Diane 35: les gynécologues réservés face à l’arrêtFace à la décision des autorités sanitaires de stopper les ventes de Diane 35 et de ses génériques d’ici à trois mois, le Syndicat national des gynécologues obstétriciens de France (Syngof) a exprimé jeudi des réserves. Les gynécologues s’interrogent notamment sur les « lacunes en matière de solutions thérapeutiques alternatives ».

« Diane 35 présente pour tous les gynécoloques la spécificité appréciée par les jeunes femmes d’assurer leur contraception en traitant les ravages de l’acnée pour certaines d’entre elles alors que bien des pilules de 2ème génération peuvent les aggraver », souligne le syndicat dans un communiqué. Avant la disparition de cette spécialité et de ses génériques, les gynécologues s’interrogent ainsi sur les « lacunes en matière de solutions thérapeutiques alternatives ».

Le Syngof qui écarte « toute relation trouble de marketing pharmaceutique » et réfute « l’argument de détournement de prescription » demande que « la balance entre risques et avantages soit correctement assurée, à l’abri des émotions médiatiques et des intérêts que d’aucun pourrait tirer au détriment de certaines femmes meurtries par l’acnée ».

Si le Syndicat n’entend pas négliger les 4 décès déplorés en 25 ans, il demande que « l’analyse de ces accidents soit rigoureuse ». « Les accidents thrombophlébitiques sont des accidents connus depuis toujours chez les femmes, non seulement enceintes mais aussi en dehors de la grossesse », souligne le Syngof.

Le syndicat souligne également que la solution Diane est en concurrence au titre d’anti acnéique avec le RO ACCU, molécule pouvant engendrer des malformations foetales. « La disparition de Diane en fera accroitre l’usage », estime le Syngof. Par ailleurs, « Diane 35 évite des cures itératives d’antibiotiques au long court. Il ne s’agit donc pas d’une substitution facile par des produits inoffensifs », poursuit-il.

Enfin le Syngof  demande un accès complet aux bases de données du SNIIRAM (Système national d’informations interrégions d’assurance maladie) qui enregistrent les consommations médicales et peuvent surveiller l’apparition de pathologie.

Il faut savoir que les gynécologues utilisent des médicaments hors AMM, comme Cytotec pour fausse couche et Methotrexate pour grossesse extra-utérine, « car l’Etat ne fait rien pour donner l’autorisation de mise sur le marché à des médicaments utiles, reconnus hors AMM dans l’usage par les consensus des sociétés savantes », souligne en conclusion le syndicat.

Source : Syngof

Rendez-vous sur Hellocoton !

A Lire également

Diane 35 suspendue à compter du 21 mai 2013 L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a décidé de suspendre l’Autorisation de mise sur le marché de Diane 35 et...
Acné : Diane 35 et ses génériques de retour sur le... L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a annoncé que Diane 35 et ses génériques, médicaments indiqués dans le tr...
Diane 35: le laboratoire Bayer « prend acte avec s... Dans un communiqué publié mercredi, le laboratoire Bayer Santé a pris acte "avec surprise" de la décision des autorités de santé françaises (ANSM) de ...
Aspartame et grossesse: des gynécologues alertent ... Alors que se déroule  la journée mondiale de la prématurité ce jeudi, des gynécologues et des pédiatres, membres du Réseau environnement santé (RES), ...
L’agence du médicament va suspendre les vent... L’agence du médicament (ANSM) va engager une procédure de suspension de l’autorisation de mise sur le marché (AMM) de Diane 35 et de ses génériques. L...
Diane 35 : la ministre de la santé Michèle Tourain... Pourquoi la pilule de 3ème génération Diane 35 et ses génériques sont retirés du marché ? La ministre de la Santé, Marisol Touraine revient dans cette...
Pilule : quatre décès liés à Diane® 35 confirmés p... Dans un communiqué publié dimanche, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a indiqué que Diane 35 du groupe phar...
Les gynécologues disent non aux échographies comme... Dans un communiqué, le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) a poussé un "coup de gueule", par la plume de son ancien pr...
Pilules de 3ème et de 4ème génération: la chute de... Selon un point publié lundi 29 avril par l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), la vente des pilules de 3ème et de 4ème génération a bai...
Diane 35 : l’agence du médicament demande aux prof... L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a demandé vendredi aux prescripteurs de "cesser d'initier ou de renouvele...
Diane 35: levée prochaine de la suspension en Fran... A la suite de la décision de la Commission européenne de restreindre la prescription de Diane 35 et de ses génériques uniquement au traitement de seco...
Diane 35: des bénéfices supérieurs aux risques pou... Alors que la France a interdit la vente de cet anti-acnéique prescrit comme contraceptif, "le Comité pour l'évaluation des risques en matière de pharm...
Des gynécologues répondent en temps réel à toutes ... La start-up MesDocteurs et le laboratoire Bayer proposent en partenariat le nouveau service Parl’oGyn pour répondre à toutes les questions gynécologiq...
Diane 35 et ses génériques : l’agence frança... Le Comité pour l'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (PRAC) de l'Agence européenne du médicament a conclu que le rapport bénéfice/r...
Diane 35: les Pays-Bas recommandent à leur tour au... Le quotidien hollandais a rapporté hier que l'Agence néerlandaise d'évaluation des médicaments (CBG) a ainsi recommandé aux médecins de ne plus prescr...