Après le séisme, la situation sanitaire est un autre drame dans un pays marqué par une misère endémique, privé d’infrastructures sanitaires. Un tableau de 5 urgences a été dressé par l’OMS (Organisation mondiale de la santé).

 1) Extraire les survivants des décombres et soigner les blessés. Mettre les survivants à l’abri. Trois priorités : des abris, de l’eau potable et de la nourriture.

2) Les blessures, et notamment le « Crush syndrome » : le Crush syndrome a été décrit chez des victimes des bombardements, à Londres durant la Seconde guerre mondiale. Libérées, après plusieurs heures passées, comprimées par des décombres, parfois sans lésions majeures apparentes, les victimes décédaient d’insuffisance rénale aigüe.

3) Les épidémies. Ce n’est pas la catastrophe, ni les cadavres qui vont entraîner des épidémies, ce sont les regroupements de population, en particulier dans un pays où le système de santé n’existe pour ainsi dire pas.

4) L’eau saine est une priorité. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) va envoyer des spécialistes en Haïti. Avant le séisme, seul un Haïtien sur deux avait accès à l’eau potable, et 19% seulement de la population disposait de sanitaires, rappelle l’OMS.

5) Les maladies transmissibles. Notamment celles transmises par l’eau souillée, et tout particulièrement les diarrhées en sachant que diarrhées, dysenterie, paludisme, choléra, tuberculose et autres infections respiratoires sévères étaient déjà présents avant le séisme dans le pays.

Les enfants sont toujours plus exposés, notamment les moins de 5 ans.

Source : OMS, – www.who.int/fr/

Rendez-vous sur Hellocoton !