Un radiologue du centre hospitalier de Quimperlé est accusé d’agressions sexuelles et de viols sur 32 femmes (dont 8 jeunes filles mineures) entre 2002 et 2006. Il est jugé cette semaine par la cour d’assises du Finistère. Pas moins de 37 faits lui sont reprochés, soit 28 viols et 9 attouchements sexuels.

Le scandale aurait explosé lorsqu’en mai 2005, deux de ses patientes se plaignent d’agressions sexuelles subies lors de leurs examens médicaux. Même si ces plaintes sont classées sans suite, l’hôpital lui interdit de pratiquer des examens seul. C’est en 2006 que de nouvelles plaintes sont enregistrées. La justice intervient et lui interdit de réaliser toute mammographie ou échographie vaginale. L’homme aurait violé cette interdiction et continuer de pratiquer des échographies par voie endovaginale, y compris sur des mineures sans l’autorisation de leurs parents.
D’abord mis en détention provisoire de juin 2007 à avril 2008, il avait été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction d’exercer depuis.

Lors de son procès qui se tient jusqu’à vendredi, le radiologue nie les faits. Selon les propos de l’AFP repris sur le site de TF1, il justifie la durée des examens qu’il pratiquait par sa « hantise de passer à côté d’un diagnostic« .

Source : AFP/TF1

Rendez-vous sur Hellocoton !