8,3 millions de personnes bénéficient du régime des affections de longue durée -ALD- (cancer, diabète, etc.) soit 280.000 de plus en un an. Préoccupé par la hausse du déficit de l’assurance maladie, le gouvernement a annoncé des changements pour 2010. Pour mémoire, les personnes en ALD représentent 62 % des dépenses de soins remboursées.

Le régime des affections de longue durée (ALD), qui permet aux assurés d’être couverts à 100 % par la Sécurité sociale pour les soins liés à une maladie grave (cancer, diabète, etc.), continue d’alimenter la hausse des dépenses de remboursement, est à nouveau montré du doigt.

Pourquoi ? Il coute cher, très cher même : le gouvernement a annoncé certains changements pour 2010. Les personnes jugées guéries de leur cancer devront sortir du régime ALD et ne seront plus prises en charge à 100 % que pour les examens de suivi. Un décret doit paraître pour préciser les modalités, mais les pouvoirs publics réflechissent encore sur l’étendue de la réforme (maladies concernées, délais, etc.).

Pour limiter le coût des prises en charge, les critères d’entrée en ALD seraient revus, mais le gouvernement reste discret et prudent sur ce sujet, pour s’être déjà brûlé les doigts en 2007 et avoir du capituler face à la levée de bouclier de l’opposition et de l’opinion. Pour l’heure, on compte 8,285 millions de patients en ALD, soit près d’un assuré sur sept (14,5 %).

Rendez-vous sur Hellocoton !