Marie-Arlette Carlotti ministre déléguée chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion a présenté jeudi 2 mai 2013 le 3ème plan autisme (2013-2017). 205 millions d’euros (18 millions de plus que le 2ème plan) ont été dégagés pour financer cinq axes d’intervention : le diagnostic précoce, l’accompagnement tout au long de la vie depuis l’enfance, le soutien aux familles, la recherche et la formation de l’ensemble des acteurs de l’autisme.

Parmi les points essentiels du nouveau plan, la réalisation d’un premier dépistage dès 18 mois.« On sait que plus le dépistage est précoce, meilleure est la prise en charge. Donc à partir du premier trimestre 2015, profitant de la refonte du carnet de santé, nous y inclurons une grille de dépistage des premiers signes, dès l’âge de 18 mois », explique Marie-Arlette Carlotti.

Le plan prévoit également la création de 1 500 places spécifiques pour les adultes et 850 places pour les enfants dans les services d’éducation spécialisée de soins à domicile.

Le gouvernement souhaite enfin se baser sur les recommandations de la Haute Autorité de santé (HAS) qui préconise de privilégier les méthodes comportementales plutôt que l’approche psychanalytique. Ces programmes, fondés sur la répétition, la rééducation et l’entraînement sont encore peu répandus en France. « Je n’en veux plus. En France depuis quarante ans, l’approche psychanalytique est partout, et aujourd’hui elle concentre tous les moyens. Il est temps de laisser la place à d’autres méthodes pour une raison simple : ce sont celles qui marchent et qui sont recommandées par la Haute autorité de santé » (HAS), a déclaré la ministre au quotidien Le Parisien.

Source : Le Parisien, Ministère de la Santé

Rendez-vous sur Hellocoton !