Une récente étude a révélé qu’ «en France, 62,2% des enfants de 9 à 11 ans arrivent le matin à l’école avec un déficit d’hydratation» qui semblerait avoir une incidence sur la mémoire et la concentration des enfants. Au même titre qu’il convient d’éduquer les enfants à manger équilibré et à pratiquer une activité physique, la consommation d’eau doit être également enseignée et encouragée par les adultes responsables, qu’ils soient parents, soignants, enseignants, entraîneurs sportifs…

Les enfants sont plus à risque de déshydratation que les adultes de part leurs caractéristiques physiologiques et comportementales. Bien qu’ils éprouvent la sensation de soif, les enfants n’ont pas toujours le réflexe de boire. Nestlé Waters France a initié en 2010, une étude chez des enfants français scolarisés âgés de 9 à  11 ans avec pour objectif de savoir si les enfants sont bien hydratés lorsqu’ils partent à l’école. une  première puisque jusqu’à ce jour, il n’existait pas de données sur l’état d’hydratation des enfants  français. Près de deux tiers (62,2%) des enfants étudiés, présentaient un déficit d’hydratation reflété par une concentration urinaire supérieure à 800 mOsmol/kg d’eau, le matin après le petit déjeuner. Ce déficit  concerne plus souvent les garçons que les filles (72,5% versus 51,6 %).  La majorité des enfants (73,5%) avait bu moins de 400 ml de fluides (eau et autres boissons) au petitdéjeuner, et présentait un plus grand risque de concentration urinaire élevée après le petit déjeuner. D’où cette conclusion : le volume de boissons consommé au petit-déjeuner est insuffisant pour maintenir une hydratation adéquate durant toute la matinée jusqu’au déjeuner.

Pourquoi les plus petits sont-ils plus sensibles à la déshydratation ?

• Leur rapport surface corporelle / poids est supérieur à celui des adultes, ce qui augmente la perte cutanée en eau.
• En pleine croissance, leur métabolisme énergétique est plus élevé, ce qui accroît également leurs besoins hydriques.
• Ils n’ont pas toujours le réflexe de boire même quand ils ont soif ou n’ont pas toujours d’eau à portée de main.
• Ils sont souvent en mouvement (jeux, sport…), or l’activité physique augmente les pertes en eau.
Si un enfant est malade (gastro-entérite aiguë, vomissements, diarrhées) ou si ses apports hydriques sont diminués, il est exposé à une déshydratation plus sévère qui doit être suivie par un médecin.

Quels sont les signes d’une déshydratation modérée ?

• Bouche sèche ou pâteuse
• Peu ou absence de larmes lors des pleurs
• Soif
• Diminution de la diurèse
• Constipation
• Faiblesse musculaire
• Fatigue ou somnolence
• Maux de tête
• Vertiges ou étourdissements

Quels sont les besoins hydriques des enfants ?

Quel que soit son âge et son poids, il est important de satisfaire les besoins hydriques de l’enfant au quotidien car tous les organes (cœur, poumons, cerveau, reins…) dépendent d’une hydratation adéquate pour leur bon fonctionnement. En moyenne, 20 à 30% des apports en eau proviennent des aliments, et 70 à 80% de leur consommation en boissons. Chez les enfants, tout comme chez les adultes, les besoins en eau varient en fonction de l’âge, du sexe, des conditions climatiques et de l’activité physique. Un enfant en bonne santé est considéré comme correctement hydraté tant qu’il maintient sa balance hydrique. Ainsi, un garçon âgé de 9 à 13 ans, sain et sédentaire, vivant en climat tempéré, devrait boire environ 1,5 L d’eau par jour. Dans ces mêmes conditions, une fille devrait quant à elle, boire en moyenne 1,3 L d’eau par jour .

(*) Aliments avec un contenu en eau variable (< 40% -> 80%)
(**) Il est normalement admis que la contribution de l’alimentation aux apports totaux en eau est de 20 à 30%, alors que 70 à 80% sont fournis par les boissons. Ces pourcentages ne sont pas fixés et dépendent du type de boissons et des choix alimentaires

Morgane Boileau – Source : Nestlé Waters France

Rendez-vous sur Hellocoton !