L’insulinothérapie fonctionnelle est une méthode d’adaptation des doses d’insuline pour le diabète de type 1 qui permet une plus grande liberté alimentaire tout en conservant un bon équilibre glycémique.

Le diabète se caractérise par un manque partiel ou total de production d’insuline par l’organisme. Il est défini par une glycémie à jeun supérieure à 1,26 g/l ou par une glycémie supérieure à 2 g/l à n’importe quel moment de la journée  *. Le diabète de type 1 (anciennement insulinodépendant) est une maladie auto-immune caractérisée par une défaillance profonde de la sécrétion d’insuline. Sans insuline, l’organisme ne peut pas stoker et utiliser correctement la nourriture, en particulier les sucres ingérés. L’insulinothérapie est alors indispensable et doit être poursuivie tout au long de la vie.

L’apprentissage de l’insulinothérapie fonctionnelle

Son apprentissage doit être réalisé auprès de professionnels de santé formés à cette technique. Cette méthode repose sur trois principaux concepts qui sont l’insuline basale (ou insuline pour vivre), l’insuline prandiale (ou insuline pour manger) et l’insuline de correction (ou insuline pour soigner).

L’apprentissage de l’insulinothérapie fonctionnelle permet en outre de déterminer la quantité de sucre à prendre pour corriger une hypoglycémie et permet de savoir comment modifier les doses d’insulines en vue d’une activité physique prévue.  Mais attention : tous ces paramètres sont personnels et varient d’un individu à un autre. Ils doivent être déterminés avec l’aide d’un diabétologue. L’application de l’insulinothérapie fonctionnelle nécessite un apprentissage auprès de professionnels de santé formés à cette technique.

Les 3 concepts :

L’insuline basale est la quantité nécessaire d’insuline lente (ou de basale à la pompe) pour maintenir la glycémie dans la fourchette normale (0.70 à 1.40 g/l) pendant la nuit, à distance des repas ou lorsque le patient est à jeun. L’expérience réalisée pour déterminer finement les besoins en insuline basale est une journée de jeûne. Cette expérience fait partie intégrante de la formation à l’insulinothérapie fonctionnelle.

L’insuline prandiale est la quantité nécessaire d’insuline ultra-rapide (ou de bolus à la pompe) pour « brûler » les glucides du repas. La quantité d’insuline prandiale s’adapte donc à la quantité de glucides du repas. Pour chacun des trois repas, on peut déterminer un ratio glucidique (en unités pour 10 g de glucides) qui permettra l’adaptation de la dose d’insuline repas à toutes les situations, en appliquant une simple règle de trois.

Exemple : Un homme diabétique de type 1 formé à l’insulinothérapie fonctionnelle sait que son ratio du matin est de 2 unités pour 10 g de glucides.
Le samedi matin, il mange pour son petit-déjeuner 3 biscottes beurrées (20g de glucides) et 1 verre de jus d’orange (20g de glucides). Il mange au total 40g de glucides donc il fera 2 unités x 4 = 8 unités d’insuline ultra-rapide avant ce petit déjeuner.
Le dimanche matin, il mange 2 croissants (40g de glucides) et une portion de Corn-Flakes (20g de glucides). Il mange au total 60g de glucides donc il fera 2 unités x 6 = 12 unités d’insuline ultra-rapide avant ce petit déjeuner.

L’insuline de correction est la quantité nécessaire d’insuline ultra-rapide (ou de bolus à la pompe) pour normaliser la glycémie d’un sujet en hyperglycémie. Ce concept est encore appelé ‘sensibilité à l’insuline’. Lors d’une formation à l’insulinothérapie fonctionnelle, on détermine ce paramètre qui peut se résumer ainsi : 1 unité d’insuline ultra-rapide fait baisser la glycémie de X mg/dl.

– Exemple 1 : Le même homme diabétique de type 1 formé à l’insulinothérapie fonctionnelle sait que 1 unité d’insuline ultra-rapide le fait baisser de 40 mg/dl. Il présente une hyperglycémie à 220 mg/dl à 11h00 du matin. Il souhaite ramener sa glycémie à 100 mg/dl. Il doit faire baisser sa glycémie de 220-100 = 120 mg/dl. Il injecte donc une dose d’insuline ultra-rapide de 3 unités (3 x 40 = 120) pour corriger cette hyperglycémie.

– Exemple 2 : L’insuline prandiale et l’insuline de correction peuvent être utilisées en même temps. Toujours ce même homme diabétique de type 1 formé à l’insulinothérapie fonctionnelle : il présente une hyperglycémie à 180 mg/dl avant son petit déjeuner. Il décide ce jour là de manger 3 biscottes et 1 verre de jus d’orange (40g de glucide au total pour ce repas). Il calcul son insuline prandiale : 2 unités x 4 = 8 unités. Il calcule son insuline de correction : il souhaite baisser de 80 mg mg/dl donc prévoit 2 unités d’insuline de correction. Il s’injectera au total 8 unités d’insuline prandiale + 2 unités d’insuline de correction soit 10 unités d’insuline ultra-rapide avant son petit déjeuner.

Sources : Association les diablotines et le CHU de Caen / * Guide HAS pour patients – ALD

Rendez-vous sur Hellocoton !

A Lire également

Diabète: un gène gardien de l’horloge biolog... Des chercheurs lillois et Parisiens ont montré que des mutations du gène du récepteur de la mélatonine, l’hormone de la nuit qui induit le sommeil, au...
Journée mondiale du diabète : une maladie chroniqu... L’objectif de la Journée mondiale du diabète qui se déroule le 14 novembre est de faire connaître la maladie, son ampleur croissante dans le monde et ...
Santé : les européens peuvent mieux faire Selon le Rapport publié mercredi par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l'Europe est en bonne voie pour atteindre la cible de la réduction de ...
Le diabète en 9 « vrai » ou « faux » Avant que ne commence la Semaine nationale de prévention contre le diabète, tordons dores et déjà le coup à quelques idées reçues. Si 700 000 français...
Diabète : le nombre de personnes touchées double e... Selon une étude de chercheurs de l'Imperial College de Londres et de l'Université d'Harvard, publiée dans la revue médicale The Lancet, le nombre de d...
Maladies auto-immunes: de nouvelles perspectives d... Dans le cadre de l’essai Anrs HC21 VASCU-IL2, une équipe française a traité des patients présentant une complication auto-immune de l’hépatite C chron...
ALD : les guides pratiques pour les patients Afin de mieux informer les patients et leurs familles sur les maladies classées ALD (affection de longue durée) , la Haute Autorité de Santé met à leu...
Alimentation et maladies non transmissibles: un ap... Plus de 25 ministres de la Santé se sont réunis à Vienne (Autriche) pour débattre du rôle de la nutrition dans la lutte contre les maladies non transm...
Diabète de l’enfant : des diagnostics encore trop ...  L’Aide aux Jeunes Diabétiques (AJD) réalise une campagne nationale d’information destinée aux professionnels de santé et au grand public dans le but ...
Petit Dictionnaire Impertinent du Diabète Le diabète touche touche 3,5 millions de personnes en France. Martial Maury est devenu diabétique de type 1 (insulino-dépendant) en décembre 2011, à l...
Diabète : les médicaments contenant de la pioglita... L’Afssaps a décidé ce jeudi de suspendre l’utilisation en France des médicaments contenant de la pioglitazone (Actos® et Competact®), sur avis de la C...
Cancer, diabète et douleur : un nouvel « Espace In... Un nouvel « Espace Info Santé » dédié au cancer, au diabète et à la douleur a été inauguré le mardi 19 mai 2015 au Centre Hospitalier Lyon-Sud. Cette ...
Un léger surpoids après 70 ans permettrait de vivr... Les plus de 70 ans en bonne santé générale pourraient voir leur espérance de vie augmenter grâce à quelques kilos en trop. En effet, une étude austral...
« GlucoZor » : une application pour apprendre aux ... « GlucoZor » est une application mobile ludique qui apprend aux enfants diabétiques de 8 à 12 ans à gérer leur maladie au quotidien. Gratuite, elle es...
Diabète : près de 8000 amputations par an en Franc... Alors que la Journée mondiale du diabète se déroule le 14 novembre 2015, l’InVS publie un numéro thématique du bulletin épidémiologique hebdomadaire (...
Les conseils du Dr Jean-Pierre Després sur les ris... Le Docteur Jean-Pierre Després, directeur scientifique de l’ICCR (Chaire internationale sur le risque cardiométabolique), nous dévoile des conseils co...