En alternative à l’anesthésie générale, certains hôpitaux utilisent l’hypnose comme nouvelle méthode pour échapper à la douleur. Outre son utilisation pour les opérations en bloc opératoire, la méthode ferait aussi ses preuves dans la gestion de la douleur chronique.

Ainsi, l’hôpital de Nîmes utilise l’hypnose comme nouvelle approche pour la réalisation des endoscopies. Depuis juin 2008, les bons résultats obtenus laissent présager d’autres applications dans de nombreux secteurs au bloc opératoire de cet hôpital mais aussi dans ses services d’hospitalisation.

Comment ça se passe ?

Basée sur la dissociation du corps et de l’esprit, l’état de veille paradoxale, ou transe hypnotique, permet au patient de revivre le souvenir agréable de son choix, préalablement relaté au médecin, alors que se déroulent le pansement, la mobilisation articulaire et l’examen invasif.

Le patient n’est pas endormi, seulement « déconnecté » de la réalité du présent douloureux; ainsi, la durée de l’examen ou du soin est ressentie comme plus rapide que dans la réalité : le patient devient acteur de sa prise en charge.

En cancérologie

L’outil hypnotique se développe en oncologie. Au CHU de Nîmes, un médecin et deux psychologues sont formés et pratiquent déjà l’hypnose. 12 autres professionnels se sont inscrits pour recevoir cet enseignement.

Depuis avril 2010, un Institut rennais dispense un cycle de formation à l’hypnose aux professionnels des services d’oncologie désirant utiliser cette technique complémentaire pour améliorer la prise en charge de la douleur aiguë et de l’anesthésie chez leurs patients.

Les autres méthodes d’hypnose « médicale »

L’hypnose est aussi utilisée pour les patients souffrant de douleurs rebelles et persistantes, après échec des traitements conventionnels ou en complément de ceux-ci.

Sous une autre forme, l’hypnose apparaît pour les soins palliatifs. Par exemple, les médecins ont recours à l’hypnose dans les symptômes de fin de vie : dyspnée , angoisse, stress et pour les douleurs induites par les soins. Les équipes médicales utilisent l’hypnose dite conversationnelle pour un accompagnement personnalisé au plus proche des désirs des patients. L’apprentissage de l’autohypnose, en mobilisant les ressources du patient, le rend acteur de ses soins à cette phase ultime de la vie.

De nombreuses pistes restent encore à explorer, notamment dans la gestion du stress au travail. Des études sont en cours.

Morgane Boileau
Source : CHU de Nîmes

Rendez-vous sur Hellocoton !

A Lire également

Doit-on encore légiférer sur la fin de vie ? A l’occasion des 10 ans de la loi Léonetti, un colloque (ouvert à tous) sur le thème « Doit-on encore légiférer sur la fin de vie » est organisé le 24...
Insuffisance cardiaque : un suivi à distance (SCAD... L'insuffisance cardiaque est une maladie chronique grave avec des réhospitalisations fréquentes. Certaines peuvent être évitées à condition « d’éduque...
Cancer et prise en charge de la douleur Une enquête, réalisée sous l'égide de l'INCa en 2010 avec l'Institut BVA, a été menée auprès de 1507 patients atteints de cancer traités en ambulatoir...
Fin de vie : l’allocation d’accompagnement enfin v... Le Parlement a adopté le 16 février dernier la création de l’allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie.  Une mesure qui ent...
Myopathie de Duchenne : une 1ère thérapie innovant... L’AFM-Téléthon s'est félicitée vendredi de l'avis favorable de l’Agence européenne du médicament concernant la mise sur le marché de l’Ataluren pour l...
Cancer du rein : tuer les tumeurs par le froid Le cancer du rein touche 10 000 personnes chaque année. Près de 60% de ces tumeurs sont diagnostiquées à un stade précoce, leur tumeur mesure le plus ...
Traitement anti-poux chez les enfants : n’ut... L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a rappelé mercredi  qu’'un traitement antiparasit...
Création du Centre national des soins palliatifs e... Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, a annoncé mercredi 6 janvier 2015 la création du Centre nat...
Cécité: un médicament 30 x moins cher prouve son e... Selon une étude britannique, deux traitements le Lucentis et l'Avastin procureraient les mêmes bénéfices pour traiter la dégénérescence maculaire liée...
Médecine personnalisée : un institut s’installe à ... Au cours des 10 dernières années, les progrès de la recherche biomédicale ont progressivement conduit au concept d'une médecine « personnalisée », s’a...
Ebola : résultats encourageants des essais sur un ... Un médicament antiviral japonais, le favipiravir, a montré des résultats encourageants contre le virus Ebola lors d'un essai conduit en Guinée par l’I...
VIH /sida : l’accès au traitement en nets pr... On estime que 6,6 millions de personnes dans les pays à revenu faible et intermédiaire étaient sous traitement antirétroviral contre le VIH/sida fin 2...
Traitement du cancer : la Radiothérapie de haute p... La radiothérapie est un des traitements majeurs du cancer. Plus de 60% des patients cancéreux reçoivent à un moment ou à un autre de leur maladie un t...
Mal de dos : ne tardez pas à consulter ! Trop souvent banalisé, le mal de dos lorsqu’il dure depuis plus de 3 mois, peut fortement retentir sur le quotidien des personnes qui en souffrent. « ...
VIH : 20 stars américaines dans une même pub ; c’e... Plus de 20 stars américaines se sont réunies dans une publicité et dévoilent ce qu’elles achètent avec 40 cents: un œuf, un timbre, un chewing-gum…. M...
Traitement des ongles abîmés : Curanail, la nouvea... Vos ongles sont abîmés, jaunis ou épaissis : vous souffrez peut-être d’une infection de l’ongle par des champignons microscopiques (mycose de l’ongle)...