24hSanté
Suivez nous sur Twitter !Facebook

Le Motilium serait responsable de dizaines de morts subites en France, selon la revue Prescrire

Selon Prescrire, la dompéridone (Motilium® ou autre) serait à l’origine de 25 à 120 morts subites en France en 2012. La revue médicale indépendante réclame ainsi le retrait du marché de ce médicament utilisé dans les nausées-vomissements et estime qu’il existe « de meilleures solutions pour les patients ».

« La dompéridone (Motilium® ou autre) est un neuroleptique utilisé dans les nausées-vomissements banals, avec une efficacité modeste », souligne la revue. « On sait que les neuroleptiques exposent aux troubles du rythme cardiaque. Depuis 2005, plusieurs études épidémiologiques, néerlandaises et canadienne, ont montré que les morts subites cardiaques sont environ 1,6 à 3,7 fois plus fréquentes en cas d’exposition à la dompéridone », indique Prescrire.

La revue, qui a rapproché les données de remboursements par l’assurance maladie et la fréquence des morts subites en France, estime qu’une hypothèse vraisemblable est que le nombre de morts subites liées à la dompéridone pourrait s’élever entre 25 et 120 en 2012 en France. Environ 7 % des adultes auraient reçu au moins une dispensation de dompéridone en 2012, soit environ 3 millions de personnes. « Il est temps que les autorités sanitaires européennes retirent du marché ce médicament », estime ainsi la revue.

Fin 2011, l’Agence française du médicament et Jannsen-Cilag ont informé du risque de mort subite les médecins et les pharmaciens. En mars 2014, l’Agence européenne du médicament doit se prononcer sur la dompéridone, rappelle la revue. « Mais il est à craindre qu’elle se contente de préconiser des baisses de posologies ou de durée de traitement », indique Prescrire estimant ces mesures « insuffisantes pour protéger pleinement les patients » et qu’elles « reportent la responsabilité des agences vers les soignants, qui ont assez à faire par ailleurs sans avoir à expliquer aux patients que tel ou tel médicament est autorisé mais à éviter ».

« De meilleures solutions pour les patients ».

Selon la revue, ce médicament peut « aisément être remplacé par de meilleures solutions pour les patients ». « En pratique, souvent, les troubles qui motivent la prise de dompéridone disparaissent spontanément, ou avec l’appoint de mesures diététiques », rappelle Prescrire. La revue indique également que « pour les patients qui souhaitent malgré tout un médicament, un placebo vraiment dénué d’effet nocif est une option ».

Lire l’article complet sur le site de Prescrire

Rendez-vous sur Hellocoton !

20 février 2014