Après un cancer du sein, certaines femmes doivent subir une mastectomie, c’est-à-dire une chirurgie mammaire non conservatrice où le sein est retiré. Même si ce n’est pas systématique, la plupart d’entre elles optent pour une reconstruction mammaire. Différentes solutions existent alors en fonction des cas.

La perte d’un sein peut être un choc psychologique difficile. Si certaines femmes acceptent cette étape de la maladie, d’autres la vivent comme une mutilation. Au quotidien, cela peut être ressenti comme une perte de féminité compliquée à assumer. La reconstruction du sein immédiate est parfois pratiquée en même temps que le traitement du cancer mais dans bien des cas, la patiente se dirigera vers une reconstruction mammaire dite différée. Comprenez par là que l’intervention chirurgicale sera réalisée une fois le traitement du cancer terminé. Elle donne notamment le temps à la patiente de choisir la technique de reconstruction la plus adaptée et réalisée par un chirurgien de son choix.

Pour une reconstruction mammaire différée, il est essentiel de choisir un chirurgien expert et reconnu en tant que tel par le Conseil National de l’Ordre des Médecins. Vos différents entretiens vous permettront de déterminer si vous vous sentez en confiance mais également d’étudier quelle technique opératoire vous conviendra le mieux. N’oublions pas que ce type d’intervention chirurgicale est longue. Elle se déroule en plusieurs étapes, des consultations médicales aux opérations elles-mêmes. Cela dure en moyennent entre six à douze mois.

L’objectif est de reconstruire votre sein comme vous l’avez toujours connu, aussi bien dans sa forme que dans son volume, mamelon et aréole inclus. Les premières consultations permettront de déterminer la technique opératoire envisagée. Si la prothèse mammaire est la plus connue, elle n’est pas la seule. Votre chirurgien plasticien peut utiliser un lambeau de peau prélevé au niveau de votre dos ou de votre ventre (voir le schéma opératoire proposé par le Dr Arnaud Petit pour mieux comprendre). Dans certains cas, il vous proposera la technique du lipofilling mammaire qui consiste à injecter de la graisse. La technique composite, quant à elle, consiste à réunir celles du lambeau, du lipoffilling et de la prothèse. Elle suppose plusieurs étapes.

Dans tous les cas, pour bien vivre une reconstruction mammaire, renseignez-vous au maximum, prenez le temps de réfléchir et choisissez la technique qui répond le mieux à vos besoins personnels.

A Lire également

Cancer du sein : une prise en charge à 100% du dép... A l’occasion d’Octobre rose, Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, a annoncé la prise en charge à...
Cancers du sein : 40% des chimio pourraient être é... 40% des chimiothérapies pourraient être évitées pour les cancers du sein dépistés à un stade précoce sans atteinte ganglionnaire. C’est ce que nous ré...
Cancer du sein: un nouveau souffle pour le dépista... Depuis 2004, la France a mis en place un dépistage organisé du cancer du sein afin de permettre à toutes les femmes de 50 à 74 ans d'accéder à une pri...
Prédispositions génétiques au cancer du sein : un ... Un nouveau test en cours de développement pourrait être utilisé comme un complément indispensable aux méthodes actuelles de dépistage, selon les résul...
Les soins et traitements après un cancer du sein Lancé en 2007 par le Ministère de la Santé, « octobre rose » annonce le mois national de sensibilisation et de mobilisation pour la lutte contre le ca...
Cancer du sein: une vie intime détériorée pour plu... A l'Institut Curie, une étude menée par les psycho-oncologues a permis d’identifier les  retentissements du cancer du sein sur la vie intime des femme...
Cancer du sein : le plus fréquent des cancers fémi... Avec près de 50 000 nouveaux cas estimés en 2005 en France, le cancer du sein représente 36,7 % de l’ensemble des nouveaux cas de cancers chez la femm...
L’Association « belle & bien » particip... Chaque année, l'Association participe à la course Odysséa, qui permet de récolter des fonds afin de lutter contre le cancer du sein. Dimanche 6 octobr...
Cancer du sein: Nora Berra lance l’édition 2011 d’... Nora Berra, Secrétaire d’Etat chargée de la Santé, a lancé  mercredi, « Octobre rose, le mois du dépistage organisé du cancer du sein ». Alors que le ...
Une batterie mobile ruban rose pour soutenir la lu... PNY Technologies renouvelle en 2014 son soutien à l’association « Cancer du Sein, Parlons-En ! » et lance une batterie portable pour smartphones, tabl...
Cancer du sein : l’ARC fait le point sur les nouve... Aujourd’hui, le cancer du sein est l’un des cancers pour lequel le taux de survie est le plus élevé, on guérit plus de 70% des cancers du sein. Ceci e...
Cancer du sein : plus de 2,5 millions de femmes dé... A l’occasion d’octobre rose, Santé publique France publie une infographie sur les dernières données sur l’incidence et le dépistage du cancer du sein ...
Cancer du sein, cancer colorectal, mélanome : où e... Ces trois cancers sont exemplaires de la difficulté et des obstacles que rencontre la recherche. Lorsque le cancer est localement avancé ou que des mé...
Octobre rose 2013 : mobilisation en faveur du dépi... Octobre rose est le mois de mobilisation nationale contre le cancer du sein avec des actions organisées en région et une mobilisation de toutes les as...
Cancer : l’Institut Curie et le Centre René Huguen... L’Institut Curie et le Centre René Huguenin fusionneront à partir du 1er janvier 2010. Un rapprochement qui a pour objectif d’amplifier leurs capacité...
Octobre rose 2014 : une nouvelle campagne d’inform... Pour la 10ème année, octobre est le mois de mobilisation nationale contre le cancer du sein. L’occasion de rappeler que cette maladie demeure, malgré ...