11 ans déjà pour ceux surnommés les « bébés bulle »! En mars 1999, Alain Fischer, Marina Cavazzana-Calvo et Salima Hacein- Bey-Abina et leurs équipes de l’Inserm, de l’AP-HP et de l’Université Paris Descartes traitaient pour la première fois par thérapie génique des enfants atteints d’une maladie les privant de défenses immunitaires. Aujourd’hui, sept enfants pris en charge en France vont bien et mènent une vie normale.

Ces onze années ont permis aux chercheurs de perfectionner la thérapie, de comprendre et de tenter de s’affranchir des problèmes de toxicité rencontrés aux débuts de cette aventure. En écho à cette réussite, deux nouveaux essais cliniques démarrent en 2010. Ils concernent le DICS-X et le syndrome de Wiskott Aldrich.
Le déficit immunitaire combiné sévère lié au chromosome l’X est une maladie génétique rare caractérisée par une absence totale de cellules responsables de la défense de l’organisme contre les infections. Afin de combler ce manque de défenses immunitaires, les enfants touchés par cette maladie sont placés dès la naissance dans des chambres stériles. Pour ces « bébés-bulle », l’espoir de bénéficier un jour de la reconstitution de leur système immunitaire passe par une greffe de moelle osseuse issue d’un donneur familial compatible (idéalement un frère ou une soeur). Toutefois, la réussite de ces greffes est conditionnée par un certain nombre de facteurs limitant (manque de donneurs, risque de mortalité, reconstitution incomplète des défenses immunitaires etc).

11 ans déjà !
En 1999, Alain Fischer, Marina Cavazzana-Calvo et Salima Hacein-Bey-Abina (Unité Inserm 768, Développement normal et pathologique du système immunitaire, Département de Biothérapies et Unité d’Immunologie et d’Hématologie pédiatrique, Hôpital Necker Enfants Malades AP-HP, Université Paris Descartes, Paris) proposent une nouvelle méthode de thérapie génique qui permet de s’affranchir des inconvénients liés à la greffe de moelle osseuse. Elle consiste à insérer une copie normale du gène altéré dans l’organisme des enfants malades.
Pour cela, le gène médicament est inséré en dehors de l’organisme (ex vivo) dans les cellules du patient grâce à un vecteur viral de type rétrovirus. Ce vecteur permet la pénétration du gène dans la cellule, son insertion au sein du génome et la production de la protéine défectueuse chez les enfants. Une fois cette étape réalisée, les cellules corrigées à l’origine des éléments responsables des défenses immunitaires (les lymphocytes T) sontv réinjectés au patient.
Les premiers enfants ainsi traités par thérapie génique ont pu retrouver un système immunitaire fonctionnel et échapper aux infections à répétition. Quatre d’entre eux ont néanmoins développé une leucémie à la suite de la thérapie. Cette complication était due à l’insertion dans des sites inappropriés du rétrovirus utilisé pour transporter le gène correcteur.

Une efficacité démontrée
Malgré ces problèmes de toxicité liés au rétrovirus, sept enfants pris en charge en France ont continué à produire suffisamment de lymphocytes T et, ce, de façon durable. « A ce jour les taux de lymphocytes T chez ces enfants sont vraiment très bons » nous explique Salima Hacein-Bey-Abina, professeur à l’Université Paris Descartes, « La capacité des précurseurs des lymphocytes T à se diviser a persisté même chez les enfants qui ont dû subir une chimiothérapie. Bien entendu, notre défi est maintenant de pouvoir proposer cette méthode mise au point en 1999 avec des vecteurs plus sûrs, mais son efficacité est aujourd’hui démontrée »

Deux nouveaux essais en 2010
Deux déficits immunitaires héréditaires feront l’objet d’essais cliniques de thérapie génique en 2010. 5 enfants atteints de DICS-X intégreront un nouvel essai promu par l’AP-HP tandis que 10 enfants atteints du syndrome de Wiskott Aldrich2 prendront part, en France et en Angleterre, à un essai promu par Généthon (le centre de recherche et de développement des thérapies géniques de l’AFM). Ce dernier essai a débuté en février dernier. Par ailleurs, l’équipe de chercheurs de l’Inserm est toujours impliquée dans l’essai clinique de thérapie génique contre l’adénoleucodystrophie.

En savoir plus : Le suivi de cette étude est publié ce jour dans The New England Journal of Medicine.  Ces travaux ont reçu le soutien de l’AFM grâce aux dons du Téléthon. Le déficit immunitaire combiné sévère lié à l’X sur le site de l’Inserm

Source : AFM France

Rendez-vous sur Hellocoton !

A Lire également

« Une Jonquille pour Curie » : une semaine pour fa... « Une Jonquille pour Curie » est une semaine de mobilisation solidaire contre le cancer. L’objectif : collecter des fonds afin que l’Institut Curie, a...
« Soirée d’Amélie » Mauresmo contre le cance... Assistez à la grande Soirée d'Amélie Mauresmo et la Ligue contre le Cancer à l'occasion du 22 ème Open GDF-Suez ! Les plus célèbres joueurs de tennis ...
Cancer du col de l’utérus : un troisième programme... Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé, a annoncé la mise en place d’un troisième  programme national de dépistage organisé du cancer...
Cancer et téléphone portable : pas de risques selo... Une nouvelle étude publiée en ligne vendredi par le British Medical Journal et menée sur 18 ans au Danemark montre que l’usage sur la durée d’un télép...
Handicap : l’AFM travaille sur les aides technique... Si la stratégie d’innovation de l’Association Française contre les Myopathies (AFM), organisatrice du Téléthon, est bien connue dans le domaine de la ...
Bisphénol A : quels sont les risques ? L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) vient de publier les résultats de l’évaluation de...
Cancer du sein : une information en ligne personna... L’Institut national du cancer met à la disposition des femmes, sur un espace unique, une information personnalisée par âge et facilement accessible su...
Priorité Santé Mutualiste : des conseils santé au ... Vous êtes confronté à un problème de santé ? Qu’il s’agisse du cancer, d’une maladie cardio-vasculaire, d’un problème de dépendance au tabac, à l’alco...
Alcool et cancer : plus de la moitié des Français... Selon un sondage réalisé par Opinion Way pour la Ligue contre le cancer(1), les Français sous-estiment les risques liés à l'alcool : seulement 23% des...
Star Wars : maître Yoda se lève contre la cancer a... Toutes les deux secondes, un article Star Wars est vendu sur eBay ! Pour célébrer la future sortie de l'intégrale de la Saga Star Wars en Blu-ray, les...
Second cancer : comment prévenir les risques ? L’Institut national du cancer (INCa) publie un rapport intitulé « Identifier et prévenir les risques de second cancer primitif chez l’adulte ». Ce rap...
Cancer : les inégalités persistent deux ans après ... Les résultats de l’enquête «Cancer : la vie deux ans après le diagnostic», présentés par l’Institut national du cancer (INCa) et l’Inserm, soulignent ...
Lutte contre le cancer : un menu VIP pour des « At... Les Logis lancent les « Ateliers Gourmets Logis ». Dès le 20 janvier 2010, achetez vos places aux enchères sur E-bay.fr et cuisinez en compagnie de ch...
Cancer du colon : boire quatre tasses de café rédu... Selon une étude publiée lundi dans le Journal of Clinical Oncology, le fait de boire au moins quatre tasses de café chaque jour réduirait de 42% les r...
Le cancer du col de l’utérus peut être évité dans ... Le site de l'INCa L’Institut national du cancer lance une nouvelle campagne d’information sur le dépistage du cancer du col de l’utérus. L’objecti...
L’INCa lance une campagne pour un nouveau re...  L'Institut National du Cancer (INCa) a lancé le 18 novembre un nouveau dispositif d'information visant à favoriser « un nouveau regard sur les cancer...