L’hospitalisation des personnes âgées liée à une pathologie visible révèle généralement d’autres maux sous-jacents : dénutrition, perte d’autonomie… C’est pour les décrypter que l’expertise de l’équipe mobile de gériatrie est mise à contribution régulièrement.

Le CHU de Nancy a mis en place une équipe mobile de liaison gériatrique rattachée au service de gériatrie du Pr Athanase Benetos. Elle suit plus de 1 000 patients par an et apporte son aide complémentaire aux différents services de l’établissement y compris les urgences.

Rencontre avec le médecin Bernadette Hanesse et l’infirmière Marie-Françoise Job du CHU de Nancy:

Une fois que la demande d’évaluation faite par un service, la mission de l’équipe mobile de gériatrie commence et se déroule selon des objectifs bien précis
– Évaluer les syndromes gériatriques fréquents (chute, troubles de l’autonomie, confusion mentale, dénutrition…)
– Contribuer à l’élaboration d’un projet de soins adapté pour la prise en charge de la personne âgée au-delà de l’hospitalisation
– Participer à son orientation dans la filière de soins.

Actuellement, l’équipe est un service « intra-CHU » qui intervient sur tous les sites de l’établissement. Composée de médecins, d’infirmières, d’une psychologue et d’une assistante sociale, c’est en binôme (médecin et infirmière) que se font les interventions dans un premier temps. Sa mission : aider à l’évaluation et à la prise en charge globale médico-psycho-sociale de la personne âgée, c’est-à-dire la guider vers des soins et un encadrement appropriés à sa situation et préparer sa sortie.

L’équipe mobile de gériatrie s’informe sur le patient qu’elle va visiter afin de savoir s’il est connu ou non du service Gériatrie. L’évaluation gériatrique passe par un entretien singulier où il s’agit d’obtenir des informations sans inquiéter, de poser des questions sans brusquer, de mettre en évidence des syndromes sans choquer. L’efficacité de la démarche repose sur l’empathie, le respect et la patience. L’équipe interroge les patients sur le quotidien : ont-ils des proches ? Une aide à domicile ? Suivent les questions sur la mémoire : le nom du Président de la République ? Du Pape ? Ou encore les raisons de leur hospitalisation ?

« A ce stade, les patients peuvent prendre conscience que leurs souvenirs ne sont plus aussi précis et que leur mémoire est défaillante », explique le Dr Hanesse. C’est dans ces moments que le professionnalisme des membres de l’équipe s’exerce pleinement : écouter pour mieux entendre, regarder pour mieux voir, décrypter pour mieux anticiper. Puis viennent les tests physiques : marche, équilibre sur une jambe, vision, des étapes délicates où il faut accompagner et soutenir les efforts.

Après échange avec l’infirmière pour ne négliger aucun détail, le gériatre rédige sur place le compte rendu de toutes ses observations qui résultent de l’analyse des réponses des patients et de leurs résultats aux tests. Ces conclusions viendront compléter l’avis du médecin, sous la forme de recommandations. « Ce ne sont que des propositions » insiste le docteur Bernadette Hanesse, « il ne s’agit pas de se substituer au médecin soignant ». Ces recommandations vont des conseils de prise en charge d’un syndrome gériatrique, à la mise en place de procédures d’aide à domicile? « La plupart du temps, nous informons les patients sur les réseaux gérontologiques qui aident au suivi médical régulier », précise Marie-Françoise Job « Contacter et rencontrer les proches de la personne âgée hospitalisée peut s’avérer parfois nécessaire pour commenter le bilan gériatrique établi et les éclairer sur des choix à faire ».

L’idée d’intégrer au CHU de Nancy une équipe mobile de liaison gériatrique a été prise courant 2002, époque où le Dr Bernadette Hanesse était l’unique gériatre mobile. En juin 2007, l’équipe a été renforcée en temps médicaux pour mener un travail de collaboration sur une spécialité, la gériatrie, qui requiert de l’expérience. C’est pourquoi former et informer le personnel médical et paramédical est une des ambitions de l’équipe mobile du CHU de Nancy. Une meilleure connaissance des spécificités liées aux patients âgés permettra au personnel soignant de détecter en amont les symptômes gériatriques renforçant ainsi l’efficacité de l’équipe mobile une fois sur place. C’est une pédagogie et un travail collectif qui participeront à une meilleure prise en charge, par l’hôpital, d’une population de patients de plus en plus nombreux.

Source : CHU Nancy

A Lire également

Expo photo : les résidents de gériatrie se font ti... L'exposition photographique "Visages de la Bâtie", c’est 13 "Visages de La Bâtie" qui rappellent que les hôpitaux sont aussi des lieux de résidence po...
Plus d’un senior sur deux craint de perdre son aut... Une étude OpinionWay* réalisée pour la Croix-Rouge française à l'occasion de la Journée Mondiale des Premiers Secours du 12 septembre 2015 révèle que ...
Les maladies dépressives encore sous diagnostiquée... L’OMS estime que la dépression sera la première cause de handicap professionnel dans les dix prochaines années. Pour autant, Jean-Pierre Kahn, psychia...
Création de l’Unité de Coordination en Onco-... Mieux prendre en charge les cancers de la personne âgée en rapprochant des disciplines jusqu'alors séparées, créer un nouveau savoir fondé sur le ...
Personnes âgées : l’hôpital de Nantes s&rsqu... L'hôpital Bellier de Nantes s'est enrichi d'un nouveau bâtiment entièrement voué à la prise en charge pluridisciplinaire des personnes souffrant de tr...
Douleurs, trous de mémoire : les jeunes adultes pr... Ressentir des difficultés à accomplir certains actes de la vie quotidienne n’est pas réservé aux personnes âgées ou  handicapées. Une récente étude d...
Gériatrie : des accueillants familiaux de courte d... Chez les personnes âgées, les journées vécues dans un environnement étranger augmentent les risques de pertes de repères. Dans le Gard, l’association ...
Fauteuils roulants : vers plus de confort et d’erg... Se déplacer plus facilement, des fauteuils roulants et des déambulateurs plus ergonomiques… La Fondation Garches et Korian lancent un projet de recher...
Hippobio : l’hôpital de Nancy invente un jeu pour ... Créé à l’hôpital de Nancy, « Hippobio » est le premier « jeu de société » pour améliorer la connaissance des patients atteints de rhumatismes inflamma...
Comment éviter les chutes dans la salle de bain ? 46% des chutes à domicile ont lieu dans la salle de bain ! Pour éviter de type d’accident domestique, il suffirait de bien équiper sa maison. Indis...
Lancement de l’opération + de Vie, le 1er octobre ... La Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France lance, le 1er octobre 2013, la 17ème édition de l’opération + de Vie. Madame Bernadette Chirac, Prés...
Une demi-tonne de galettes hyper protéinées niçois... Le Pr Isabelle Précheur, chercheuse niçoise, a créé en collaboration avec Solidages une galette hyper protidique et hyper énergétique pour lutter cont...
DMLA : Journées nationales d’information et de dép... A partir de 55 ans, votre vue peut changer. L’apparition d’une tâche centrale, des détails moins perceptibles, les lignes droites déformées, les coule...
Insuffisance cardiaque : un suivi à distance (SCAD... L'insuffisance cardiaque est une maladie chronique grave avec des réhospitalisations fréquentes. Certaines peuvent être évitées à condition « d’éduque...
Qu’est-ce que l’assistance médicale à domicile ?... L’assistance médicale à domicile regroupe l’ensemble des prestations qui permettent aux patients de suivre leur traitement à domicile, dans leur propr...
Senior : un téléphone GPS et téléassistance, dehor... Si 88% des plus de 12 ans sont équipés d’un téléphone mobile, seulement 56% des plus de 70 ans y ont recours... Question de génération ? Pourtant, les...