24hSanté
Suivez nous sur Twitter !Facebook

Obésité : l’abus d’oméga 6 et le déficit en oméga 3 pourraient la favoriser

Selon les résultats d’une étude menée par des chercheurs du CNRS, de l’INRA et de l’Université de Nice-Sophia Antipolis, l’association entre une consommation excessive d’oméga 6 (acide linoléique) et un déficit en oméga3 (acide alpha-linolénique) favoriserait l’obésité de génération en génération.

Les chercheurs ont ainsi soumis quatre générations de souris à un régime alimentaire de type occidental se traduisant par une consommation riche en oméga 6 et pauvre en oméga 3.

Résultat : ils ont observé une augmentation progressive de leur masse adipeuse sur plusieurs générations. Ils ont également constaté l’apparition de troubles métaboliques comme l’insulino-résistance, première étape vers le développement du diabète de type 2 et la stimulation de l’expression de gènes de nature inflammatoire impliqués dans l’obésité.

Si les chercheurs reconnaissent  le rôle bénéfique des acides gras polyinsaturés essentiels oméga 6 et celui des omégas 3, ils estiment que ces derniers consommés de manière déséquilibrée augmentent les facteurs favorisant l’obésité et peuvent avoir des conséquences graves, à long terme sur la santé humaine.

A savoir :
Les omégas 6 et 3 sont des acides gras polyinsaturés essentiels : ils sont indispensables à l’organisme humain qui ne peut les produire lui-même et doit donc les trouver dans son alimentation. Les omégas 6 sont contenus notamment dans le maïs qui est lui-même ingéré en grandes quantités par les animaux d’élevage dont l’homme se nourrit à son tour (la moitié des lipides que nous consommons proviennent de la viande et des produits laitiers). Les omégas 3 quant à eux sont présents essentiellement dans l’herbe, les graines de lin, le colza et les poissons gras comme le saumon, la sardine ou le maquereau très riches en oméga 3.

Source : CNRS
Massiera et al. A Western-like fat diet is sufficient to induce a gradual enhancement in fat mass over generations. J. Lipid Res. 2010; Vol 51 : pp 2352-2361 © the American Society for Biochemistry and Molecular Biology. August 2010 issue.

Rendez-vous sur Hellocoton !

19 juillet 2010