24hSanté
Suivez nous sur Twitter !Facebook

Grippe A : pourquoi les Français ont boudé le vaccin ?

Fin 2009, des chercheurs de l’Inserm ont mené une vaste enquête sur Internet pour comprendre les comportements des Français vis-à-vis de la campagne de vaccination contre la grippe A(H1N1). Résultats : Une majorité des quelque 2000 personnes interrogées ont jugé la gravité de la maladie insuffisante au regard des risques supposés des vaccins.

Ainsi, 2253 individus de 18 à 64 ans ont été interrogés par Internet du 17 au 25 novembre 2009 (soit une semaine avant le pic pandémique). Les résultats de l’enquête de l’Inserm, montrent qu’en novembre seuls 17% d’entre eux étaient déjà vaccinés ou avaient l’intention de le faire. Ces résultats corroborent la faible couverture vaccinale constatée chez les Français : 5,7 millions d’individus.

Les raison(s) principale(s) pour se faire vacciner ( %)
Se protéger pour ne pas être malade – 74.5
Protéger ses proches – 68.8
La vaccination est simple et rapide – 27.4
La vaccination est recommandée par le médecin – 25.2
Se faire vacciner est un acte civique – 24.1
La vaccination est recommandée par les pouvoirs publics – 23.6
La vaccination est gratuite – 21.1
Se protéger pour ne pas être absent au travail – 20.1
La sécurité du vaccin – 9.2
L’absence d’effets secondaires du vaccin – 7.1

Les raison(s) principale(s) pour ne pas se faire vacciner
L’absence de sécurité du vaccin – 71.2
Les effets secondaires du vaccin – 68.4
La grippe n’est pas une maladie grave – 19.7
L’absence d’efficacité du vaccin – 17.3
La vaccination n’est pas recommandée par le médecin – 15.3
N’attrape jamais la grippe – 15.0
N’aime pas les piqûres – 7.0
La vaccination est compliquée et longue – 3.6
Présente une contre-indication médicale – 1.4

Des doutes sur la « sécurité » du vaccin
D’après les résultats des chercheurs, les groupes qui acceptaient le mieux le principe de la vaccination étaient les hommes, les personnes vaccinées au moins une fois contre la grippe saisonnière dans les 3 dernières années, les femmes enceintes et les autres groupes à risque de complications liées au virus H1N1. Autres facteurs en faveur du vaccin : la présence d’un seul enfant au sein du foyer et un âge au delà de 35 ans. Enfin, ce sont à la fois les personnes avec un haut niveau d’étude et les moins diplômées qui étaient les plus disposées à se faire vacciner.

D’après les données de l’enquête, seuls 35 % des Français ont jugé la grippe A(H1N1) comme une maladie sévère ou très sévère. Les doutes sur la « sécurité » du vaccin (71%) ou plus précisément la crainte de ses potentiels effets secondaires (68%) sont les raisons les plus évoquées par ceux qui ont refusé la vaccination. A l’inverse, se protéger et protéger ses proches sont les principales causes qui ont poussé à la vaccination. Le fait qu’elle soit recommandée par les pouvoirs publics n’arrive qu’au cinquième rang des raisons évoquées.

Les médecins de ville: des relais incontournables ?
Une part importante du travail des chercheurs a constitué à étudier quel était le rôle d’information des médecins généralistes lors d’une campagne de vaccination telle que celle menée contre la grippe A(H1N1). Près de 60% des personnes ayant reçu une recommandation médicale en faveur de la vaccination se déclaraient prêtes à se faire vacciner. En l’absence de recommandation de leur médecin, ce chiffre s’effondre à 11%.

« Lorsqu’on sait qu’au moment de l’enquête, 75% des Français déclarent avoir consulté leur médecin généraliste au cours des 6 derniers mois », explique Jean Paul Moatti, un des chercheurs de l’étude.  « Il apparait que l’on peut rapidement comprendre le rôle d’information important que les médecins généralistes peuvent jouer dans ce type de pandémie ».

Consulter le questionnaire de l’enquête : http://www.enquetegrippeh1n1.org/

Source :
Low Acceptability of A/H1N1 Pandemic Vaccination in French Adult Population: Did Public Health Policy Fuel Public Dissonance ? Michaël Schwarzinger, Rémi Flicoteaux, Sébastien Cortarenoda, Yolande Obadia, Jean-Paul Moatti  Plos One, 16 April 2010 : http://dx.plos.org/10.1371/journal.pone.0010199

David Autret

Rendez-vous sur Hellocoton !

23 avril 2010