24hSanté
Suivez nous sur Twitter !Facebook

La Grande Motte (34) : 1ères Rencontres pour une Santé Durable samedi 26 mai 2012

L’URPS Médecins Libéraux du Languedoc-Roussillon lance les 1ères Rencontres Santé Durable le samedi 26 mai 2012 à l’Hôtel Mercure du Port – La Grande Motte (34). Objectif : « Traiter l’ensemble des problématiques de santé durable, une fois par an en Languedoc-Roussillon » autour de conférences et débats animés par des décideurs, experts en santé publique, acteurs et témoins des évolutions de la pratique des médecins libéraux. Entretien avec le Dr Jean-Paul Ortiz, Président de l’URPS Médecins Libéraux du Languedoc-Roussillon.

Pourquoi l’URPS Médecins Libéraux du Languedoc-Roussillon crée-t-elle ces Rencontres à vocation nationale ?
Dr Jean-Paul Ortiz : Notre intention est d’imposer dans le calendrier de la santé un nouveau rendez-vous qui, chaque année le samedi de Pentecôte, rassemblera les professionnels de santé, les associations de patients, les décideurs, économistes et politiques, dans le but de faire le point sur les contributions à la « santé durable ». Certains de nos confrères, comme ceux de l’URPS Pays-de-la-Loire, organisent chaque année avec brio des rencontres sur l’économie de la santé qui font référence. D’autres ont lancé des conférences sur la médecine environnementale. Notre ambition sera de traiter l’ensemble des problématiques de santé durable et d’en devenir le point de rencontre. En plus d’offrir un temps de partage, ces Rencontres montrent aussi que le monde libéral a pris la pleine mesure des enjeux et souhaite agir collectivement pour trouver des solutions.

La « santé durable », qu’est-ce que c’est ?
Dr J.-P.O. : Cette expression met en valeur deux idées. La première, c’est qu’en tant que médecins libéraux, nous avons pris conscience des impacts sociétaux et environnementaux de notre pratique, à moyen terme. La population trouvera-t-elle encore demain les modes d’organisation qui garantiront le même accès aux soins avec la même qualité d’offre ? C’est le thème que nous développons cette année. La seconde, c’est que les moyens de bien soigner doivent s’adapter à une crise financière sans équivalent. Que se passera-t-il si le Produit Intérieur Brut n’augmente pas, voire régresse ? L’exemple de nos voisins espagnols, invités à parler de leur situation au cours de nos 1ères Rencontres, sera particulièrement éloquent.

Qui seront les intervenants, comment les avez-vous choisis ?
Dr J.-P.O. : Ceux qui ont accepté de nous rejoindre dès cette première édition sont des experts reconnus autant que des personnalités engagées. Nos grands témoins, comme Alain Coulomb et Olivier Toma, sont des spécialistes reconnus, l’un de l’organisation des systèmes de santé, l’autre du développement durable. Dans chacune des trois sessions, nous entendrons des analyses, découvrirons des solutions que d’autres acteurs de santé ont déployées. Pour sa part, l’URPS a conduit des travaux sur l’accès aux soins qui méritaient une diffusion élargie, une présentation formelle à nos partenaires. Nous pourrons donc comparer nos approches, nous enrichir mutuellement, ouvrir grand les fenêtres. Nous ne serons pas là dans le champ des batailles syndicales et des revendications tarifaires, mais dans celui de la prospective.

1ères Rencontres Santé Durable
Ouvert à tous : grand public, médecins, professionnels de santé, étudiants
samedi 26 mai 2012
Hôtel Mercure du Port – La Grande Motte (34)
Renseignements et inscriptions : unionlr@urpsml-lr.org

Pour aller plus loin… Résultats de l’enquête « Le temps, principal frein à l’accès aux soins » :
Quelles sont les principales difficultés rencontrées par les patients du Languedoc-Roussillon pour consulter un médecin ? Alors que les hypothèses démographiques indiquent qu’en 2030, la population aura augmenté de 30,5% et la densité moyenne de médecins libéraux devrait chuter de 29,8%, l’URPS a posé la question aux patients. Une enquête de terrain a été confiée à Joy Raynaud, géographe de la santé, collaboratrice de l’URPS, avec l’Institut CSA (sondage téléphonique auprès de 1006 personnes en juin 2011). Elle a révélé que la principale difficulté pour consulter un médecin généraliste est le temps d’attente au cabinet, et pour un médecin spécialiste le délai d’obtention d’un rendez-vous. La capacité financière du patient et la distance d’accès aux médecins n’apparaissent qu’en position secondaire. L’accès aux généralistes reste encore satisfaisant, tandis que l’accès aux spécialistes présente plus de difficultés, 23,7% des patients ayant déjà renoncé au moins une fois à consulter.
Une enquête miroir vient d’être effectuée en mars auprès des médecins, pour connaître leur sentiment sur l’offre de soins en médecine libérale. Les résultats en seront présentés lors du colloque Santé Durable.
> En savoir + : http://www.urpsml-lr.org/enquete-acces-aux-soins-des-patients

Source : URPS Médecins Libéraux du Languedoc-Roussillon

Rendez-vous sur Hellocoton !

24 avril 2012