L’anti-dépresseur Stablon ( tianeptine) des laboratoires Servier, commercialisé depuis 1988, a été réévalué favorablement le 2 février 2012 par la Commission d’AMM de l’Afssaps « sous réserve de la mise en place d’actions » pour minimiser le risque d’abus et de pharmacodépendance.

Suite à des notifications d’abus avec ce médicament, une enquête d’addictovigilance a été réalisée en 2005 puis actualisée en 2011. Cette dernière enquête montre la persistance de cas d’abus et de pharmacodépendance malgré les mesures qui avaient été mises en place en 2007 : modification de l’information médicale du Stablon® mettant en garde les professionnels de santé (RCP) et les patients (notice ) contre ce risque et diffusion d’une lettre aux médecins et aux pharmaciens.

La fréquence du risque d’abus et de pharmacodépendance a été estimée à 1 cas pour 1000 patients traités. Le profil de sujets surconsommant reste le même au fil du temps : femmes de moins de 50 ans, présence d’antécédents d’abus ou de pharmacodépendance, « nomadisme » médical et/ou pharmaceutique, consommation élevée de doses journalières, sevrage ou tentative de sevrage difficile. Compte tenu du potentiel d’abus et de dépendance avéré du Stablon®, la Commission nationale des stupéfiants et des psychotropes avait proposé que son rapport bénéfice/risque soit réévalué.

« En termes de bénéfice, les résultats des études cliniques fournies par le laboratoire ne permettent pas actuellement de remettre en cause l’efficacité de la tianeptine », estime l’Afssaps. En termes de risques, la Commission nationale de pharmacovigilance a jugé important le signal en termes de pharmacodépendance. Toutefois, l’analyse des autres effets secondaires rapportés n’était pas de nature à remettre en cause le rapport bénéfice/risque du produit à eux seuls. Elle a souhaité adapter le résumé des caractéristiques du produit pour améliorer la qualité de l’information sur le Stablon® en matière d’effets indésirables.

Au regard de l’ensemble de ces données, la Commission d’AMM a considéré que le rapport bénéfice/risque de Stablon® restait favorable sous réserve de la mise en place d’actions de minimisation du risque afin de limiter le risque d’abus et de pharmacodépendance . Ces mesures comprennent notamment le renforcement et la sécurisation des conditions de prescription et de délivrance du Stablon®. Elles seront accompagnées d’actions de communication et d’information vers les professionnels de santé et les patients pour les sensibiliser sur le risque de pharmacodépendance. L’impact de ces mesures sera évalué un an après leur mise en œuvre.

Source : Afssaps

Rendez-vous sur Hellocoton !

A Lire également

Mediator: le laboratoire Servier propose un nouvea... Le laboratoire pharmaceutique Servier a proposé vendredi la mise en place d'un fonds d'indemnisation des victimes du Mediator exclues des procédures l...
Mediator : Servier dément avoir falsifié des étude... Les Laboratoires Servier ont démenti mardi dans un communiqué les accusations portées le matin même par Le Figaro et Libération qui révélaient les aud...
Mediator : la Sécu réclame 255 millions au laborat... La Sécurité sociale a confirmé par l'intermédiaire de son avocat l’information révélée dès mercredi soir par le Parisien.fr. Elle entend ainsi demande...
Mediator : des patients veulent porter plainte con... L'affaire du Mediator se transforme en saga judiciaire. Après les plaintes contre le laboratoire Servier puis l'Afssaps, après le fonds d'indemnisatio...
Le Protelos® de Servier va rester dans les pharmac... Selon Le Figaro, la Commission d’autorisation de mise sur le marché de l’Afssaps réunie jeudi matin a décidé de maintenir sur le marché français le Pr...
Mediator : le procès sera reporté de plusieurs moi... Le tribunal correctionnel de Nanterre a décidé ce lundi 21 mai de reporter de plusieurs mois le premier procès pénal du Mediator, un médicament accusé...
Antidouleur et antidépresseur: vers un médicament ... Des scientifiques de l’Institut Pasteur et du CNRS  ont mesuré, chez l’animal, les pouvoirs analgésique et antidépresseur de l'Opiorphine, un messager...
Protelos®: le médicament de Servier réexaminé le 2... L’Afssaps a annoncé mercredi que le rapport bénéfice/risque du Protelos® (ranélate de strontium), médicament contre l'ostéoporose des laboratoires Ser...
Antidépresseurs: pas automatiques? Très efficaces dans les cas “lourds”, inutiles dans les cas “bénins”. Un article publié par le Jama (Journal of the American Medical Association, en a...
Les laboratoires Servier accusés de connaître la d... Selon des documents que des journalistes du Monde se seraient procurés, le laboratoire Servier connaissait déjà en 1995 les effets secondaires graves ...
Protélos® : l’Afssaps veut réevaluer son rap... A la suite des avis concordants des commissions de pharmacovigilance et d'autorisation de mise sur le marché, l'Afssaps a décidé de saisir l'agence eu...
Mediator : Servier poursuivi pour escroquerie à la... Le parquet de Paris aurait décidé d’élargir l’enquête sur l'affaire du Mediator à des faits d'escroquerie. à la Sécurité sociale. Cette dernière avait...
Médicaments : vers la suspension de Protelos® de S... Les laboratoires Servier ont annoncé vendredi que le Comité européen de Pharmacovigilance recommande la suspension de l’Autorisation européenne de Mis...
L’Afssaps renonce à promouvoir une ancienne ... L'Agence française de sécurité sanitaire et des produits de santé (Afssaps) a renoncé mercredi à promouvoir une ancienne experte des laboratoires Serv...
Mediator : Servier prêt à indemniser les victimes... Les laboratoires Servier se disent prêts à "participer à un fonds d’indemnisation" des victimes sans pour autant préciser le montant de leur participa...
Mediator: deux témoignages accablent Servier Les quotidiens Le Figaro et Libération rapportent ce mardi 6 septembre le contenu de deux auditions conduites cet été par la justice. Selon les deux q...