24hSanté
Suivez nous sur Twitter !Facebook

Des experts se mobilisent contre l’excès de sel‎ dans les produits alimentaires

Pour la première fois en France, le groupe SALT (Sodium Alimentaire : Limitons les Taux), une association, comme il en existe déjà dans de nombreux pays, se consacre à la limitation des taux de sodium dans les produits alimentaires. Attention au sodium caché !

Pour ces experts, c’est un fait avéré : une alimentation trop salée peut être à l’origine de graves maladies (accidents cardiaques et cérébrovasculaires, ostéoporose, maladies rénales, obésité infantile). Alors que l’OMS préconisait en 2006 de ne pas dépasser 5g de sel (soit 2g de sodium) par jour1, les apports en sel sont aujourd’hui en France de l’ordre de 9g par jour, et un homme sur quatre en absorbe plus de 12g par jour. Mais contrairement aux idées reçues, ce n’est pas de la salière que vient la démesure. Près de 80% du sodium que nous absorbons vient en réalité des aliments préparés par l’industrie et de la restauration.

Consommation de sodium chez les enfants : soyons vigilants


A savoir, l’excès de sel n’est pas dommageable que pour les cardiaques et les personnes âgées. En réalité, chacun d’entre nous s’expose à des complications en absorbant trop de sodium ; c’est même chez les enfants qu’il faut adopter la plus grande vigilance. En effet, c’est durant cette période clé que se constitue le capital vasculaire et osseux. La surabsorption de sel des plus jeunes les expose à une élévation de la pression artérielle, voire à la constitution d’une athérosclérose débutante5, ainsi qu’à une fragilité osseuse, qui compromettent irréversiblement leur santé future.

 Le sel induit aussi une augmentation de l’apport calorique car il accentue l’appétit et la soif. Ceci est d’autant plus alarmant qu’en France, à l’heure actuelle, plus d’un enfant sur six est en surpoids (17,8%) voire obèse (3,5%). Or il est avéré qu’un enfant obèse et habitué au sel risque fort de le rester à l’âge adulte, ce qui l’expose aux maladies associées (maladies cardiovasculaires et diabète de type 2) et diminue de 13 ans son espérance de vie.

Issus des mondes de la médecine, de l’agroalimentaire, de la recherche et de la communication, les experts fondateurs de SALT souhaitent établir un consensus sur la lutte contre les excès de sodium, et apporter leur aide tous les acteurs concernés en valorisant les efforts que chacun fera dans ce sens. Parallèlement, SALT annonce la mise en ligne de son site Internet : http://www.salt.asso.fr/

Rendez-vous sur Hellocoton !

23 octobre 2010