24hSanté
Suivez nous sur Twitter !Facebook

Obésité chez l’enfant: un calcul simple pour estimer le risque à la naissance

Les chercheurs d’une équipe internationale coordonnée par le Professeur Philippe Froguel du laboratoire Génomique et maladies métaboliques (CNRS/Université Lille 2/Institut Pasteur de Lille) ont créé une équation très simple permettant d’évaluer le risque d’obésité future des nouveaux nés. 

En analysant des données recueillies à la naissance chez des enfants finlandais, italiens et américains suivis dans des cohortes, les chercheurs ont créé une équation permettant d’évaluer le risque d’obésité ultérieure des nouveaux nés. Ce test, qui prend en compte les spécificités socio-culturelles de chaque pays, pourrait aider les professionnels de santé à mieux cibler les populations à risque pour agir le plus tôt possible.

Cette équation a été ensuite convertie en calculateur Excel automatique qui fournit une valeur de risque d’obésité ultérieure des nouveaux nés (http://files-good.ibl.fr/childhood-obesity).

Chacune des données incorporées dans l’équation est un facteur de risque déjà reconnu d’obésité infantile, mais c’est la première fois que ces données sont utilisées de manière « combinée » pour prédire dès la naissance la survenue d’un surpoids. L’équation permet ainsi de repérer les 25% de familles d’enfants finlandais présentant le risque le plus élevé d’obésité, et qui à elles seules constituent 80% des enfants finlandais obèses de la cohorte. L’utilisation de l’équation aurait donc pu permettre de les identifier dès la naissance.

En Europe, l’obésité infantile touche entre 10% et 25% des enfants. En France, 12% des enfants de 5 ans sont en surpoids, dont 3,1% sont obèses. L’obésité de l’enfant débute souvent très tôt, avant 5 ans, et semble être déclenchée par la croissance extrême des premiers mois de vie. Une fois installée, elle est difficilement curable. La prévention est donc la meilleure stratégie pour lutter contre cette épidémie et elle doit être la plus précoce possible. Des données récentes montrent en effet l’intérêt d’éduquer les parents des nourrissons et notamment de prévenir les suralimentations et les erreurs nutritionnelles.

Source : CNRS

Anita Morandi, David Meyre, Stéphane Lobbens, Ken Kleinman, Marika Kaakinen, Sheryl L. Rifas-Shiman, Vincent Vatin, Stefan Gaget, Anneli Pouta, Anna-Liisa Hartikainen, Jaana Laitinen, Aimo Ruokonen, Shikta Das, Anokhi Ali Khan, Paul Elliott, Claudio Maffeis, Matthew W. Gillman, Marjo-Riitta Järvelin, Philippe FroguelEstimation of newborn risk for child or adolescent obesity : lessons from longitudinal birth cohorts; PLOS ONE, 28 novembre 2012.

Rendez-vous sur Hellocoton !

29 novembre 2012