La Haute Autorité de Santé (HAS) recommande de favoriser le diagnostic précoce de ce trouble, éviter les complications mais également développer les échanges entre médecins généralistes et  psychiatres sur cette maladie. En France, on estime qu’entre 1 et 2,5 % de la population est touchée par ce trouble, mais ce chiffre serait sous-évalué.
 
Le trouble bipolaire est l’une des pathologies psychiatriques les plus graves, qui conduit à des tentatives de suicide : 1 malade sur 2 fera au moins une tentative de suicide dans sa vie et 15 % décèderont par suicide.

Classé parmi les 10 pathologies les plus invalidantes selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le trouble bipolaire débute généralement chez l’adolescent ou le jeune adulte et nécessite une prise en charge tout au long de la vie. Il s’agit d’un trouble complexe, difficile à diagnostiquer, et il s’écoule en moyenne 10 ans entre son apparition et la mise en place d’un traitement adapté.

Le trouble bipolaire alterne des épisodes maniaques ou hypomaniaques (agitation, élévation de l’humeur, idées de grandeur) et des épisodes dépressifs avec des moments de rémission. Cette maladie entraîne pour le patient une vulnérabilité chronique et reste diagnostiquée trop tardivement. En plus de favoriser les risques associés à la maladie comme le suicide, les hospitalisations ou les comorbidités, un diagnostic tardif peut également avoir des conséquences désastreuses sur la vie sociale, familiale et professionnelle des patients.

Dans le cadre de son programme pluriannuel en santé mentale (2013-2016), la HAS a publié une fiche pratique afin de permettre aux médecins traitants de reconnaître ce trouble et d’agir plus précocement.
 
Le site de la HASUn trouble difficile à diagnostiquer
La HAS recommande notamment aux médecins de rechercher systématiquement des arguments en faveur d’un trouble bipolaire en cas d’antécédent familial, de changement brutal dans le fonctionnement psychique, de symptômes dépressifs atypiques, d’une première dépression survenue avant 25 ans, de tentatives de suicides répétées ou d’une réaction anormale à un traitement antidépresseur.
« Le patient pour lequel un diagnostic de trouble bipolaire est envisagé doit être adressé à un psychiatre pour confirmer le diagnostic, suivre le patient et/ou donner un avis spécialisé en collaboration avec le médecin traitant et avec la famille et les proches », préconise la HAS. Elle estime ainsi indispensable une collaboration étroite entre le psychiatre et le médecin traitant.

Les troubles bipolaires débutent majoritairement dans les dernières années de l’adolescence, entre 15 et 19 ans. C’est pourquoi la HAS préconise d’être attentif aux changements de comportement en rupture avec le fonctionnement habituel de l’adolescent (repli sur soi, décrochage scolaire, conduites à risque, prises de substances psychoactives,…). Même si à cet âge les variations d’humeur peuvent être courantes et non pathologiques. Par ailleurs, devant une tentative de suicide d’un adolescent ou d’un adulte jeune, il est impératif de rechercher un trouble bipolaire. 

Source : HAS

A Lire également

Suicides : mieux surveiller les arrêts maladie pou... Une équipe de l’Inserm a suivi 16 années durant une cohorte de quelque 20 000 personnes appelée GAZEL (constituée d’employés des entreprises GAZ de Fr...
Troubles psychiques : 9 000 appels traités en 2013... Selon l’association Unafam, le nombre d’appels reçus par son service téléphonique Ecoute-famille, destiné aux proches des personnes souffrant d’un tro...
Santé : les mesures souhaitées par les Français à ... Une enquête Elabe pour RMC, réalisée dans la perspective de la campagne présidentielle de 2017, met en lumière les mesures souhaitées par les Français...
VIH: un nombre élevé d’infections chez les plus de... Selon une étude publiée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS),  les traitements "qui allongent la durée de survie", les rapports non protégés ...
Dépression de l’adolescent : des recommandations p... Alors qu'on estime que près de 8 % des adolescents entre 12 et 18 ans souffriraient d’une dépression, la Haute Autorité de Santé (HAS) vient de publie...
Autisme : un diagnostic parfois difficile à poser Selon un sondage OpinionWay réalisé pour Autisme France et Autistes Sans Frontières, le corps médical sous-estimerait  le nombre d’enfants touchés. ...
VIH-SIDA : la prescription préventive du Truvada® ... La prescription du Truvada® en traitement préventif du VIH-SIDA par les médecins qui exercent dans les Centres gratuits d’information, de dépistage et...
Alzheimer : la maladie vue par les médecins généra... A l’occasion de la journée mondiale Alzheimer, l’Inpes est revenu sur la sixième édition du Baromètre santé médecins généralistes parue en juin 2011. ...
Suicide : 11 000 personnes décèdent chaque année e... Selon le premier rapport annuel de l’Observatoire national du suicide, qui vient d'être remis à la ministre de la Santé, plus de 11 000 personnes décè...
Pour quelles raisons les moins de 16 ans appellent... Cette année, la Journée mondiale de Prévention du Suicide du mercredi 10 septembre se concentrera sur les nouvelles technologies. Selon les statistiqu...
Création d’un Observatoire national du suici... A l’occasion de la Journée mondiale de prévention du suicide qui se déroule ce mardi 10 septembre, Marisol Touraine, la ministre de la Santé, va insta...
Des médecins réclament une revalorisation des visi... Le syndicat de médecins généralistes, MG France, a indiqué vendredi qu'il souhaitait une revalorisation du tarif de la visite à domicile de 33 à 56 eu...
VIH : vers un dépistage volontaire et généralisé... Dans ses dernières recommandations, la Haute Autorité de Santé (HAS) suggère que le dépistage du virus du sida soit proposé à toute la population de 1...
Suicide : les tentatives en hausse chez les ados Selon une étude publiée dans la revue Le Concours Médical, 21% des jeunes filles et 9% des garçons auraient déjà fait une tentative de suicide.  C...
Professionnels de santé: les Français ont toujours... Selon les résultats du baromètre Groupe Pasteur Mutualité (*), les Français gardent une forte confiance envers les professionnels de santé et cela mal...
Grippe A : une facture de 670 millions d’euros  Le gouvernement a fait les comptes de la campagne de vaccination : la grippe A a coûté près de 670 millions d'euros. Selon les ministères de la S...