Une étude de l’université du Michigan publiée dans la revue Sleep révèle que les femmes qui ronflent deux à trois nuits par semaine ont un risque plus élevé d’avoir des bébés de faible poids mais aussi d’accoucher par césarienne.

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont suivi 1 673 femmes enceintes et pris en compte leur mode de vie (alcool, alimentation, tabac…). Parmi elles, 35 % ont déclaré ronfler régulièrement pendant la grossesse. Les chercheurs ont alors constaté que ces femmes avaient 65 % plus de risques de donner naissance à un bébé plus petit que la normale. De plus, le risque de subir une césarienne à l’accouchement doublait.

 Selon les auteurs de l’étude, dont les résultats doivent être encore approfondis et confirmés, le ronflement pourrait conduire à des niveaux accrus d’inflammation qui pourrait affecter le placenta conduisant ainsi à un faible poids de naissance.

Rendez-vous sur Hellocoton !