasion de la semaine européenne de prévention et de dépistage du cancer du col de l'utérus du 24 au 30 janvier 2015, l'Institut national du canc...
Cancers : prostate et sein toujours à la hausse L’Institut de veille sanitaire (InVS) publie les chiffres 2010 du cancer, en légère hausse par rapport à 2009. Chez l’homme, en 2010, on estime à 203 ...