L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a annoncé mardi 12 juin que le valproate est désormais interdit pendant la grossesse et ne doit plus être prescrit aux femmes, adolescentes ou en âge de procréer (sauf circonstances exceptionnelles).

L’ANSM rappelle que dans son communiqué « Le valproate est un traitement de l’épilepsie et des épisodes maniaques des troubles bipolaires. Le valproate est un tératogène puissant. Il entraîne un taux élevé de malformations (plus de 10 %) et/ou de troubles neuro-développementaux (30 – 40 %) chez les enfants exposés pendant la grossesse ».

Dès juillet 2017, face à l’utilisation encore trop importante du valproate chez les femmes enceintes ou susceptibles de le devenir, l’ANSM a décidé de contre-indiquer chez ces femmes les spécialités de valproate Dépakote®  et Dépamide®. Elle a alors saisi l’Agence européenne des médicaments (EMA) pour étendre cette contre-indication au niveau européen et envisager d’autres mesures.

La décision finale de la Commission européenne  entérine cette contre-indication ainsi que les mesures de réduction des risques déjà mises en place par l’ANSM et demande la mise en place de mesures additionnelles. Elles seront appliquées à partir de fin juin 2018.

Ainsi, la mise en garde « VALPROATE + GROSSESSE = INTERDIT »  sera donc étendue aux spécialités à base de valproate indiquées dans l’épilepsie. La «carte patiente », actuellement remise par le médecin ou le pharmacien, sera intégrée aux boites. Le pictogramme « interdit » sera également apposé sur les blisters, sachets et flacons.

Les autorisations de mise sur le marché (AMM) des médicaments contenant du valproate vont être modifiées en France avant la fin du mois de juin 2018 pour intégrer ces mesures.

La brochure pour les patientes, le guide d’information pour les médecins et le formulaire d’accord de soins vont être actualisés et seront disponibles fin juillet 2018.

Un « QR » code sera également mis en place sur ces boites et renverra à un site Internet qui délivrera une information validée dédiée aux risques liés à l’exposition au valproate au cours de la grossesse.

En complément, la Haute autorité de santé (HAS) travaille en collaboration avec l’ANSM et l’APESAC  pour actualiser les recommandations thérapeutiques sur les alternatives au valproate chez les filles, adolescentes, femmes en âge de procréer et femmes enceintes.

Source : ANSM

Rendez-vous sur Hellocoton !

A Lire également

Suivi de grossesse : les femmes globalement satisf... L’UNAF a questionné des femmes ayant accouché entre 2004 et 2009. Soit 952 témoignages de femmes, partout en France. Globalement ces mères semblent sa...
Médicaments, rayons X… Les infirmières plus ... L'Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) rapporte les  résultats d'une étude américaine  publiée dans la revue médicale American Journal...
Tabagisme: une femme enceinte sur quatre fume quot... Marisol Touraine, la ministre de la Santé, s'est inquiétée mercredi 22 mai sur RTL, du nombre de femmes enceintes fumant quotidiennement. En effet, se...
Valproate de sodium : la ministre de la Santé anno... Marisol Touraine, qui a rencontré lundi la présidente de l’association d’Aide aux Parents d'Enfants souffrant du Syndrome de l'Anti-Convulsivant (APES...
Tétrazépam : l’Ansm met en garde contre les ... Dans un point d'information publié vendredi, l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a mis en garde contre des effets indésirables cutanés...
Mucoviscidose : résultats prometteurs pour un nouv... La revue médicale  New England Journal of Medicine (NEJM) a publié aujourd'hui les données d'une étude de phase 3 évaluant KALYDECO™ (ivacaftor, VX-77...
Elle accouche alors qu’elle pensait avoir un... Déni de grossesse - Gwendoline, 19 ans, pensait à une sévère gastro-entérite lorsqu'elle a été prise de violentes douleurs abdominales dans la nuit. S...
Le 5 mai, c’est la journée internationale de... Vocation, dévouement, générosité ... autant de termes que l'on associe à la sage-femme. Si « le plus beau métier du monde » est évocateur, que connaît...
Maladies cardiaques et AVC: 1ères causes de mortal... Environ la moitié des femmes en France ne savent pas que les maladies cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux sont la première cause de mort...
Octobre Rose: un mois pour se mobiliser contre le ... Pour la 8ème année consécutive, le ministère des Affaires sociales et de la Santé et l’INCa, en partenariat avec l’Assurance maladie, la Mutualité soc...
Les fumeuses mettent deux fois plus de temps à tom... Selon une étude britannique menée sur 8 515 grossesses pour évaluer l'effet du tabac sur la conception,  les femmes présentant un tabagisme actif ou p...
Médicament: les mutuelles disent non à la promotio... La Mutualité Française, qui fédère la quasi-totalité des mutuelles santé en France, s’oppose à la proposition de directive européenne sur l’informatio...
L’agence du médicament alerte sur l’usage du... L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a mis en garde lundi les professionnels de santé sur les risques liés à u...
Budget de la sécu 2014 : des économies sur le médi... Dans le cadre de son projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS 2014), le gouvernement va demander un « effort » de 577 millions d’eur...
Manger des cacahuètes pendant la grossesse ne prov... Selon une étude américaine parue dans la revue JAMA Pediatrics, manger des cacahuètes pendant la grossesse n’entraînerait pas d’allergies alimentaires...
Médicament en France : L’UFC Que Choisir et l&rsqu... Dans la perspective de la remise du rapport de l’IGAS sur le Mediator®, l’UFC-Que Choisir et l’Association Française des Diabétiques ont dénoncé jeudi...