La prise de médicaments n’est pas un acte anodin. C’est pourquoi les autorités sanitaires ont mis en place un réseau national de pharmacovigilance en France. Objectif : surveiller les médicaments et prévenir leurs effets indésirables potentiels ou avérés qui peuvent résulter de leur utilisation.

Si les médicaments peuvent avoir des effets bénéfiques, qu’ils soient préventifs ou curatifs,  ils peuvent également exposer le patient à des effets secondaires dits « indésirables ». C’est pourquoi, chaque acte de prescription d’un médecin est guidée par le rapport bénéfice/risque.

En France, le système national de pharmacovigilance est coordonné par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). L’Agence a notamment pour mission de veiller à la sécurité de l’emploi des médicaments et de contribuer à leur bon usage par le biais de mesures préventives. Ce sont les 31 centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV) qui assurent le recueil et la transmission des effets indésirables à l’ANSM.

Au cœur de ce dispositif, les professionnels de santé. Qu’ils soient médecins, pharmaciens, sages-femmes, ou encore chirurgiens-dentistes, ces derniers doivent signaler les effets indésirables susceptibles d’être dûs à la prise d’un médicament. Si un soupçon ou un doute existe, ils peuvent réaliser une déclaration auprès du centre régional de pharmacovigilance dont ils dépendent.

Les entreprises du médicament sont également mises à contribution. Ces dernières doivent mettre en place des services de pharmacovigilance afin de collecter et d’évaluer les informations relatives aux effets indésirables dans un objectif de prévention et de réduction des risques. Elles doivent, si nécessaire, prendre des mesures appropriées. Il existe ainsi des entreprises prestataires comme Axpharma qui sont spécialisées dans la pharmacovigilance.

Enfin, les patients et les associations jouent désormais un rôle actif dans la surveillance des médicaments. Depuis juin 2011, le système national de pharmacovigilance s’est en effet ouvert aux patients, à leurs proches ainsi qu’aux associations qui peuvent déclarer directement un effet indésirable  lié à un médicament à l’ANSM, sans passer par leur médecin ou leur pharmacien.

Source : ANSM, Ministère de la Santé

Rendez-vous sur Hellocoton !

A Lire également

Plus de 800 000 médicaments de contrebande saisis Une nouvelle opération internationale, destinée à lutter contre la vente illicite de médicaments sur Internet et qui s’est déroulée du 18 au 25 juin 2...
CMU : une assurance pour tous ?   Si vous disposez de faibles ressources ou êtes en situation de précarité, des dispositifs spécifiques d’accès aux soins existent. Vous n’êtes bén...
Vingt-cinq médicaments à base de magnésium ne sero... Les Echos signalent la publication au  « Journal officiel » des arrêtés qui officialisent le déremboursement total de vingt-cinq médicaments à base de...
Médicaments : déclarer en ligne les effets indésir... L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a mis en ligne une nouvelle rubrique sur son site internet. Objectif : si...
Xenical / Alli : le rapport bénéfice/risque toujou... Selon le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence européenne des médicaments, le rapport bénéfice/risque de l’orlistat, utilisé dans l...
Médicaments : chaque français a consommé en moyenn... Selon le rapport 2012 des ventes de médicaments en France, publié mercredi par l’Agence du médicament, le marché pharmaceutique recule en valeur (- 1,...
Médicaments antibiotiques : une semaine mondiale p... A l'initiative de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la première semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques se déroulera du 16 au 22...
Médicaments : un site internet européen sur les ef... L'Agence européenne du médicament (EMA) vient de mettre en ligne un site internet d'information sur les effets secondaires des médicaments autorisés d...
Assurance maladie : ce qui va changer pour vous en... Voici la liste des principales mesures d’économies décidées par le gouvernement dans le cadre du projet de Loi de finances de la Sécurité sociale 2010...
La franchise de 0,5 € sur les boîtes de médicament...  Selon une étude de l'Institut de recherche et documentation en santé (Irdes), les franchises de 0,5 € sur les boîtes de médicaments, mises en place l...
Médicaments : la consommation d’antibiotique... Marisol Touraine, la ministre de la Santé, a annoncé mercredi qu'elle souhaitait « réduire de 25 % la consommation globale d’antibiotiques et faire pa...
Pilule : infirmiers et pharmaciens vont pouvoir la... Suite à un arrêté publié mardi 1er juin au Journal Officiel,  les infirmiers vont pouvoir renouveler les ordonnances de pilules contraceptives et les ...
Bébé tousse : un dépliant pour savoir quoi faire... Suite à sa récente réévaluation des médicaments destinés à traiter la toux chez l’enfant de moins de deux ans, l’Afssaps a élaboré plusieurs documents...
Une personne âgée consomme en moyenne sept molécul... Selon le rapport relatif à la politique du médicament en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), les plus de 65 ans repr...
Médicaments : la confiance des Français rebondit Malgré un contexte d’accumulation de controverses, la confiance des Français dans les médicaments repart à la hausse. Les résultats de l'Observatoire ...
Toux du nourrisson : les recommandations de l’Afss... Que faire face à un bébé qui tousse ? L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), qui a mené une réévaluation des médica...