Hépatite B et C, VIH…  Partout dans le monde, l’utilisation de la même seringue ou de la même aiguille pour faire des injections à plusieurs personnes contribue à la propagation d’un certain nombre de maladies infectieuses meurtrières.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) vient de lancer une nouvelle politique de sécurité des injections dans le but d’aider tous les pays à parer au problème universel des injections à risque. En effet, des millions de personnes pourraient être protégées contre les infections transmises par des injections à risque si tous les programmes de soins de santé utilisaient des seringues à usage unique. 

Selon une étude réalisée en 2014 avec le parrainage de l’OMS, on estime que jusqu’à 1,7 million de personnes ont été contaminées par le virus de l’hépatite B, jusqu’à 315 000 par le virus de l’hépatite C et pas moins de 33 800 par le VIH à la suite d’une injection à risque.

L’OMS fait ainsi des recommandations détaillées et insiste sur l’utilité des dispositifs de sécurité des seringues, y compris ceux qui protègent les agents de santé contre les piqûres d’aiguille accidentelles et, partant, contre le risque d’infection.

Réduire le nombre d’injections superflues

L’OMS souligne également la nécessité de réduire le nombre d’injections superflues pour réduire le risque d’infection. Chaque année, 16 milliards d’injections sont effectuées. Environ 5% de ces injections sont destinées à vacciner les enfants et les adultes et 5% servent à d’autres actes comme la transfusion sanguine et l’administration de contractifs injectables.

Les 90% restants des injections sont pratiquées dans le muscle (voie intramusculaire) ou dans la peau (voie sous-cutanée ou intradermique) pour administrer des médicaments. Dans bien des cas, elles ne sont pas nécessaires et pourraient être remplacées par l’administration par voie orale.

Utiliser des seringues «intelligentes» d’ici 2020

L’OMS exhorte ainsi les pays à passer, d’ici 2020, à l’usage exclusif des nouvelles seringues «intelligentes», sauf dans les rares circonstances où une seringue autobloquante empêcherait d’effectuer un acte médical, par exemple lorsque qu’une personne est sous pompe intraveineuse utilisant une seringue.

Ces nouvelles seringues «intelligentes» recommandées par l’OMS pour les injections dans le muscle ou la peau sont pourvues de dispositifs qui empêchent leur réutilisation.  Les seringues sont aussi équipées de dispositifs qui protègent les agents de santé contre les piqûres d’aiguille à l’origine d’infections. Une gaine ou un capuchon descend le long de l’aiguille et la recouvre entièrement après l’injection pour éviter que l’utilisateur ne se blesse accidentellement et ne s’expose ainsi à un risque d’infection.

Source : OMS

Rendez-vous sur Hellocoton !

A Lire également

Le Sidaction 2014 se déroulera les 4, 5 et 6 avril... 20 ans après sa première édition, le Sidaction 2014 se déroulera les 4, 5 et 6 avril. 3 000 bénévoles organisent près de 350 animations à Paris et e...
Prix de l’inventeur européen: une Française ... La chercheuse franco-britannique Helen Lee s'est vu attribuer le 9 juin à Lisbonne, le Prix du public dans le cadre de la remise solennelle du Prix de...
VIH / sida : les universités vont être équipées de... Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche s’associe à l’opération "Sortez couverts" parrainée par Christophe Dechavanne. Dès les pr...
Sida : Marisol Touraine va poursuivre la procédure... Marisol Touraine, Ministre des Affaires sociales et de la Santé, a annoncé vendredi dans un communiqué qu'elle poursuivait la procédure d’évaluation c...
VIH/Sida : le point sur la recherche Quelques 27 ans après l'apparition du sida, la science a fait d'énorme progrès mais le virus du sida reste invaincu. En 2010, 4 grandes pistes de rech...
Sidaction 2010: médias et bénévoles à nouveau mobi... Les 26, 27 et 28 mars, 11 chaînes de télévision et 5 radios unissent une nouvelle fois leurs efforts et mobilisent leurs équipes pour la 7ème édition ...
La pollution atmosphérique classée cancérigène pou... Le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l’Organisation mondiale de la santé vient de classer la pollution atmosphérique dans le g...
Hépatite B : des parents encore réticents vis-à-vi... A l’occasion de la Journée mondiale contre l’hépatite, le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l'InVS a publié les résultats d’une enquête* ...
Un cancer sur six serait dû à une infection Deux millions de nouveaux cas de cancer –sur un total de 12,7 millions dans le monde (soit 16,1%)– en 2008 étaient imputables à des infections telles ...
Les gaz d’échappement de moteurs diesel canc... Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC/IARC), l'agence pour le cancer de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), vient de classer...
Un européen consomme trois boissons alcoolisées pa... Les Européens sont les plus grands consommateurs d’alcool au monde : ils ingèrent 12,5 litres d’équivalent d’alcool pur en moyenne par an.  Un nouveau...
Sidaction 2011 : comment faire un don ? Le Sidaction 2011 démarre aujourd'hui. Les 1er, 2 et 3 avril, 13 chaînes de télévision et 3 radios unissent une nouvelle fois leurs efforts : les prés...
Sol En Si organise son POP UP SHOP à Paris Après le succès de la première édition de sa Grande Braderie pour Enfants de 2010, l’association Solidarité Enfants Sida (Sol En Si) récidive avec le ...
La résistance aux antibiotiques, « une urgence san... Un rapport présenté publié  le 20 septembre dernier par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) souligne le nombre insuffisant de nouveaux antibioti...
Médicaments antibiotiques : une semaine mondiale p... A l'initiative de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la première semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques se déroulera du 16 au 22...
VIH / sida : baisse de 17% des nouvelles infection... Selon le dernier rapport du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) et l'Organisation mondiale de la Santé, les nouvelles infecti...