Alors qu’on estime que près de 8 % des adolescents entre 12 et 18 ans souffriraient d’une dépression, la Haute Autorité de Santé (HAS) vient de publier des recommandations pour aider les médecins de premiers recours à établir le bon diagnostic et à proposer une prise en charge adaptée à chaque situation.

En effet, a cet âge, la dépression passe souvent inaperçue : « l’adolescent a des difficultés à exprimer ses ressentis, manifeste sa souffrance différemment des adultes et sa dépression peut être confondue avec les sentiments de déprime, courants à l’adolescence. », souligne la HAS.

« La déprime est un état normal et transitoire durant lequel l’adolescent présente une série de symptômes à tonalité dépressive (comme la morosité ou l’instabilité émotionnelle). Cet état ne présente pas une intensité cliniquement significative et ne retentit pas significativement sur le fonctionnement quotidien, relationnel ou scolaire de l’adolescent. Elle doit toutefois être surveillée car elle constitue un facteur de risque vers une véritable dépression », indique la Haute autorité.

« La dépression (ou épisode dépressif caractérisé) se caractérise quant à elle par des symptômes dépressifs (troubles de l’humeur, du cours de la pensée, troubles physiques et instinctuels, cognitions négatives et idéations suicidaires) s’inscrivant dans la durée et entraînant une souffrance cliniquement significative et un retentissement sur le quotidien de l’adolescent », poursuit-elle.

Le diagnostic de dépression
« Le médecin généraliste doit adopter une approche empathique et collaborative centrée sur l’adolescent. Celui-ci doit être considéré comme un individu singulier, capable de participer autant que possible au processus de prise de décision et ne doit pas être réduit à ses seuls symptômes. », préconise la HAS. « Face à une souffrance, il doit prendre en compte les différents facteurs de risque (individuels et environnementaux, ainsi que les signes de risques suicidaires), rechercher une dépression sous-jacente et prévoir avec l’adolescent une prochaine consultation dont le délai sera adapté à la gravité des symptômes ».

« Pour établir le diagnostic de dépression, les symptômes doivent durer au moins 15 jours et être au minimum au nombre de cinq, comprenant un des deux symptômes cardinaux : humeur dépressive (ou irritable) ou perte d’intérêt (ou de plaisir). Le médecin évaluera l’intensité de la dépression (légère, modérée ou sévère) et ses caractéristiques symptomatiques (mélancolique, atypique, anxieuse, mixte, psychotique) », indique la HAS.

Une prise en charge adaptée
A court et moyen terme, l’objectif de la prise en charge de la dépression est de gérer la crise suicidaire et de protéger l’adolescent. A long terme, il s’agit d’aider l’adolescent à dépasser ses vulnérabilités et à retrouver une estime de soi. Selon la sévérité de la dépression, différents types de psychothérapies sont recommandées (thérapies de soutien ou spécifiques). Ces techniques accordent une grande place à l’empathie et au dialogue avec des approches diversifiées et doivent s’adapter à chaque individu.

En présence de symptômes graves, de complexité du diagnostic, d’une difficulté dans la relation thérapeutique ou d’une demande formulée par le patient, l’adolescent peut être orienté vers un (pédo)psychiatre. La place de la famille dans la prise en charge doit faire intégralement partie du processus de prise en charge dans la mesure où la dépression est souvent liée à une problématique relationnelle avec les parents.

Selon la HAS, « si après 4 à 8 semaines de psychothérapie, les symptômes persistent, la prise en charge médicamenteuse pourra être envisagée uniquement en association avec une psychothérapie. Ce type de prise en charge peut également être envisagé si le travail relationnel est impossible avec le thérapeute ».

« Enfin, l’hospitalisation est réservée à certaines situations graves, lorsque le risque de passage à l’acte suicidaire est imminent ou si le contexte familial est défavorable. En dehors de l’urgence, c’est un (pédo)psychiatre qui doit évaluer cette possibilité », rappelle enfin la Haute autorité dans ses recommandations.

Source : HAS

A Lire également

La consommation d’alcool en hausse chez les adoles... Selon les résultats de l’enquête Espad menée tous les 4 ans dans plus de 35 pays européens, l’usage du tabac et du cannabis est en baisse chez les ado...
Troubles psychiques : 9 000 appels traités en 2013... Selon l’association Unafam, le nombre d’appels reçus par son service téléphonique Ecoute-famille, destiné aux proches des personnes souffrant d’un tro...
La dépression accélererait le vieillissement de no... Une nouvelle étude réalisée aux Pays-Bas révèle que la dépression serait susceptible d’accélérer le processus de vieillissement. Ces chercheurs ont co...
10ème Journée Européenne de la Dépression Du 21 au 28 octobre, dans le cadre de la 10ème Journée Européenne de la Dépression (JED), différents événements auront lieu dans toute la France. ...
Stress : osez dire à son patron ce que vous pensez... Selon une étude anglaise présentée mercredi lors d'une conférence de la British Psychological Society, dire à votre patron ce que vous pensez de lui s...
La luminothérapie, nouveau traitement pour préveni... Comment lutter contre les symptômes de dépression chez les futures mamans ? Selon une étude menée par des chercheurs suisse, la luminothérapie pourrai...
Vêtements pour enfants : alerte aux capuches étran... Bruxelles met en garde les consommateurs contre l'achat de vêtements pour enfants fermés par des cordons ou des lacets, à cause de nombreux accidents,...
Dépression : une campagne pour en parler A l’occasion de la Journée mondiale de la santé mentale, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a lancé une campagne d’une durée d’un an. Son sloga...
Le mariage, c’est bon pour la santé Selon une étude internationale publiée dans la revue britannique Psychological Medicine, le mariage contribuerait à réduire les risques de dépression ...
Antidépresseur et effet placebo Le Pr Irving Kirsch est un spécialiste de l’effet placebo. Il publie "Dépression : le mensonge des antidépresseurs". Il y démontre par A plus B, en an...
Psychiatrie : le CHU de Marseille expérimente le s... Violence, tentative de suicide, crise familiale... Le pôle universitaire de psychiatrie de l'AP-HM lance une expérience de prise en charge à domicile ...
55% des ados estiment qu’être mince est esse... Selon une enquête Fondation Pfizer/Ipsos Santé*, 9 adolescents sur 10 s’estiment bien dans leur corps, même si pour 55% des adolescents être mince est...
La santé des ados de 3e s’améliore Moins de caries, obésité stable... Selon une étude publiée par la DREES, la santé des adolescents en classe de 3e s'améliore malgré un bilan contrasté...
Antidépresseurs : faut-il en avoir peur ? Le traitement médicamenteux ne constitue qu’un aspect de la prise en charge des sujets présentant des troubles dépressifs ou anxieux. Si historiquemen...
Dépression, anxiété… le nombre de cas progre... Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les troubles mentaux courants sont en recrudescence dans le monde entier. Entre 1990 et 2013, le nomb...
Enfants-adolescents: les troubles psychiatriques e... Médecins scolaires pas assez nombreux, nombre de lits en nette régression, carences de dépistage… Le Conseil économique, social et environnemental dre...