Entrée : 128 résidus chimiques ; Plat : 81 substances chimiques ; Légumes : 36 pesticides ; Dessert : 47 substances cancérigènes et 37 perturbateurs endocriniens… Ces chiffres correspondent aujourd’hui au quotidien alimentaire journalier d’un enfant de 10 ans, dans le cadre d’un menu type équilibré non bio selon une étude menée par Générations Futures dans le cadre du premier volet de la campagne « Environnement et cancer ».

Au total, en 24 heures, l’enfant serait ainsi exposé, uniquement au travers de son alimentation, à des dizaines de molécules chimiques soupçonnées d’être cancérigènes ou encore soupçonnées d’être des perturbateurs endocriniens, selon les instances sanitaires européennes ou américaines.

Sur ce constat alarmant, une bonne nouvelle : les collectivités et les municipalités sont de plus en plus nombreuses à introduire le bio dans les restaurants scolaires. En effet, en 2010, 48% des établissements publics proposent des repas, des menus ou des produits issus de l’agriculture biologique contre 41% en 2009. Ce sont dans les cantines scolaires que cette progression est la plus significative : en 2010, 51% des établissements scolaires déclarent proposer des produits bio contre 46% en 2009. La part des produits bio progresse également au sein des grosses structures de restauration scolaire (+ de 500 repas par jour) : 62% de ce type de structures proposent des produits bio en 2010 contre 45% en 2009*.
Philippe Jouin, Directeur de Biocoop Restauration, reste enthousiaste face à cette croissance, mais préfère, toutefois, nuancer : « Il est indéniable que les collectivités et les municipalités font des efforts considérables : les chiffres démontrent que les cantines scolaires proposent davantage de produits bio à nos enfants, ce qui est encourageant pour des acteurs impliqués dans le développement de la bio comme pour les consommateurs et les citoyens. » Pourtant, cette croissance est loin d’être suffisante face aux objectifs fixés par le Grenelle Environnement. « En effet, il a été fixé par le Grenelle Environnement un seuil de 20% minimum de produits bio dans les cantines et dans les restaurants collectifs d’ici 2012. Concrètement, à ce jour l’offre de produits bio, sur ce segment, ne représente seulement que 2% » reprend Philippe Jouin.

La restauration collective scolaire et le développement de l’agriculture biologique locale
Placée sous la responsabilité des Conseils Régionaux (lycées), des Conseils généraux (collèges) ou encore des municipalités (écoles primaires et maternelles), la restauration collective scolaire doit être en adéquation avec les objectifs politiques tels que l’aménagement du territoire, le développement économique et la protection de l’environnement.
Au travers d’une démarche durable et cohérente d’intégration de la bio dans les cantines scolaires, il paraît essentiel de s’appuyer sur l’offre locale et la production biologique de proximité : « Quelle cohérence y aurait –il à proposer aux enfants des tomates, certes issues d’une agriculture biologique, en plein hiver, cultivées hors sol et importées ? Serait ce, dans ce cas, une action pédagogique cohérente ? » interroge Philippe Jouin.

Morgane Boileau – Source : BioCoop * Agence Bio – Observatoire 2010

A Lire également

Ketchup bio: l’étonnante recette de Marc Veyrat  Trop gras, trop sucré, trop salé, le ketchup traverse une mauvaise passe. Faut-il pour autant le bannir des menus ? Pas si vite! Le ketchup bio arriv...
Manger bio : quel impact sur la santé ? Qui sont les consommateurs de produits Bio et quel est l'impact des aliments Bio sur la santé ? C'est ce que va chercher à déterminer l'étude BioNutri...
Le retour de Severn sur des t-shirts et besaces au... Décidément, près de 20 ans après, Severn continue de nous sensibiliser au développement durable. La petite fille de 12 ans, qui avait alerté les chefs...
Cours de cuisine gratuits « Manger autrement en bi... Remplacer la cuisine industrielle par une cuisine de qualité est possible, même pour les petits budgets. Jeanne Hachette, formatrice « Manger autremen...
Fête de la Gastronomie : rencontrez les agriculteu... Pour pousser les français à davantage manger bio, le réseau des agriculteurs bio français organisent des rencontres à l'occasion de la 4ème campagne n...
Du bio dans les assiettes des lycéens aquitains La Région Aquitaine a mis en place au printemps 2010 un projet pilote, mené en lien avec ARBIO Aquitaine, visant à approvisionner les lycées aquitains...
“Ticket restaurant”: la version “bio” Pour vous inciter à manger plus équilibré, êtes-vous prêt à accepter deux tailles de plats, à privilégier les cuissons à la vapeur, et à accepter des ...
Viande bio : Charal développe son offre biologique... En mars 2010, Charal complète sa gamme certifiée bio avec le lancement de trois nouvelles références en grandes et moyennes surfaces : un steak haché ...
Bio Semaine : des conseils gratuits de naturopathe... A l’occasion de la Bio Semaine, organisé par l’Alliance pour la Santé, les magasins Bio c’Bon accueilleront des spécialistes du bio (naturopathes, che...
Allergie alimentaire : pizzas et tartes sans glute... 1 personne sur 100 est intolérante au gluten. Lasagnes, cakes, tartes, pizzas et pâtes à tarte… les premiers « plats tout prêt » sans gluten et frais ...
Où trouver des fruits bio de saison et de producti... Jusqu’à mi août, pêches, abricots et nectarines sont les vedettes des fruits de l’été des magasins Biocoop. C’est le moment de profiter de la pleine s...
Comment faire des économies d’énergies tout en con... Avis à toutes les fées du logis "vertes" : passez aux produits de partage idéaux pour bichonner son intérieur tout en restant écolo, pour manger ou cu...
Les carottes rendent aimable… et autres idée... "Les carottes rendent aimable ?" ou 313 idées reçues sur la nutrition passées au cribles ! Le livre vérité sur ce que vous mangez pour vous aider à dé...
Et la viande bio dans tout ça ? La Quinzaine du Printemps Bio démarre dans 6 jours. Fruits et légumes, crèmerie, pain, vin, mais aussi produits d’entretien ou encore cosmétiques : dé...
Epices et aromates Bio : un choix de plus en plus ... Le bio investit aussi les épices. Elaborés pour une cuisine de tous les jours pleine de saveurs, ces mélanges aromatisent les pâtes, le riz, les salad...
Manger bio pas cher : des fruits et légumes bio à ... Des fruits et légumes BIO de saison à 2,50€ le kilo, ça existe ! Même si manger bio a la réputation de coûter cher, les magasins Bio C’Bon proposent ...