Le ministère des Solidarités et de la Santé vient de publier les nouveaux modèles du carnet et des certificats de santé de l’enfant qui entrent en vigueur le 1er avril 2018. Mis à jour sur la base des recommandations du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP), ils tiennent compte des avancées scientifiques et des attentes des professionnels de santé et des familles.

Délivré gratuitement au moment de la déclaration de naissance par l’officier d’état civil
(de la mairie ou d’un hôpital public s’il dispose d’une permanence au sein du service maternité pour enregistrer les déclarations de naissance), le carnet de santé est le document qui réunit tous les événements concernant la santé d’un enfant depuis sa naissance.  Il est également le support du dialogue régulier entre les familles et les professionnels de santé qui interviennent pour la prévention et les soins. Les informations qu’il contient sont confidentielles et couvertes par le secret médical.

Selon le ministère chargé de la Santé, les principales évolutions de la nouvelle édition concernent les messages de prévention, qui ont été enrichis et actualisés pour tenir compte des évolutions scientifiques et sociétales, de nouvelles recommandations et de l’identification de nouveaux risques.

A titre d’exemples : utiliser des biberons garantis sans bisphénol A ; éviter de mettre un enfant de moins de 3 ans dans une pièce où la télévision est allumée (même s’il ne la

Visuel – Ministère de la Santé

regarde pas) ; utiliser un lit à barreaux sans tour de lit et faire dormir, si cela est possible, le bébé dans la chambre de ses parents pendant les 6 premiers mois au minimum.

Pour prévenir le syndrome du bébé secoué, des conseils sont donnés aux parents pour réagir face aux pleurs de leur bébé.

Certains allergènes et produits chimiques présents dans l’environnement quotidien sont potentiellement toxiques pour les bébés. Des recommandations permettant de limiter les risques sur la santé ont donc été ajoutées par rapport à l’édition de 2006 : aérer le domicile 10 minutes chaque jour, réduire le nombre de produits d’entretien et préférer les produits à composant unique, ne pas utiliser de parfums d’intérieur, d’encens ni de bougies, utiliser des jouets et articles de puériculture homologués CE ou NF et éviter l’utilisation de produits cosmétiques dans les 1ers mois, tant pour le bébé que pour ses parents.

De nouvelles courbes pour le suivi de la croissance des enfants
Ces courbes ont été établies par l’Inserm (unité 1153/CRESS), à partir de la surveillance de 261 000 enfants, avec la collaboration de médecins généralistes et de pédiatres répartis sur tout le territoire métropolitain. Des documents complémentaires et des outils d’aide à l’interprétation des courbes de croissance seront mis en ligne par l’Inserm courant 2018.

 Les nouvelles recommandations vaccinales, pour accompagner la modification du calendrier vaccinal et l’extension des obligations. En effet, chez les nourrissons nés à partir du 1er janvier 2018, les vaccinations contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, l’Haemophilus influenzae de type b, l’hépatite B, le pneumocoque, le méningocoque C, la rougeole, les oreillons et la rubéole sont obligatoires. Comme pour le carnet précédent, la copie des deux doubles pages a valeur de certificat de vaccination.

Le ministère chargé de la Santé précise qu’une notice explicative a été élaborée et diffusée aux professionnels de santé pour leur présenter les principales nouveautés du nouveau carnet de santé, notamment pour ce qui concerne les courbes pour le suivi de la croissance des enfants.

Pour en savoir plus :
. Le carnet de santé de l’enfant 2018
. Le dossier « La santé de votre enfant au quotidien » du ministère chargé de la santé

Source : communiqué ministère chargé de la santé du 05/03/2018

Rendez-vous sur Hellocoton !