Près de 30 % des 15-19 ans sont en dette de sommeil et à 15 ans, 25 % des adolescents dorment moins de sept heures par nuit.

Ce sont les conclusions de deux enquêtes de l’Inpes concernant les jeunes – HBSC 2010 (Health Behaviour in School-aged Children) et le Baromètre santé jeunes 2010 – qui pointent chez eux un déficit de sommeil important. Réseaux sociaux, jeux en ligne sont des pratiques chronophages et excitantes qui rognent le temps de sommeil des jeunes.

 Avec l’entrée dans l’adolescence, les enfants retardent de plus en plus le moment de leur coucher. « À l’adolescence, la durée minimum de sommeil doit se situer entre huit et neuf heures, et l’heure limite de coucher ne devrait pas dépasser 22h00. », recommande Jean-Pierre Giordanella (médecin de santé publique, auteur d’un rapport sur le sommeil  pour le compte du ministère de la santé en 2006).

Ces dernières années, les ados ont en effet un éventail plus étendu d’activités possibles le soir : regarder des films sur ordinateur, tchatter, envoyer des SMS, faire des jeux en ligne, écouter de la musique… Ces usages ont d’ailleurs parfois lieu à l’insu des parents. Le sommeil apparaît ainsi en compétition avec l’utilisation des divers outils électroniques et audiovisuels disponibles dans la chambre.

 Selon l’étude HBSC 2010, les adolescents qui utilisent un ordinateur ont un temps de sommeil plus court (8 h 06 versus 8 h 50), de même ceux disposant d’un téléphone portable équipé d’Internet (7 h 59 versus 8 h 44) ou encore ceux regardant la télévision le soir dans leur chambre (8 h 16 versus 8 h 48).

A savoir, une étude anglaise rendue publique par le Public Health England (PHE) (présidé par Kevin Fenton), met en garde contre la surexposition des enfants aux écrans, qu’ils prennent la forme de jeu vidéo, de télé ou d’ordinateur. Elle indique qu’au-delà de 4h/jour, les pré-adolescents pourraient souffrir de problèmes socio-affectifs, d’anxiété voire de dépression.

Source : Inpes

Rendez-vous sur Hellocoton !