24hSanté
Suivez nous sur Twitter !Facebook

Médicaments sans ordonnance: des prix stables mais des écarts importants entre pharmacies

Selon l’Observatoire des prix des médicaments 2014 publié par Familles Rurales, les prix des médicaments sans ordonnance restent stables par rapport à l’an dernier mais avec des écarts toujours aussi importants  (les médicaments pouvant être entre deux et quatre fois plus chers selon les pharmacies).

Cet observatoire porte sur 14 produits : 12 médicaments délivrés sans ordonnance et vendus en accès libre (automédication) et 2 spécialités non-médicamenteuses.

« En moyenne, un médicament peut être deux fois plus cher d’une pharmacie à une autre, voire trois à quatre fois (Arnigel, Arnigel et Physiologica) », relève l’observatoire. « En comparant les prix, le consommateur peut économiser en moyenne 4,4 € et jusqu’à plus de 6 € sur une boite », estime Familles rurales.

 Autre constat de l’association, « les médicaments sont moins chers quand ils sont en accès libre et dans les pharmacies appartenant à un groupement ».

Familles Rurales note par ailleurs » l’accentuation du mode d’affichage sur présentoir au détriment des deux autres (boite, et boite + présentoir »). « Sans doute que l’abandon de la vignette depuis le 1er juillet a pu avoir une influence en ce sens, en obligeant les pharmaciens à s’équiper d’autres modes d’information », estime-t-elle.  Familles Rurales recommande donc aux consommateurs de demander systématiquement un ticket de caisse, le prix figurant de moins en moins sur la boite.

Vente en ligne et frais de port
Concernant les prix de vente des médicaments en ligne, les prix pratiqués sont en majorité inférieurs aux prix des pharmacies physiques. Mais les médicaments ne sont pas nécessairement moins chers en raison des frais de port mais également de la « grande disparité des prix entre les sites ». Pour cinq produits, le prix maximal, pharmacies physiques et Internet confondues, a été constaté sur un site internet.

Concernant l’application des recommandations de bonne conduite des sites en ligne , « toutes les recommandations ne sont pas toujours respectées, en particulier la nécessité pour l’acheteur de remplir un questionnaire, même sommaire, avant la validation de la commande », note Familles rurales. « La mise à disposition et la validation de la lecture des notices des médicaments avant achat ne sont pas toujours explicites », poursuit-t-elle notant que « divers logos non officiels apparaissent sur les sites, n’offrant aucune garantie aux consommateurs contrairement aux trois références obligatoires (ANSM, Ordre des pharmaciens et ARS) ». Ces derniers ne sont d’ailleurs pas systématiquement présents.

Source : Familles Rurales

Rendez-vous sur Hellocoton !

17 décembre 2014