24hSanté
Suivez nous sur Twitter !Facebook

Trop de substances chimiques dans les cosmétiques pour bébés

Selon une étude de l’ONG WECF, qui a étudié 341 produits cosmétiques pour bébé commercialisés en France dans les pharmacies, parapharmacies, supermarchés, mais également dans les magasins bio, bon nombre de lingettes, de shampoings ou encore de lotions contiennent toujours trop de substances chimiques à « risque élevé ».

Laits nettoyants, lingettes ou encore shampoings et lotions, cette enquête de Women in Europe for a Common Future (WECF) réalisée en juillet et août 2015, révèle que 299 sur 341 des produits étudiés intègrent dans leur composition des ingrédients supposés à « risque élevé ». Par exemple, la méthylisothiazolinone, un allergène par contact, est présent dans 19 produits dont sept lingettes. Le phénoxyéthanol, un conservateur soupçonné d’effets toxiques sur la reproduction, a lui été retrouvé dans 54 produits dont 26 lingettes. Des parfums « impliquant des risques potentiels d’allergies » ont également été identifiés dans 226 produits. WECF souligne notamment que ces ingrédients à risque potentiel se retrouvent fréquemment dans les lingettes.

Face à ces résultats, l’ONG réclame ainsi « l’interdiction des trois ingrédients à risque élevé dans tous les cosmétiques destinés aux enfants de moins de trois ans ».

Un test réalisé fin 2013 par l’UFC-Que Choisir avait déjà montré la présence de « molécules allergisantes, d’antibactériens ou d’antioxydants, toxiques voir de perturbateurs endocriniens » dans 26 lingettes et 6 laits de toilette pour les bébés. Selon l’association de consommateurs, 94% des produits testés seraient ainsi potentiellement nocifs.

Fin 2014, la revue 60 millions de consommateurs avait elle aussi  analysé la composition de cinquante-deux produits dédiés à la toilette des tout-petits : lingettes, crèmes pour le lange, liniments, crèmes et laits nettoyants, eaux nettoyantes, eaux micellaires. Selon le magazine, des substances problématiques avait également été identifiées dans plus de la moitié des produits étudiés.

Rendez-vous sur Hellocoton !

15 février 2016