24hSanté
Suivez nous sur Twitter !Facebook

Mal au ventre : un test urinaire pour dépister une porphyrie

Douleurs au ventre très aigües ? La Porphyrie Intermittente Aiguë (PAI) est une maladie rare qui se déclare souvent chez les jeunes femmes et les adolescentes, entre 15 et 35 ans. Vous souffrez régulièrement d’un mal de ventre aigu et personne n’en comprend la cause ? Un simple test urinaire chez vous permet d’écarter ou de confirmer la maladie.

La Porphyrie Intermittente Aiguë (PAI) est la forme la plus sévère des maladies appelées « porphyries ». Il s’agit de maladies héréditaires mais encore souvent très mal diagnostiquées. Pourtant, un simple test urinaire permet de poser le diagnostique !

Quels sont les symptômes d’une Porphyrie Intermittente Aiguë (PAI) ?

Les crises se manifestent par des douleurs aiguës au niveau de l’abdomen. Elles créent en quelque sorte un mal de ventre très intense.
Elles sont souvent précédées de signes de fatigue, d’insomnie, voire même de dépression.
Il arrive que ces douleurs du ventre s’accompagnent de nausées ou de vomissements ; parfois même de douleurs musculaires ou de fourmillements.

Faites le test !

Si vous pensez être atteint de Porphyrie Intermittente Aiguë (PAI), un simple test urinaire peut déjà confirmer (ou écarter) la maladie. Mais attention, vous devez effectuer ce test pendant une crise ; sinon, il n’aura aucune valeur ! Concrètement, lorsque les urines des patients atteints de porphyrie « en crise » sont exposées à la lumière, elles se colorent en rouge-brun « Porto » au bout de 30 à 60 minutes… Dans tous les cas, prenez conseil auprès de votre médecin.
Si selon vous, vous êtes effectivement atteint de Porphyrie Intermittente Aiguë (PAI), un traitement adapté existe. Il pourra être mis en place par votre médecin afin d’éviter la survenue de nouvelles crises. Sans être alarmiste, ne prenez pas à la légère ces symptômes ! Vous devez absolument consulter rapidement un médecin. Si les délais d’attente sont trop longs, n’hésitez pas à vous rendre à l’hôpital.

M.B. Source : Association française des malades atteints de porphyries

Rendez-vous sur Hellocoton !

21 février 2014