Selon l’Académie nationale de médecine, l’obligation  d’apposer  le pictogramme « Grossesse » sur les boîtes de médicaments est une mesure à « l’intention louable » mais aux « conséquences incertaines ».

Depuis fin octobre 2017, un décret complété par deux arrêtés impose aux titulaires d’autorisations de mise sur le marché (AMM) d’apposer un pictogramme spécifique sur le conditionnement extérieur des médicaments tératogènes ou foetotoxiques. Deux modèles sont prévus : un modèle « Médicament + Grossesse = Danger. À ne pas utiliser sauf en l’absence d’alternative thérapeutique » et un modèle « Médicament + Grossesse = Interdit » pour les médicaments « formellement contre-indiqués en cas de grossesse, même s’il n’existe pas d’alternative thérapeutique ».

Dans un communiqué publié vendredi, l’Académie nationale de médecine considère « que la mise en œuvre de cette mesure qui résulte de la juste nécessité de mieux alerter prescripteurs et patientes sur les médicaments dangereux en cours de grossesse, nécessite plus ample réflexion ». « En effet, alors qu’une quinzaine seulement de substances sont connues comme tératogènes chez l’humain (en dehors des antimitotiques) et une quarantaine comme foetotoxiques, 60 à 70 % des spécialités pharmaceutiques pourraient, dans les faits, se voir apposer un pictogramme « Interdit » ou « Danger ». Une telle discordance pose problème », estime l’Académie.

« L’absence de précision, dans ces textes, sur un certain nombre de points cruciaux introduit une difficulté d’interprétation et une confusion qui inciteront les firmes à élargir le champ de l’apposition des pictogrammes dans une optique de protection médico-légale », poursuit elle.

L’Académie nationale de médecine considère qu’en l’état ces dispositions sont susceptibles d’avoir » des effets préjudiciables et contreproductifs dont une vague d’inquiétude infondée, puisque ce sont 60 à 70 % des spécialités qui pourraient être concernées au lieu de 10 % ». L’académie craint notamment qu »un bruit de fond qui ne permettra pas de claire distinction entre les niveaux de risque des substances puisse entrainer « une perte de chances pour les patientes qui pourraient préférer s’abstenir de tout traitement, même indispensable ».  Elle regrette également « la libre décision laissée aux firmes pharmaceutiques d’apposer le pictogramme de leur choix, quelle que soit la nature des éléments présents dans le RCP, leur gravité, leur extrapolabilité à l’humain et les alternatives disponibles ».

Selon l’académie de  médecine, il semble « justifié de redéfinir le périmètre du décret afin d’en conserver l’intention initiale ». Seules les substances ayant fait la preuve de leur effet délétère pour la grossesse humaine devraient être visées par une action de communication de cette nature, avec apposition d’un pictogramme « Interdit » pour les autres substances, aucun pictogramme ne devrait être apposé : des échanges entre prescripteurs, pharmaciens et patientes sur la base des informations médicales disponibles et de la notice des conditionnements devraient suffire, évitant de surcroît des effets d’alerte inutiles et contre-productifs », conclut-elle.

Source : Académie de médecine

A Lire également

Vente de médicaments sur internet : l’Autori... L’Autorité de la concurrence a publié mercredi un avis défavorable sur le projet d’arrêté du gouvernement concernant la vente en ligne de médicaments....
Médicaments à vignette bleue : forte baisse du rem... Un décret en préparation prévoir une baisse supplémentaire du remboursement des spécialités à vignette bleue. Mauvaise surprise pour les assurés ?...
Le Primpéran® contre-indiqué chez les moins de 18 ... L’Afssaps a décidé de contre-indiquer le Primpéran® (métoclopramide ) et ses génériques chez les moins de 18 ans. Une décision prise après avoir procé...
Plus de 50% des médicaments vendus sur Internet se... Selon l'OMS, la contrefaçon concerne aujourd’hui 10 % du marché mondial, soit 45 milliards de dollars ( 36,6 milliards d’euros). Un médicament sur 10 ...
Vente de médicaments sur Internet : l’ANSM r... L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) relaie à son tour la campagne du Ministère de la Santé sur la contrefaçon...
L’OMS actualise sa liste des médicaments ess... Le Comité d’experts de l'OMS revoit la 17e  Liste modèle des médicaments essentiels du 8 au 12 avril 2013. Une version actualisée devrait paraître au ...
Médicaments : la consommation des Français passée ... Le site EcoSocioConso du groupe E. Leclerc vient de publier un dossier complet sur les Français et le médicament avec de nombreuses infographies et de...
Médicaments non utilisés: 13 402 tonnes collectées... Cette année, 13 402 tonnes de médicaments non utilisés ont été collectées par les pharmacies françaises et regroupées par les grossistes répartiteurs....
Achat de médicaments sur Internet : à qui faire co... Le ministère de la santé rappelle les grandes lignes de la nouvelle réglementation concernant la vente de médicaments sur Internet. Un commerce qui es...
Médicaments: qu’est-ce que le droit de substitutio... Un antibiotique vous a été prescrit par votre médecin: le pharmacien peut délivrer cet antibiotique au même dosage sous un autre nom, le nom générique...
Benzodiazépines: un Français sur cinq en consomme... Chaque année, un français sur cinq consomme au moins une benzodiazépine ou une molécule apparentée. 134 millions de boîtes de médicaments contenant de...
Journée mondiale contre le tabac: 1/3 des bébés so... Pour la première fois en France, une étude de la consommation de tabac de la femme enceinte a été menée via l’analyse des forums de discussion Interne...
« Mères porteuses, ces femmes qui portent nos bébé... Elizabeth Tchoungui propose, le lundi 1er mars 2010 sur France 5, une émission consacrée aux mères porteuses dans « Les maternelles ». Au programme, ...
Prix des médicaments : par qui sont-ils fixés et c... Voici 5 clips vidéo pour comprendre comment sont fixés les prix des médicaments en France. Qui fixe le prix des médicaments et comment sont-ils dé...
Pénurie de médicaments: Xavier Bertrand veut sécur... Industriels, grossistes-répartiteurs, Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens, syndicats de pharmaciens d’officine et hospitaliers, autorités sani...
Médicaments : la Mutualité Française dénonce les f... La Mutualité Française, qui vient de publier l’édition 2013 de son  "Mémento Médicament", demande notamment  l’élargissement du champ du répertoire de...