C’était presque trop beau. Pour certains, la voiture électrique est la panacée. Silence, propreté et… un Kw/h bien moins cher que le carburant fossile. Mais voilà, les calculettes n’ont pas dit leur dernier mot. Une taxe spécifique imaginée sur le modèle de la taxe intérieure de consommation (levée sur le prix de vente des carburants), pourrait un jour grever le prix du kilowattheure pour les véhicules électriques.

 10 000 véhicules électriques en France, en majorité des utilitaires: pas de quoi, pour l’heure, inventer une nouvelle taxe. Aujourd’hui, ils se rechargent sur une prise secteur standard: mais il n’en sera pas toujours ainsi puisqu’il faudra tôt ou tard mettre en place un réseau de raccordement et des bornes spécifiques susceptibles d’identifier le véhicule et de calculer son niveau de charge. Dès lors, la levée d’une taxe spécifique deviendra un jeu d’enfant… pour le fisc! Evidemment, ce projet n’est pas pour demain: il serait susceptible de tuer dans l’oeuf les bonnes volontés écologiques et ruinerait les projets des constructeurs automobiles. De plus, les voitures électriques étant nettement plus chères, leur achat qui relève déjà de la militance, deviendrait tout à fait insensé. Enfin, la levée d’une taxe étant conditionnée à la mise en place d’un réseau et de bornes spécifiques, les acheteurs d’aujourd’hui peuvent encore dormir sur leurs deux oreilles.

Mais l’Etat veille au grain: il a pris l’habitude de considérer l’automobile comme une excellente vache à lait fiscale et il serait tout à fait étonnant qu’il n’ait pas déjà songé à taxer le Kw/h destiné aux véhicules électriques dans un avenir finalement pas si lointain que ça. C’était trop beau….

Rendez-vous sur Hellocoton !