24hSanté
Suivez nous sur Twitter !Facebook

Epidémie de rougeole: l’Inpes lance un appel à la vaccination

L’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé rappelle que la France connaît actuellement une épidémie de rougeole dont l’évolution est inquiétante. Une maladie très contagieuse dont les complications (neurologiques ou pulmonaires notamment) peuvent être sérieuses voire mortelles. La vaccination contre la rougeole sera la priorité de la Semaine européenne de la vaccination en France, dont l’édition 2011 se tiendra du 26 avril au 2 mai.

Ainsi, plus de 3 400 cas ont été notifiés pendant les deux premiers mois de l’année 2011 alors qu’en 2006 et 2007, le nombre de cas déclarés à l’Institut de veille sanitaire (InVS) était d’une quarantaine par an. « Cette vague est donc de très grande ampleur, plusieurs éléments étant en faveur d’une sous-estimation du nombre de cas de rougeole par la déclaration obligatoire », souligne l’Inpes dans un communiqué.

La rougeole n’est pas bénigne

Il est utile de rappeler que la rougeole n’est pas une « simple maladie de l’enfant ». En 2010, elle a non seulement touché des nourrissons de moins de 1 an (le nombre de cas a presque triplé), jusqu’ici moins concernés par la maladie, mais également les adolescents et jeunes adultes (plus de la moitié des cas de plus de 15 ans). Or, c’est principalement dans ces deux tranches d’âge que les complications (demandant une hospitalisation) sont les plus fréquentes et les plus graves.

La rougeole n’est pas non plus bénigne comme on le pense parfois. Ainsi, en 2010, un tiers des cas déclarés ont été hospitalisés (29,5 %). Cette proportion élevée s’explique probablement par un taux de déclaration plus important à l’hôpital mais révèle aussi la plus grande sévérité de la maladie chez les enfants de moins de un an et les adultes de 20 ans et plus, avec respectivement 38 % et 46 % de cas hospitalisés.  L’Inpes indique que seule la vaccination des jeunes enfants avec une première dose de vaccin à 12 mois (dès 9 mois s’ils sont gardés en collectivités) et un rappel entre 13 et 24 mois (entre 12 et 15 mois si la première dose a été à 9 mois), et le rattrapage vaccinal des jeunes adultes nés depuis 1980, avec deux doses de vaccin trivalent (rougeole-rubéole-oreillons) permettront de stopper la diffusion du virus.

L’Inpes rappelle qu’il est donc important :
•    de vacciner les enfants dès 12 mois avec deux doses de vaccin ;
•    de vérifier que les adolescents et jeunes adultes jusqu’à 30 ans ont bien reçu deux doses de vaccins et de faire le rattrapage si nécessaire (une dose pour ceux qui ont déjà reçu une injection de vaccin, deux doses pour ceux qui n’en ont reçu aucune).

Même si en France, les efforts de lutte contre la rougeole et la rubéole congénitale (par la vaccination triple associée rougeole-rubéole-oreillons recommandée depuis 1986) ont abouti à une réduction de la morbidité et de la mortalité liées à ces deux maladies, la couverture vaccinale actuelle, inférieure à 95 % à l’âge de 2 ans (90 % pour une dose à l’âge de 24 mois en 2007), est insuffisante pour l’élimination de la circulation du virus de la rougeole sur le territoire.

La vaccination contre la rougeole est pour ces raisons la priorité de la Semaine européenne de la vaccination en France, dont l’édition 2011 se tiendra du 26 avril au 2 mai. Elle incitera chacun à vérifiez son carnet de vaccination et si cela est nécessaire à mettre ses vaccinations à jour, en étant particulièrement vigilant en ce qui concerne enfants, adolescents et jeunes adultes.

Source : Inpes

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 avril 2011