Le petit modèle de la marque à bas coûts de Renault connait un succès étonnant en version GPL (Gaz de pétrole liquéfié). Faut-il pour autant croire à un retour en grâce de ces modèles ? La France reste à la traîne, loin derrière la Hollande et l’Italie.

 Succès inattendu en Frane pour la Sandero GPL de Dacia (groupe Renault) qui a dépassé les 14.000 unités, soit 35 % du nombre total de Sandero vendues l’an dernier… De quoi laisser espérer un redressement sur le marché du GPL, où les immatriculations ont dépassé 24.000 unités l’an dernier (sur un total de 2,2 millions de véhicules), un score jamais atteint depuis 10 ans. 

Les constructeurs communiquent peu sur leur offre GPL, si bien que peu d’acheteurs la connaissent. Mais ils savent que l’affaire n’est pas si rentable qu’elle en a l’air : le faible coût du carburant –seulement 70 centimes le litre à la pompe – est bien entamé par une surconsommation de 20 % par rapport à un moteur essence. A cela s’ajoute la crainte de rester en panne sèche, puisque moins d’une station sur six en France est équipée en GPL. La peur de l’explosion de la bonbonne blindée qui renferme le carburant reste par ailleurs tenace.

Alors, comment comprendre le succès de cette Dacia GPL ?  La voiture est vendue à un prix à peine plus élevé que la version essence, et a bénéficié du bonus écologique de 2.000 euros. Prime déduite, cette voiture était donc proposée à partir de 7.000 euros. Une véritable affaire.

A visiter : www.dacia.fr et www.stations.gpl.online.fr

Rendez-vous sur Hellocoton !