Face à la montée de la polémique sur la stérilisation à l’oxyde d’éthylène des biberons, tétines et autres, téterelles, le ministère de la Santé répond à vos questions. Qu’est ce que l’oxyde d’éthylène ? Y a-t-il un risque pour mon nourrisson ? Quelles mesures sont mises place ?

 Qu’est ce que l’oxyde d’éthylène ?
L’oxyde d’éthylène est un gaz incolore d’une odeur douceâtre largement utilisé pour la stérilisation des dispositifs médicaux. L’oxyde d’éthylène est classifié comme cancérogène pour l’Homme. Pour ce type de molécule, selon les connaissances actuellement disponibles, la dangerosité est fonction de la durée et de la fréquence d’exposition.

Usage et règlementation de l’oxyde d’éthylène :
L’oxyde d’éthylène est utilisé pour stériliser les dispositifs médicaux selon des normes précises et réglementées permettant de contrôler les taux résiduels d’oxyde d’éthylène sur les produits traités. La réglementation en vigueur n’autorise pas la stérilisation par l’oxyde d’éthylène des matériaux au contact des aliments, tels que les biberons, tétines et téterelles.

Y a-t-il un risque pour mon nourrisson s’il a été en contact avec des biberons, tétines ou téterelles stérilisés avec de l’oxyde d’éthylène ?
En l’état des connaissances actuellement disponibles, il ne semble pas que l’utilisation de la stérilisation par oxyde d’éthylène puisse engendrer des conséquences sanitaires avérées, compte tenu des durées et des doses d’exposition.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) et l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) réaliseront, avant la fin de l’année, les études complémentaires nécessaires.

Quelles mesures sont mises place ?
Dès la réception de cette information, le ministère chargé de la Santé a immédiatement réuni, le 18 novembre, sous l’égide du Directeur général de la santé, les industriels et les directions et agences concernés, afin de prendre toutes les dispositions nécessaires pour remédier à cette situation :

– une information immédiate des établissements de santé, par la Direction générale de l’offre de soins, en lien avec les Agences régionales de santé ;

– le déploiement progressif de solutions alternatives (nourettes, autres biberons à usage unique ou non) permettant dès que possible le retrait des lots incriminés. Les industriels s’engagent par ailleurs à mettre en place immédiatement des cellules dédiées pour répondre à toutes les demandes des établissements de santé dont ils sont les fournisseurs. Une antenne d’appui, sous l’égide de la Direction générale de l’offre de soins, coordonnera au niveau national le dispositif, en lien permanent avec les industriels ;

– L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) et l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) réaliseront, quant à elles, avant la fin de l’année, les études complémentaires nécessaires.

– Une enquête IGAS (Inspection générale des affaires sociales) en lien avec la DGCCRF a été diligentée pour comprendre comment des dysfonctionnements ont pu se produire. Cette enquête permettra de savoir pourquoi les entreprises ont commercialisé des produits en contact direct avec des denrées alimentaires stérilisés avec l’oxyde d’éthylène alors même que cela n’est pas autorisé mais également pourquoi et comment ces produits ont pu être achetés par les maternités. Les conclusions de cette enquête devront être rendues au plus tard à la fin de cette année. Dans tous les cas, le ministère chargé de la Santé communiquera en fonction des nouvelles informations qu’il pourrait avoir ou pour informer des mesures complémentaires prises sur ce sujet.

Pourquoi et comment des biberons stérilisés de façon non réglementaire avec de l’oxyde d’éthylène ont-ils été fournis aux maternités ?
La commercialisation, dans les maternités, de ces biberons, tétines et téterelles, stérilisés avec de l’oxyde d’éthylène, ne respecte pas la législation en vigueur. Une enquête IGAS (Inspection générale des affaires sociales) en lien avec la DGCCRF a été diligentée pour comprendre comment des dysfonctionnements ont pu se produire. Cette enquête permettra de savoir pourquoi les entreprises ont commercialisé des produits en contact direct avec des denrées alimentaires stérilisés avec l’oxyde d’éthylène alors même que cela n’est pas autorisé mais également pourquoi et comment ces produits ont pu être achetés par les maternités. Les conclusions de cette enquête devront être rendues au plus tard à la fin de cette année.

Source : Ministère de la Santé

A Lire également

Accueillir des jumeaux : un guide pour se préparer... Face aux doutes et aux multiples interrogations qui s’enchaînent, cet ouvrage facilitera la vie des futurs ou jeunes parents de jumeaux par le biais d...
Stop à l’achat de couches jetables ; passez aux la... Fini les achats de couches chaque semaine à l’hyper. P’tits dessous propose aux jeunes parents de véritables sous-vêtements pour bébé : les couches la...
Bronchiolite: comment éviter la transmission du vi... Le ministère de la Santé rappelle que chaque hiver, près de 30 % des enfants de moins de 2 ans sont affectés par la bronchiolite. Infection respiratoi...
Cartables, fournitures, scolarité, activités… Nos ... Quel cartable choisir pour le dos de votre enfant ? Où acheter des fournitures sans se ruiner ? Comment préparer votre enfant à la rentrée ? En septem...
Jouets et jeux d’éveil : les bons plans d’octobre ... Profitez-en vite ! Oxybul Eveil & Jeux, le site de ventes de jouets et jeux d’éveil, propose plusieurs offres intéressantes en ce moment : une plu...
Mouche bébé : aspiration manuelle ou buccale ? Jusqu’à 3 ans, un enfant ne sait pas se moucher seul. Un rhume mal soigné et un nez mal désencombré peut très vite évoluer vers une bronchiolite, une ...
« les mémoires d’un bébé » jeudi 29 avril sur Fran... Nos enfants sont-ils mieux soignés, mieux élevés que du temps de nos grands-parents ? Le film « les mémoires d’un bébé » se penche sur un siècle de so...
Ventes privées puériculture : que des grandes marq... Une nouvelle adresse sur le web pour les jeunes mamans et papas : Bebeours.com, une boutique de vente privée exclusivement dédié à l’univers de bébé :...
“Le sommeil de 0 à 3 ans” : un carnet ... L’Institut National du Sommeil et de la Vigilance (INSV) a lancé depuis 2009 un nouvel outil de sensibilisation au sommeil. Le dernier numéro de ses c...
Maladie rare : les Epidermolyses Bulleuses Hérédit... Le Centre de Référence Maladies Rares pour les Epidermolyses Bulleuses Héréditaires du CHU de Nice vient d'inaugurer ses nouveaux locaux. L’occasion d...
La Taxe carbone en questions-réponses Quel est le but de cette taxe? L'objectif visé est de réduire la consommation des énergies  fortement émettrices de gaz à effet de serre, en premier ...
Que faire quand bébé semble enrhumé ? Bébé a le nez qui coule. Comment savoir s'il s'agit juste d'un rhume ? Faut-il l'emmener aussitôt chez le médecin ? Quels sont les bons gestes à avoir...
Vitamine D : l’ANSM rappelle les règles à su... Suite aux signalements de malaise et de fausse-route chez des nourrissons lors de l'administration de deux médicaments pour traiter les carences en vi...
Bisphénol A : vers un étiquetage systématique des ... Dans son Avis du 29 janvier 2010, l'Afssa avait recommandé de collecter des données pour évaluer l'exposition des consommateurs au Bisphénol A (BPA) e...
Soins bébé : rappel de lots d’Eosine 2% Cooper pou... Le laboratoire Cooper procède au rappel de 7 lots de flacons de solution asséchante Eosine 2% Cooper, destinée au soin du cordon ombilical et du siège...
Traitement des poussées dentaires de bébé : Camili... Plus d’une maman sur deux fait appel à Camilia pour soulager les poussées dentaires douloureuses de son enfant. Les Laboratoires Boiron proposent donc...