Alors que plusieurs études épidémiologiques soulignent un risque de troubles neuro-développementaux (autisme, troubles moteurs et comportementaux) chez l’enfant exposé in utero à certains antidépresseurs, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) qui demande aux prescripteurs de faire preuve de précaution dans l’utilisation de ces médicaments chez la femme enceinte.

 Si toutes ne montrent pas de lien, certaines études font cependant apparaître un risque qui doit être pris en compte. « Ainsi, à ce jour, les études ne permettent donc pas d’exclure une association entre l’utilisation de ces médicaments pendant la grossesse et l’apparition de tels troubles », estime l’agence dans un point d’information.

Deux classes sont concernées : les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) et les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (IRSN) qui sont indiqués dans la prise en charge des épisodes dépressifs majeurs et, pour certains, dans le traitement des troubles anxieux.

Grossesse et antidépresseurs : des risques neuro-développementaux pour le bébé ? La classe des ISRS comprend la paroxétine (Deroxat et génériques), la fluoxétine (Prozac et génériques), la sertraline (Zoloft et génériques), le citalopram (Seropram et génériques), l’escitalopram (Seroplex et génériques) et la fluvoxamine (Floxyfral et génériques).
Celle des IRSN comprend la venlafaxine (Effexor et génériques), la duloxétine (Cymbalta et génériques), la mirtazapine (Norset et génériques) et le milnacipran (Ixel et génériques).

Face à ces résultats, l’ANSM a informé les prescripteurs de « la nécessité de faire preuve de précaution dans l’utilisation de ces médicaments chez la femme enceinte ». L’Agence maintient par ailleurs une surveillance renforcée sur les risques liés à l’exposition à ces médicaments pendant la grossesse.

Quelles recommandations aux femmes enceintes ?

Les antidépresseurs concernés « ne doivent être utilisés pendant la grossesse que s’ils sont strictement nécessaires », souligne l’agence estimant qu’un « traitement non médicamenteux (psychothérapie) doit être privilégié, s’il peut être mis en place de manière efficace et continue ».

Il est également rappelé que les patientes ne doivent pas interrompre leur traitement sans avis médical et que tout arrêt brutal doit être évité du fait du risque de syndrome de sevrage.

D’une façon générale, l’ANSM rappelle la nécessité de réévaluer tout traitement médicamenteux lorsqu’une femme envisage une grossesse ainsi que tout au long de la grossesse.

Source : ANSM

Rendez-vous sur Hellocoton !

A Lire également

Alcool et grossesse : une consommation modérée est... Selon une étude britannique, parue dans la revue scientifique Journal of Epidemiology and Community Health (JECH) et menée sur 11 000 mères, une conso...
Grippe A (H1N1) : attention aux complications chez... Selon une étude de l'InVS, les femmes enceintes ou venant d'accoucher seraient 4 à 5 fois plus susceptibles de présenter une forme grave d'infection A...
Alcoolisation foetale : 1ère cause non génétique d... En France, 3000 à 7000 nouveaux nés sont concernés par les conséquences d’une exposition prénatale à l’alcool. Le syndrome d’alcoolisation foetale (SA...
Les accouchements à domicile en nette augmentation... Selon le journal belge La Capitale, le nombre de femmes qui ont choisi d'accoucher à domicile à Bruxelles, a doublé pour l'année 2010. Christine Jo...
Grossesse : les femmes qui ronflent accoucheraient... Une étude de l’université du Michigan publiée dans la revue Sleep révèle que les femmes qui ronflent deux à trois nuits par semaine ont un risque plus...
« Le Grand livre de la fertilité » : un ouvrage qu... À partir de quand faut-il s’inquiéter de ne pas être enceinte ? Quelles sont les étapes de l’Assistance Médicale à la Procréation (AMP) ?... Alors que...
Mode future maman : un t-shirt de grossesse à re-d... Quelle future maman ne s’est pas plainte de porter toujours les mêmes vêtements pendant sa grossesse ? C’est fini !!! La marque Mellipou lance un tee-...
Une meilleure hygiène de vie chez les garçons ? Selon une enquête de l'Insee, les garçons estiment, un peu plus souvent que les filles, avoir une alimentation « plutôt » ou « bien » équilibrée (resp...
La grossesse favoriserait la croissance… des... Une étude américaine, parue dans la revue American Journal of Physical Medicine and Rehabilitation, et reprise vendredi dans Le Figaro, révèle qu'une ...
Télévision : « sexualité et grossesse » dans Les m... Sexualité et grossesse : Elizabeth Tchoungui reçoit la sexologue Catherine Solano, pour répondre à vos questions dans son émission Les Maternelles, su...
Antidépresseurs: une augmentation significative du... Un nouveau volet de l’étude CESIR-A, évaluant l’impact de la consommation de médicaments sur le risque d’accident de la route, vient d’être publié dan...
Les Françaises font leur premier enfant à 28,5 ans... Selon une enquête de l'Insee, les femmes françaises ont donné naissance à leur premier enfant à 28,5 ans en moyenne en 2015. Soit quatre ans et demi p...
Le valproate désormais interdit pendant la grosses... L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a annoncé mardi 12 juin que le valproate est désormais interdit pendant l...
Déclaration de grossesse : une démarche désormais ... Depuis le 1er septembre, si leur professionnel de santé en fait le choix, les futures mamans n’ont plus besoin d’envoyer le certificat « papier » du p...
Alcool et grossesse : des risques encore trop méco... A la veille de la journée mondiale de sensibilisation au syndrome d’alcoolisation foetale (SAF), une enquête BVA/Inpes montre que seulement un quart d...
Médicaments : un pictogramme pour renforcer l’info... Le Ministère des solidarités et de la santé a annoncé l’entrée en vigueur du pictogramme "femmes enceintes". Ce pictogramme, décliné en 2 modèles sera...