Après deux grossesses, une jeune femme de 31 ans avait choisi une clinique lyonnaise pour se faire retendre le ventre. Problème : le chirurgien avait « oublié » une pince chirurgicale de 10 cm dans son ventre. 6 mois auront été nécessaires pour que la clinique lyonnaise veuille bien entendre sa douleur…

« Elle a eu mal dès le début. Elle a vu le chirurgien, 3 ou 4 fois. Il lui disait qu’elle avait un œdème, que c’était normal », raconte son mari au quotidien Le Progrès. C’est au cours d’une simple bronchite, lorsque la jeune femme tousse une fois de trop et une fois trop fort, qu’un bout de métal ressort de son nombril !
Dans cette affaire, le couple souligne de nombreux disfonctionnements dans cette clinique lyonnaise. Lorsque le bout de métal est apparu, une infirmière leur aurait reproché « de ne pas s’en être rendu compte plus tôt » (alors que la jeune femme ne cessait de se plaindre de douleurs auprès des médecins depuis 6 mois). Pire encore : bien que le bout de métal dépassait de son nombril, l’équipe n’aurait pas considéré la situation suffisamment urgente pour opérer un dimanche. Quant au médecin, il a tout simplement déclaré au quotidien « 24 heures de plus, cela n’allait pas changer sa vie » même s’il reconnait aussi que rester 6 mois avec une pince dans le ventre « c’est embêtant » et « dangereux » si la pince bouge…

Source : Le Progrès

A Lire également

Erreurs médicales : une légère baisse en 2008  Assureur de 302 615 professionnels de santé, le Sou Médical, mutuelle du Groupe MACSF, vient de publier son rapport 2008. Observatoire de la sinistra...
Documentaire : « Peur sur l’hôpital » lundi 25 jan... Confusion dans l’administration de médicaments, erreur d’un geste chirurgical, carence du suivi post-opératoire, le documentaire « Peur sur l’hôpital ...