24hSanté
Suivez nous sur Twitter !Facebook

Concombres contaminés: la France prend des mesures

Depuis début mai, une épidémie d’intoxications d’origine alimentaire due à une bactérie, de type Escherichia coli enterohémorragique, a touché à ce jour près de 400 personnes dans le nord de l’Europe, particulièrement en Allemagne. Les premières investigations conduites par les autorités allemandes et relatives à l’origine alimentaire de cette épidémie orientent vers des concombres importés d’Espagne. A ce jour, un lot a été livré sur le territoire français.

Dans un communiqué, les autorités sanitaires françaises indiquent travailler en étroite collaboration avec leurs homologues allemandes dans le cadre des réseaux d’alerte européens. Les États membres cherchent en effet à identifier les distributeurs qui commercialiseraient actuellement des lots de concombres suspects. Un lot a été livré sur le territoire français. Le retrait du marché a été immédiatement demandé. Les services de contrôle s’assurent de la mise en œuvre de ces instructions.

Il y a actuellement en France trois cas suspects en cours d’investigation, en lien avec l’épidémie allemande, mais aucun cas identifié en lien avec le lot retiré en France. Le dispositif de surveillance a été renforcé, en liaison avec l’Institut de veille sanitaire. Les professionnels de santé ont également été sensibilisés, afin qu’ils détectent et signalent les éventuels cas sur le territoire national.

Quelles précautions prendre ?
La transmission de cette bactérie se fait essentiellement par l’ingestion d’aliments contaminés, cette contamination pouvant être due au contact avec les déjections d’animaux domestiques ou sauvages à un stade ou à un autre de la culture ou de la manipulation. Sa contagiosité est faible. Dans ce contexte, les autorités sanitaires rappellent les règles d’hygiène habituelles, se laver les mains avant chaque repas et après chaque passage aux toilettes et, concernant les fruits et légumes, les laver, les éplucher ou les faire cuire avant de les consommer.

Source : Ministère de la Santé

Rendez-vous sur Hellocoton !

30 mai 2011