Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, a présenté mercredi le nouveau test de dépistage « immunologique » du cancer colorectal qui se se veut plus fiable, plus simple et plus performant. Le cancer colorectal est le 2e cancer le plus meurtrier avec plus de 17 500 décès par an.

Plus simple d’utilisation et plus performant que le précédent (test au gaïac), ce nouveau test est mis à disposition notamment auprès des médecins généralistes, dans le cadre du programme de dépistage organisé du cancer colorectal destiné aux personnes de 50 à 74 ans.

Depuis 2009, le cancer colorectal fait l’objet d’un programme de dépistage organisé proposé par les pouvoirs publics. Il s’adresse aux femmes et aux hommes âgés de 50 à 74 ans, sans risque aggravé, qui sont invités tous les deux ans à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. Seize millions de personnes sont concernées en France.

Les performances du test immunologique

La mise en place de ce test est très attendue par les professionnels de santé et doit permettre une meilleure participation de la population. Face à cet enjeu majeur de santé publique, le dépistage organisé permet d’augmenter significativement les chances de guérison des patients.

Le test immunologique repose sur la détection de la présence d’hémoglobine humaine dans les selles grâce à l’utilisation d’anticorps. Ce nouveau test a une sensibilité supérieure et permet une meilleure détection des cancers et des lésions précancéreuses. Grâce à sa sensibilité élevée, il détecte 2 fois plus de cancers et 2,5 fois plus d’adénomes avancés au seuil de positivité retenu pour le démarrage du programme (4%).

 

Plus fiable, le test ne peut pas être rendu positif par l’hémoglobine animale issue de l’alimentation. La lecture automatisée de ce test garantit une meilleure fiabilité. Cela permet notamment de limiter le nombre de faux positifs.

Enfin, le test immunologique est plus pratique d’utilisation car il ne nécessite plus qu’un seul prélèvement de selles contre six précédemment. L’ergonomie du test est mieux étudiée, ce qui est susceptible d’améliorer son acceptabilité par la population.

Concrètement, comment ça marche ?
Le test immunologique ne nécessite plus qu’un seul recueil de selles contre six auparavant. Afin d’en faciliter la réalisation, un dispositif de recueil des selles et une tige (pour le prélèvement) sont fournis avec le test. Une fois le prélèvement effectué, la personne envoie le test au laboratoire d’analyses (enveloppe T fournie), en y joignant une fiche d’identification complétée. Les résultats de l’analyse sont transmis par le laboratoire à la personne concernée, à son médecin traitant ainsi qu’à la structure départementale en charge de l’organisation des dépistages, en vue du suivi du programme.

 En savoir plus sur le programme de dépistage du cancer colorectal

Rendez-vous sur Hellocoton !

A Lire également

Cancer colorectal : un pôle de recherche expert en... Le cancer colorectal touche chaque année plus de 40 000 personnes en France et représente le 3e cancer le plus fréquent. Pourtant, dépisté à temps, il...
Marisol Touraine appelle à maintenir l’accès aux c... Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales et de la Santé, a demandé à toutes les Agences régionales de santé (ARS) que soit assurée une perm...
Levothyrox: « aucune rupture d’approvisionnement «... La ministre de la Santé a souhaité rassurer jeudi les associations de malades, qui ont dénoncé la pénurie de de plusieurs dosages de lévothyrox (lévot...
Vaccination : une concertation citoyenne en trois ... La ministre de la santé, Marisol Touraine, a présenté mardi 12 janvier 2016 son plan d’action afin de rénover de la politique vaccinale en France. La ...
Cancer colorectal: le Groupe hospitalier Paris Sai... Les équipes médicales et chirurgicales du Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph se mobilisent pour informer et sensibiliser au dépistage lors d’une jo...
Poches contaminées : suspension de la production d... Après le décès début décembre de trois nourrissons dans le service de réanimation néonatale de l'hôpital de Chambéry, Marisol Touraine, ministre des a...
Un programme national 2013-2017 contre les infecti... Un patient hospitalisé sur 10 est victime d’un évènement indésirable grave, et les infections nosocomiales sont la cause directe de plus de 4000 décès...
L’aspirine efficace en prévention du cancer ... Selon une étude britannique publiée dans la revue scientifique The Lancet, l’aspirine aurait bien des effets préventifs contre le cancer colorectal. ...
Marisol Touraine défavorable à la vente de certain... Marisol Touraine, la ministre de la santé, a déclaré mercredi être toujours défavorable à une éventuelle autorisation de la vente de certains médicame...
Mars bleu 2014 : le mois du dépistage du cancer co... 3ème cancer le plus fréquent et 2ème cancer le plus meurtrier, le cancer colorectal reste encore en France un cancer méconnu et trop souvent tabou. Po...
Dépistage du cancer colorectal : les tests immunol... Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé, a annoncé mardi le lancement de l’appel d’offres européen pour des tests immunologiqu...
Maladies neurodégénératives : les membres du G8 ap... Marisol Touraine, la ministre des affaires sociales et de la santé et Geneviève Fioraso, la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, s...
Le tiers payant étendu progressivement à tous les ... La ministre de la santé, Marisol Touraine, a annoncé, lundi 9 mars, sa décision de maintenir la généralisation du tiers payant, mesure contestée par l...
Cancer : nouveaux soupçons sur les implants mammai... Marisol Touraine, la ministre de la Santé, est intervenue mardi pour aborder la survenue d’une pathologie rare, le lymphome anaplasique à grandes cell...
Cancer colorectal : « le dépister à temps peut vo... Une nouvelle campagne de sensibilisation au cancer colorectal et à son dépistage vient d'être lancée. Responsable de 18 000 décès par an en France, le...
Cancer du sein, cancer colorectal, mélanome : où e... Ces trois cancers sont exemplaires de la difficulté et des obstacles que rencontre la recherche. Lorsque le cancer est localement avancé ou que des mé...