Dans le cadre des travaux d’évaluation des risques liés au bisphénol A, l’Anses publie aujourd’hui deux rapports : l’un relatif aux effets sanitaires du bisphénol A, l’autre à ses usages. L’agence sanitaire considère disposer de suffisamment d’éléments scientifiques pour identifier, dès à présent, que l’objectif prioritaire consiste à réduire les expositions au bisphénol A des populations les plus sensibles.

Sur la base de l’analyse de l’ensemble de la littérature scientifique disponible, le groupe d’experts de l’Anses a conclu à l’existence d’effets avérés chez l’animal (effets sur la reproduction, effets sur la glande mammaire, effets sur le métabolisme, le cerveau et le comportement) et d’autres, suspectés chez l’homme (effets sur la reproduction et sur le métabolisme des sucres et des graisses, pathologies cardiovasculaires).

Ces effets sont mis en évidence à des doses notablement inférieures aux doses de référence utilisées à des fins réglementaires et plus particulièrement lors de certaines périodes de la vie correspondant à des périodes de susceptibilité aux effets du bisphénol A (grossesse, périodes pré et postnatale).

Concernant les usages, l’Anses constate une très grande diversité de secteurs industriels déclarant une utilisation du bisphénol A. La production de plastique de type polycarbonate constitue une part majoritaire de son utilisation, sachant qu’une autre part importante sert à la synthèse de résines époxydes, notamment utilisées dans des matériaux au contact des denrées alimentaires.

L’objectif prioritaire consiste à réduire les expositions

Les travaux de l’Agence se poursuivent pour évaluer les expositions humaines alimentaires et environnementales et caractériser les risques sanitaires du bisphénol A, ainsi que les risques liés aux autres substances potentiellement perturbatrices endocriniennes. La complexité et l’ampleur des questions posées conduisent à inscrire ces travaux d’expertise dans la durée. Néanmoins, l’Anses considère disposer de suffisamment d’éléments scientifiques pour identifier, dès à présent, que l’objectif prioritaire consiste à réduire les expositions au bisphénol A des populations les plus sensibles. Cet objectif passe par la substitution des usages du bisphénol A dans les articles qui leur sont destinés (matériaux au contact des denrées alimentaires, jouets, articles de puériculture, etc.) en recourant à des substances ou technologies alternatives dont l’innocuité est démontrée.

Dans ce cadre et en parallèle à la poursuite de ses travaux, l’Agence lance un appel à contributions, afin de recueillir, d’une part, des commentaires sur le contenu et les suites de ses travaux et d’autre part, toute donnée scientifique concernant, notamment, les produits de substitution disponibles ainsi que les données relatives à leur innocuité et leur efficacité. Cet appel à contribution est ouvert jusqu’au 30 novembre 2011, les informations qu’il permettra d’obtenir seront rendues publiques et feront l’objet d’une analyse détaillée par l’Agence dans le cadre de l’élaboration de ses recommandations qui seront publiées début 2012.

Pour en savoir plus

> Les rapports “Effets sanitaires du bisphénol A” et “Connaissances relatives aux usages du bisphénol A”

Source : Anses

A Lire également

Les Psy-Trucs pour les enfants de 0 à 6 ans ! « Les psy-trucs pour les enfants de 0 à 6 ans » de Suzanne Vallières sort aux éditions J’ai Lu. Cette psychologue répond aux questions des parents en ...
Le Bisphénol A pénétrerait dans l’organisme par la... Des chercheurs de de l’INRA de Toulouse montrent pour la première fois que le Bisphénol A (BPA), perturbateur endocrinien qui fait débat par sa présen...
« GlucoZor » : une application pour apprendre aux ... « GlucoZor » est une application mobile ludique qui apprend aux enfants diabétiques de 8 à 12 ans à gérer leur maladie au quotidien. Gratuite, elle es...
Le miel déconseillé pour les nourrissons de moins ... Alertée par l'InVS d'une hausse du nombre de cas de botulisme infantile depuis 2004, l'Afssa  rappelle, conformément aux recommandations de l'OMS, qu'...
Piscines publiques : l’Afsset recommande plu...  L'Afsset publie aujourd'hui un rapport d'expertise collective sur les risques sanitaires liés aux piscines réglementées ouvertes au public. L'Agence ...
Bisphénol A : l’interdiction totale repoussé... La Commission des affaires sociales du Sénat a adopté mercredi 3 octobre le rapport de Patricia Schillinger sur la proposition de loi visant à suspend...
Diarrhée chez les petits enfants: comment éviter l... Selon l’Institut de veille sanitaire (InVS), l’incidence des gastroentérites aiguës augmente bien que le seuil épidémique ne soit pas encore atteint. ...
Une WebTv dédiée… au pipi au lit ! « J’ai 8 ans, pourquoi je fais encore pipi au lit ? Pourquoi ça m’arrive à moi et pas aux autres enfants ? »... La web Tv « Tout savoir sur le pipi au...
Toujours 2 enfants sur 3 mal attachés en voiture 20 ans après l'entrée en vigueur de l'obligation d'attacher les enfants en voiture, 2 enfants sur 3 sont toujours mal ou pas attachés. C'est le résult...
Obésité des enfants: le niveau d’études des ... Une étude publiée dans la revue Public Health Nutrition, menée auprès de 14 426 enfants européens âgés de 2 à 9 ans, montre que ceux dont les parents ...
Bisphénol A : les biberons toujours interdits en F... Dans une interview au Figaro samedi, la secrétaire d'Etat à l'Ecologie Chantal Jouanno a annoncé le maintien en France de l’interdiction des biberons ...
Bisphénol A : quels sont les risques ? L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) vient de publier les résultats de l’évaluation de...
Dyslexie : France Mutuelle partenaire de PRODYS, 1... France Mutuelle met en place un partenariat avec PRODYS, 1er centre médical pluridisciplinaire spécialisé dans le traitement de la dyslexie. France Mu...
Un nouveau plan de lutte de l’OMS et l’... L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) ont présenté  un nouveau plan d’action mondial qui pou...
Grippe H1N1 : Je suis enceinte. Pourquoi me faire ... Pourquoi me faire vacciner ? Enceinte, j’ai plus de risque de développer une forme grave de la grippe A(H1N1). Je fais partie d’une catégorie « à ris...
Le bisphénol A n’est pas dangereux pour la santé s... L'agence européenne pour la sécurité des aliments a estimé ce jeudi que le bisphénol A, ce composé chimique utilisé dans la fabrication de plastiques ...