24hSanté
Suivez nous sur Twitter !Facebook

Recherche : l’apeline au secours des diabétiques

L’insuline est la clef qui permet de faire pénétrer le sucre dans nos cellules. Chez les personnes atteintes d’obésité, les mécanismes mis en jeu par cette molécule se détériorent et entraînent l’apparition d’un diabète de type II. Une équipe de l’Inserm vient de mettre en évidence une nouvelle voie de secours qui, activée, participe à la régulation du taux de sucre dans l’organisme. Celle-ci fait appel à une protéine : l’apeline.

Le sucre, naturellement présent dans le sang sous forme de glucose, est stocké dans le foie ou le tissu adipeux (graisse) grâce à l’action de l’insuline. Selon les besoins de l’organisme, le glucose est stocké ou directement utilisé pour assurer le bon fonctionnement du coeur, du cerveau, etc.

Il arrive que ce mécanisme se détériore soit parce que l’insuline n’est plus produite (diabète de type I), soit parce que les récepteurs situés à la surface des cellules du foie se désensibilisent (diabète de type II). En conséquence, la cellule n’est plus capable d’assimiler le glucose. Un tel dysfonctionnement entraîne une élévation de la teneur en sucre dans le sang causant l’apparition de nombreuses complications.

L’équipe de Philippe Valet vient de révéler que nos cellules sont dotées d’une deuxième voie permettant d’assimiler ce glucose. Cette découverte repose sur une protéine appelée « apeline ». Celle-ci, outre le fait d’être une « clef » différente de l’insuline passe également par un récepteur, une « porte d’entrée », différente. Pour le patient diabétique de type II, chez lequel ce n’est plus la clef mais la porte, ou récepteur, qui est biaisée, cette avancée fondamentale permet d’imaginer un traitement efficace.

En effet, la découverte de l’équipe de Philippe Valet autorise, en court-circuitant ce mécanisme, l’assimilation du sucre par une voie totalement différente de celle médiée par l’action de l’insuline. En temps normal, cette seconde voie n’assure qu’une faible part de l’intégration du sucre. Mais comme l’ont prouvé les tests réalisés chez la souris par les chercheurs de l’Inserm, dans le cas du diabète de type II, si cette seconde voie est activée, elle est capable d’améliorer la régulation du taux de sucre dans le sang. « Il reste maintenant à vérifier l’action de cette protéine chez l’homme. En parallèle, nous développons une molécule de synthèse qui pourrait être utilisée si les tests chez l’homme s’avèrent positifs» conclut Philippe Valet.

Source : communiqué Inserm

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 novembre 2009