L’insuline est la clef qui permet de faire pénétrer le sucre dans nos cellules. Chez les personnes atteintes d’obésité, les mécanismes mis en jeu par cette molécule se détériorent et entraînent l’apparition d’un diabète de type II. Une équipe de l’Inserm vient de mettre en évidence une nouvelle voie de secours qui, activée, participe à la régulation du taux de sucre dans l’organisme. Celle-ci fait appel à une protéine : l’apeline.

Le sucre, naturellement présent dans le sang sous forme de glucose, est stocké dans le foie ou le tissu adipeux (graisse) grâce à l’action de l’insuline. Selon les besoins de l’organisme, le glucose est stocké ou directement utilisé pour assurer le bon fonctionnement du coeur, du cerveau, etc.

Il arrive que ce mécanisme se détériore soit parce que l’insuline n’est plus produite (diabète de type I), soit parce que les récepteurs situés à la surface des cellules du foie se désensibilisent (diabète de type II). En conséquence, la cellule n’est plus capable d’assimiler le glucose. Un tel dysfonctionnement entraîne une élévation de la teneur en sucre dans le sang causant l’apparition de nombreuses complications.

L’équipe de Philippe Valet vient de révéler que nos cellules sont dotées d’une deuxième voie permettant d’assimiler ce glucose. Cette découverte repose sur une protéine appelée « apeline ». Celle-ci, outre le fait d’être une « clef » différente de l’insuline passe également par un récepteur, une « porte d’entrée », différente. Pour le patient diabétique de type II, chez lequel ce n’est plus la clef mais la porte, ou récepteur, qui est biaisée, cette avancée fondamentale permet d’imaginer un traitement efficace.

En effet, la découverte de l’équipe de Philippe Valet autorise, en court-circuitant ce mécanisme, l’assimilation du sucre par une voie totalement différente de celle médiée par l’action de l’insuline. En temps normal, cette seconde voie n’assure qu’une faible part de l’intégration du sucre. Mais comme l’ont prouvé les tests réalisés chez la souris par les chercheurs de l’Inserm, dans le cas du diabète de type II, si cette seconde voie est activée, elle est capable d’améliorer la régulation du taux de sucre dans le sang. « Il reste maintenant à vérifier l’action de cette protéine chez l’homme. En parallèle, nous développons une molécule de synthèse qui pourrait être utilisée si les tests chez l’homme s’avèrent positifs» conclut Philippe Valet.

Source : communiqué Inserm

A Lire également

Les Dalton contre le diabète A l'occasion de la semaine nationale de prévention contre le diabète, retrouvez les Dalton dans une petite vidéo (à visionner ci-dessous). Objecti...
Les concerts du choeur pour la recherche médicale ... Les 19, 20 et 21 mars, il ne faudra pas s'abstenir d'aller écouter les chorales qui vont chanter partout en France. Les églises et salles des fêtes ré...
Parodontite: une alimentation riche en graisses au... Des chercheurs de l’Inserm viennent de montrer qu'une alimentation riche en graisses augmente le risque de parodontite. Un phénomène lié à la modifica...
Les maladies non transmissibles responsables de 63... L’Organisation Mondiale de la Santé tire le signal d’alarme : les maladies non transmissibles sont aujourd’hui les principales causes de décès dans le...
« Et si c’était mon coeur ? » : comment reconnaîtr... Grâce à des modifications du style de vie et l’observance des traitements, il est tout à fait possible pour une personne atteinte d’insuffisance cardi...
Une appli mobile pour accompagner les enfants atte... Conçue par des experts, l'application gratuite « Barnabé a un diabète » aide les enfants âgés de 3 à 6 ans atteints de diabète, leurs parents et l’ent...
Maladies auto-immunes: de nouvelles perspectives d... Dans le cadre de l’essai Anrs HC21 VASCU-IL2, une équipe française a traité des patients présentant une complication auto-immune de l’hépatite C chron...
Alimentation et maladies non transmissibles: un ap... Plus de 25 ministres de la Santé se sont réunis à Vienne (Autriche) pour débattre du rôle de la nutrition dans la lutte contre les maladies non transm...
Maladies graves : le nombre des « affections longu... 8,3 millions de personnes bénéficient du régime des affections de longue durée -ALD- (cancer, diabète, etc.) soit 280.000 de plus en un an. Préoccupé ...
Diabète : une campagne de prévention décalée sur l... A l’occasion de la Journée mondiale du diabète le 14 novembre, AXA Prévention lance une campagne de prévention digitale et participative contre le dia...
Diabète : un nouveau guide pour les patients Roche Diabetes Care vient de publier L’essentiel sur le diabète, un guide pratique de 64 pages à destination des personnes diabétiques et de leur ento...
Les boissons « light » pourraient augmenter le ris... Une étude française, menée auprès de 66 188 femmes de la cohorte E3N (*), montre une relation entre boissons sucrées et diabète de type 2 et révèle po...
Relevez le défi « Diabet’up : Bougeons contre le d... A l’occasion la Journée Mondiale du Diabète qui se déroule le 14 novembre 2016, la Fédération Française des Diabétiques, le laboratoire AstraZenec...
Diabète : le nombre de personnes touchées double e... Selon une étude de chercheurs de l'Imperial College de Londres et de l'Université d'Harvard, publiée dans la revue médicale The Lancet, le nombre de d...
Diabète LAB : une initiative pour que les patients... La Fédération Française des Diabétiques vient de lancer le Diabète LAB : un Living lab (*) dont l'objectif est de placer les patients au coeur de l’él...
Appli Diabète de type 1 : apprendre à vivre avec ... e-santé : Pour que les patients âgés de 13 à 25 ans ayant un diabète de type 1 récemment diagnostiqués vivent plus sereinement les premiers mois de le...